Main Menu

La clé de la prospérité

Shares

Le vœu selon lequel « je vous souhaite bonheur et prospérité » est sans doute ce qui nous vient rapidement à l’esprit. Mais comment définir la prospérité?

Il s’agit d’un« état de ce qui est prospère, marqué par l’expan­sion et l’abondance; un état de quelqu’un qui est dans une situation favorable sur le plan économique ou celui de la santé.» 1 Selon Wikipédia, la prospérité vient du mot latin prospera qui signifie « rendre heureux, faire réussir, obtenir le succès». L’usage du sens économique, « état d’abondance, augmentation de richesses» semble plus tardif et ne remonte qu’aux environs de 1751 avec la naissance de la politique économique. Jim Stanford, économiste canadien, recommande de ne pas confondre prospérité et pouvoir d’achat. 2Il ajoute que« La prospérité ne se limite pas à la possibilité de posséder plus de choses : elle consiste plutôt en un sain équilibre entre consom­mation privée, services publics et loisirs … ».

Il se dégage de nos lectures et analyses que la prospérité dépasse le cadre de l’augmentation de nos biens matériels et qu’elle touche plutôt à notre bien-être global. D’ailleurs, le vœu de l’apôtre Jean semble aller dans le même sens : « Bien-aimé, je souhaite que tu prospères à tous égards et sois en bonne santé, comme prospère l’état de ton âme.» (3 Jean 2). La version Parole de vie reprend le même conseil dans un langage plus simple, mais riche de sens :

« Ami très cher, je souhaite que tu te portes bien à tous points de vue. Ta vie chrétienne est bonne, je souhaite que ta santé soit aussi bonne.»

Encore en référence au début de l’année, nous n’osons souvent pas prendre de résolutions vu nos expériences passées qui nous portent à croire que nous n’arriverons pas à nous y confor­mer. Pourtant, en tant que chrétiens, nous reconnaissons que tout vient de Dieu et que tout lui est soumis (Psaumes 24.1; 139). La Bible nous dit, en outre, que nous avons tout en Christ, chef de toute domination et autorité (Colossiens 2.10). Il nous est également assuré que, si nous cherchons premièrement le royaume de Dieu, toutes les autres choses, mais vraiment toutes, nous serons données par-dessus (Matthieu 6.33).

Cet automne, j’ai eu l’occasion de discuter avec quelqu’un que je connais depuis sa tendre enfance. Sa vie a été remplie de difficultés, mais également d’expériences enrichissantes avec Dieu. Sans suffisamment d’expérience de travail, il occupe actuellement un emploi prometteur dans une institution prestigieuse, ce qui ne tient qu’au miracle. Ce jeune adulte m’a révélé que son vécu l’a amené à décider que le Seigneur serait dorénavant son partenaire privilégié. Lorsque le poste qu’il occupe est devenu vacant, il a promis à Dieu que, s’il l’obtenait, il donnerait 20% de son salaire en offrandes en plus de la dîme. Promesse qu’il a tenue et à laquelle il compte demeurer fidèle.

Dans quelle mesure faisons-nous confiance à Dieu et à ses promesses? De sa bouche, Jésus a promis ceci : «Cherchez d’abord le royaume de Dieu et ce que Dieu demande. Il vous donnera tout le reste en plus» (Matthieu 6.33, version Parole de vie), y compris la prospérité.

De Paul Musafili, trésorier adjoint de l’Église Adventiste du Septième Jour au Canada.
Source : Le Messager, Avril 2019

1 https://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/prospérité/6483?q=prospérité#637S6.

2 Jim Stanford, Petit cours d’autodéfense en économie: l’abc du capitalisme, Montréal, Lux Éditeur, 2011, 493 pages (ISBN 9782895960898).

Le procès : L’histoire fascinante de la foi d’un étudiant
10 pas vers... 2020

Laissez votre commentaire

E-MAGAZINE

ADVENTISTE MAGAZINE TV

L’URL fournie n’est pas valide.
Top