LE BESOIN DE RENOUVELER SES VŒUX DE MARIAGE… - Adventiste Magazine

Main Menu

LE BESOIN DE RENOUVELER SES VŒUX DE MARIAGE…

Shares

Le mariage est, avec le sabbat, les deux institutions implantées dans le cœur de l’homme depuis la Création et qui se sont installées dans la vie pratique avant l’entrée du péché dans le monde. Comme le sabbat est depuis toujours attaqué pour être le signe d’alliance entre Dieu et l’homme, le mariage l’est aussi, car il représente de la manière la plus parfaite le caractère de Dieu chez ses créatures.

Je constate que le sentiment de plénitude le plus fort de la vie humaine passe par une reconnaissance de l’amour de Dieu au travers du symbole de son alliance (le sabbat) et de son alliance avec celle et celui qui lui ressemble, ce qui va donner à la vie ici-bas son sens le plus intime et plus profond (le mariage).

C’est pour cela que plus le temps avance, plus le couple est attaqué, et la famille de plus en plus déstabilisée. Cela génère une souffrance profonde chez l’être humain. Malheureusement, nos églises ne font pas mentir les statistiques. Même parmi nous il existe une onde des divorces sans précédent. Mais en regardant sous un autre angle, si on pense au sabbat, si attaqué et contredit, on comprend que le mariage le soit aussi. Et c’est ce qui se passe actuellement.

En tant que bons adventistes, nous sommes prêts à défendre le sabbat avec fierté. Mais sommes-nous aussi disposés à défendre nos couples et nos familles ? C’est pour cela que l’Église organise des rencontres, conférences, séminaires et week-end pour les couples.

Depuis 3 ans, les églises adventistes latines en Suisse, notamment celle de Berne, organisent annuellement une rencontre pour les couples. Cette année, mon épouse et moi-même y avons participé… sans aucun regret.

Le nombre de participants évolue tous les ans. En 2016, une vingtaine de couples avait répondu présent. Cette année, le nombre a triplé. J’ai vite compris la raison. Ceux qui participent sont invités à revenir l’année suivante avec un autre couple. Ils peuvent simplement les inviter ou carrément les sponsoriser. C’est effectivement ce qui s’est passé cette année pour plusieurs couples qui étaient là pour la première fois.

J’ai vu de mes yeux que la formule marche vraiment et ne consiste pas en une stratégie de marketing. Les couples qui y vont une fois vivent une telle expérience à deux qu’ils ont naturellement envie que d’autres puissent connaître cela aussi.

Alors, que s’y passe-t-il pour être si touché après ce week-end ? Sans vouloir « spoiler », je dirais d’abord que le week-end valorise réellement le mariage et l’importance d’y travailler. Si un diplôme universitaire ouvrant la voie à une réussite financière ne s’obtient pas facilement, il faut bosser pour y arriver, pour la réussite de son mariage, c’est pareil. Comment espérer obtenir une belle plante sans l’arroser, travailler la terre et la protéger des intempéries ? Souvent les couples laissent trop à l’abandon leur relation.

Un autre point abordé est la nécessité d’être bien avec soi-même pour pouvoir jouir d’une bonne relation de couple. C’est insensé de vouloir que l’autre nous rende heureux si nous ne sommes pas bien avec nous-même. Cela ne va pas fonctionner ! Si on n’est pas bien avec soi, il faut chercher la raison et la traiter/travailler. Autrement, l’autre n’étant pas une bouée de sauvetage ne pourra rien y faire et la relation entrera dans une spirale vers le bas.

Les hommes et les femmes ont eu aussi leur moment de vérité. L’invité a présenté les différentes sensibilités qui existent entre hommes et femmes et mis en évidence l’erreur fatale de ne pas les prendre en considération au sein du couple. La richesse est la différence harmonieuse qui devrait exister dans le couple chrétien.

Concernant les raisons qui amènent le plus souvent au divorce actuellement, une phrase a retenu toute mon attention : aucun couple n’est compatible ! Nous avons tous eu une éducation propre, une expérience de vie personnelle et parfois, malheureusement, des traumatismes intérieurs différents. « L’incompatibilité » est une donnée présente à chaque début de relation de couple. Reste à savoir si l’homme et la femme sont prêts à se battre pour dépasser cela. Il est bien écrit « se battre », puisque rester marié est une décision. Autre idée forte défendue lors du week-end : un mariage heureux est basé sur la décision que les deux conjoints prennent d’aller jusqu’au bout de leurs vœux d’engagement lors du mariage.

Le pasteur invité, Alacy Barbosa, nous a raconté comment très rapidement il a dû mettre en pratique ce principe. Seulement quelques jours après leur mariage, sa femme a été diagnostiquée d’une maladie auto-immune incurable qui la paralysait et la clouait au lit toute la journée. Ce scénario allait désormais faire partie de leur vie. Vu leur jeune âge à l’époque, le pasteur Barbosa a reçu de plusieurs le conseil de quitter sa femme malade afin d’être libre pour recommencer sa vie plus tard avec une autre femme. À ce moment, il a compris que sa vie ne serait pas simple. Il a alors décidé d’être le meilleur mari possible pour sa femme… malgré tout. Et c’est fort de cette expérience, et grâce à quelques avancées de la médecine, que Dieu leur a permis, malgré la fragilité de son épouse jusqu’à aujourd’hui, de développer un ministère en faveur des couples.

Après tous ses messages profonds sur la vie de couple, une cérémonie de renouvellement de vœux de mariage a eu lieu le samedi soir dans un décor juif. Chaque symbole de la culture du mariage juif a été présent. Pour l’occasion, toutes les femmes ont été invitées à se vêtir comme les jeunes femmes israélites et les messieurs comme les hommes avec notamment la kippa. La musique, le décor et les explications données au fur et à mesure, ont rendu ce moment plein de sens et profondément inspirant. Après cette cérémonie, un joli cadeau attendait chaque couple. Un bon jus de raisin, avec deux jolies tasses décorées et un délicieux dessert pour que la fête continue ailleurs… et seuls.

Si je devais résumer ce que ces 46 couples ont vécu le week-end du 13 au 15 avril dernier du côté de Villers-le-Lac, en France, le titre aurait été effectivement celui de ce compte rendu : le besoin de renouveler ses vœux de mariage…

 

LES ADVENTISTES À L'ASSAUT DES PLUS GRANDES VILLES AU MONDE
LES COMPILATIONS ET LES CONDENSÉS D'ELLEN WHITE

Rickson Nobre

Pasteur et secrétaire FSRT

Laissez votre commentaire

Inscrivez-Vous

Inscrivez-vous pour recevoir les notifications dans votre e-mail

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de protection de données.

E-MAGAZINE

ADVENTISTE MAGAZINE TV

Top