Main Menu

Santé physique et mentale, des éléments clés dans la prévention du cancer

Shares

L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) dit que le cancer est la deuxième cause de mortalité dans le monde et qu’il a causé la mort d’environ 9,6 millions de personnes en 2018. A l’échelle mondiale, environ un décès sur six est dû au cancer.

Cependant, Michelle Hamilton, NMD, médecin naturopathe, pense que le chiffre présenté aurait pu être inférieur si les gens arrêtaient de se concentrer uniquement sur la nourriture et l’exercice physique et incluaient d’autres facteurs qui affectent leur corps.

« Dans la prévention du cancer, la plupart d’entre nous mettent l’accent sur la nourriture et l’exercice physique, » a dit Michelle Hamilton. « On dit souvent que nous créerons des pécheurs en bonne santé si les personnes se concentrent sur ce qui entre dans leur corps pour être en bonne santé. C’est vrai parce que nous ne voyons pas la connexion entre nos organes, notre esprit, nos émotions, nos familles, notre environnement. »

Le médecin naturopathe Michelle Hamilton, NMD lors d’un séminaire présenté sur la prévention du cancer le 24 janvier 2020 en République Dominicaine. [Photo : Nigel Coke / DIA]

Michelle Hamilton, qui est également directrice générale de Hope Lifestyle Center Ltd., intervenait sur le thème de la prévention du cancer lors de la troisième journée d’un Sommet sur la Santé organisé par la Division Inter Américaine à Punta Cana, en République Dominicaine, du 22 au 26 janvier 2020.

Elle a déclaré que « parce que nous sommes des créatures merveilleuses créées par Dieu, Il nous a fait don de la vie, et cette vie que nous avons est très complexe, et nous n’avons pas compris les liens entre l’esprit et le corps. »

« Pour prévenir le cancer, il faut comprendre que nous devons être en bonne santé intégralement, » a ajouté Michelle Hamilton.

« Nous devons être en bonne santé mentale, physique et spirituelle, et pour ce faire, il est important que nous ayons un équilibre dans nos vies, » a-t-elle expliqué. « Les choses ne sont pas séparées. Les émotions que nous exprimons aux autres, les amitiés que nous avons, ont toutes une conséquence. Vous pensez peut-être que quelqu’un vous a blessé et vous ressentez, ou cela provoque, une réaction négative, mais en réalité, notre corps en garde également un souvenir, et cela affecte la façon dont nous vivons chaque jour et comment nous traitons les choses qui nous entourent, et même les éléments qui entrent dans notre corps. »

Selon l’OMS, environ un tiers des décès par cancer sont dûs aux cinq principaux risques comportementaux et alimentaires : indice de masse corporelle élevé, faible consommation de fruits et légumes, manque d’activité physique, tabagisme et consommation d’alcool.

« Afin de prévenir le cancer, il nous faut avoir une approche holistique, à travers laquelle nous comprenons que la fonction de chaque organe est essentielle et que même nos pensées, nos émotions, nos relations, jouent toutes un rôle dans le fonctionnement de notre corps. »

On estime qu’il existe environ 100 types de cancers et qu’environ 70% des décès surviennent dans les pays à revenu faible ou moyen.

« Le cancer en lui-même a besoin d’un environnement pour se développer, et cet environnement est celui de l’inflammation chronique. L’inflammation arrive de plusieurs manières différentes, » a indiqué Michelle Hamilton. Elle arrive par le processus de la pensée, c’est-à-dire que si vous n’êtes pas heureux, si vous êtes toujours en colère, si vous ressentez des émotions que vous ne pouvez pas exprimer, tout cela affecte d’une certaine manière votre système immunitaire, a-t-elle ajouté. « Cela affecte également votre système digestif et vos hormones, mais nous ne mettons pas beaucoup l’accent sur cela, car nous ne faisons pas la connexion. »

Michelle Hamilton a fait valoir que si les gens comprenaient que certains aliments pouvaient provoquer le cancer ou produire une inflammation qui ensuite peut créer l’environnement dans lequel le cancer, et d’autres maladies liées au mode de vie, se développent.

« Mais si vous avez une alimentation saine, parfaite, si vous avez été végétarien toute votre vie, mais que vous êtes quelqu’un qui ne maitrise pas ses émotions, qui a des questions de relations non réglées, ou qui vit dans la peur et l’anxiété, alors vous créez la même réaction dans le corps que celle produite par l’inflammation chronique. »

Anna-Kay Price, directrice des ministères de la santé dans l’Union Caribéenne Atlantique, a déclaré qu’elle appréciait l’approche holistique présentée pour prévenir le cancer.

« Tout le monde veut savoir comment prévenir le cancer parce qu’il y a un grand nombre de personnes qui en meurent, » a dit Anna Kay Price. « Elle [Michelle Hamilton] n’a pas seulement abordé le régime alimentaire et l’exercice physique sur lesquels la plupart des gens ont mis l’accent, mais aussi l’aspect très important de l’émotion, du type de relations que nous entretenons avec les autres en termes de colère et de pardon. »

Anna-Kay Price croit que l’approche présentée par Michelle Hamilton est la bonne, et qu’elle est appuyée par les Écritures et les écrits d’Ellen G. White, fondatrice et pionnière de l’Église adventiste du septième jour à ses débuts.

« Un esprit sain vous donnera un corps sain. J’espère donc que nous pourrons établir les connexions pour réaliser que rien n’est séparé, mais que tout est connecté », a conclu Michelle Hamilton.

De Nigel Coke / Équipe Informations DIA
Source www.interamerica.org/fr/2020/01/la-sante-physique-et-mentale-sont-des-elements-cles-dans-la-prevention-du-cancer
Traduction : Patrick Luciathe

Être un témoin : un appel et un défi
Le marxisme et le christianisme, deux concepts incompatibles

Laissez votre commentaire

E-MAGAZINE

ADVENTISTE MAGAZINE TV

Top