Main Menu

Restaurer le sexe

Shares

Le monde dit que le sexe fait vendre, mais que dit l’Église ? … Trop souvent, rien.

Il faut qu’on parle. Je vous préviens, ce ne sera peut-être pas une discussion qui vous mettra à l’aise. Mais elle est nécessaire et importante. Si vous avez de jeunes enfants, peut-être ne faudrait-il pas les laisser lire cet article. Mais c’est pour leur bien que nous devons parler. Parce que le monde change et que l’Église et la société ont du mal à suivre.

Même ceux qui n’ont pas un cadre moral strict reconnaissent les problèmes que cause la pornographie. Et les politiciens, face à la croissance effrénée de l’industrie de la pornographie en ligne (sur les dix plus importants sites web américains, trois sont des sites pornographiques), déplorent le fait que nous ayons encore des lois analogues à l’ère du numérique.

Selon un récent reportage d’ABC News, environ 90% des garçons et 60% des filles ont regardé un film pornographique, et 88% de ces films les plus populaires sont considérés comme “violents”. Les experts se rendent compte que l’accès à la pornographie a une plus grande portée dans la société qu’on ne l’avait d’abord prévu. Son contenu a un effet déshumanisant : il dévalorise les femmes et amène les jeunes à faire des expériences dans le but recréer ce qu’ils ont vu, ce qui entraîne des blessures graves, des abus, une rupture des relations, un manque de confiance, une intimité et des performances insuffisantes – même dans un mariage.

Bien que nous puissions penser que l’Église est également dépassée face à tout cela, en vrai, nous possédons le plan du Créateur. Nous pourrions promouvoir une compréhension saine et biblique de l’intimité et du mariage, tout en n’hésitant pas à faire preuve de compassion et à prendre soin des réalités vécues par ceux qui ne partagent pas notre vision du monde.

Pourtant, nous n’avons souvent pas réussi à proposer cette alternative.

Il n’est pas surprenant que satan soit en guerre contre le sexe pieux. Comme beaucoup de dons merveilleux de Dieu introduits dans l’Eden – le sabbat, le mariage, la vie, la nourriture – le sexe était très bon. Dieu l’a pensé pour promouvoir plaisir, intimité, procréation, transparence et proximité. Adam et Ève étaient nus l’un devant l’autre et sans honte.

Puis la honte, le secret et l’obscurité ont été introduits – les armes de l’ennemi. Mais quand les choses sont découvertes, mises en lumière, l’ennemi perd la capacité de se faufiler et de corrompre.

Nous, l’Église, devons assumer une partie du blâme pour avoir laissé nos jeunes seuls dans cette arène. La religion, à bien des égards, a abandonné ce domaine, le reléguant à la culture et à l’éducation.

À l’école, j’ai acquis des connaissances mais aucune compréhension du sujet. Je savais que le sexe était “mauvais en dehors du mariage”. Mais la vraie vie m’a proposé des tentations et des expériences que je n’étais pas équipé pour affronter.

L’Église dit simplement “Non”. Mais il y a eu des failles au sein de ces mouvements de pureté. Et les jeunes pasteurs qui disent des choses comme “si vous attendez jusqu’au mariage, ce sera époustouflant”, provoquent des pressions malsaines et irréalistes sur les jeunes chrétiens mariés qui découvrent que, même dans le mariage, le sexe peut être difficile. Accrochages et mauvaises habitudes, utilisation de la pornographie, définition malsaine des rôles dans le couple, abus, manque d’affection appropriée ou trop d’affection inappropriée, … tous ces problèmes et bien d’autres que nous apportons dans un mariage.

L’expérience se révèle être un dur professeur mais mon église locale m’a donné des principes bibliques, des conseils sans jugement, et l’occasion d’entendre des expériences franches et authentiques des autres, partagées pour élever les autres et les empêcher de faire les mêmes erreurs. Cela a sauvé le mariage. J’aimerais que toutes les églises aient cette chance.

Mais tout n’est pas si mal. Les jeunes d’aujourd’hui sont ouverts à des conversations honnêtes (ils les apprécient même). Beaucoup de nos animateurs de jeunesse sont prêts à aborder le sujet, tout comme le sujet est abordé lors de retraites spirituelles pour hommes ou dans des groupes de maison.

Nous devons faire confiance à nos jeunes pour avoir des conversations difficiles. Nous devons nous débarrasser de la honte héritée et de la pudeur culturelle à propos du sexe – un écran derrière lequel le diable peut jouer. Au lieu de cela, montrons la voie, enseignons le sexe comme une fonction importante d’une relation saine et un don de Dieu, et soyons ouverts par rapport aux difficultés que le sexe apporte dans un monde déchu et brisé.

Nous avons besoin de restaurer le sexe.

Jarrod Stackelroth
Source https://record.adventistchurch.com/2019/02/08/saving-sex/

Miss Amérique répond #Metoo
Liberté religieuse : “Merci, Asia Bibi, de nous en rappeler le prix”

Adventiste Magazine

La revue officielle de la Fédération des Églises Adventistes du Septième jour de la Suisse romande et du Tessin.

Laissez votre commentaire

Inscrivez-Vous

Inscrivez-vous pour recevoir les notifications dans votre e-mail

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de protection de données.

E-MAGAZINE

ADVENTISTE MAGAZINE TV

Top