Main Menu

Quel est le rôle des engagés ?

Shares

« Être écouté est si proche d’être aimé que la plupart des gens ne connaissent pas la différence. » David Oxberg

Les activistes sont en première ligne de la mission et peuvent servir en tant que mécanisme puissant pour les services communautaires. Ces personnes empathiques peuvent agir au sein d’une organisation ou indépendamment pour s’engager dans des conversations en ligne dans le but d’établir des relations significatives, de comprendre les besoins et de déterminer des moyens significatifs de servir les autres dans les communautés locales et en ligne.

Chaque occasion de se connecter est une occasion de faire avancer le royaume de Dieu. Ne gaspillons pas notre influence numérique. Les médias sociaux et les outils numériques offrent une occasion unique de s’occuper en permanence des gens, ce qui peut améliorer et renforcer les relations que vous entretenez avec les membres de l’église ainsi qu’avec la communauté que votre ministère sert.

 

Pourquoi avons-nous besoin de personnes engagées ?

Lorsque nous considérons les racines des dix principales causes de décès (voir ci-dessous), nous pouvons voir huit possibilités pour le corps de l’Église d’améliorer le bien-être des autres. Ces huit causes fondamentales (le stress, le sentiment d’une existence vide de sens, le manque d’information/d’éducation, la colère et la frustration, la solitude et l’isolement social, la faible estime de soi ou de sa propre valeur personnelle, la disparité économique, l’impuissance et le désespoir émotionnel) peuvent être traitées par les messages d’espoir et d’intégralité de l’Église au niveau mondial ainsi que par la capacité de l’Église locale à répondre directement aux besoins physiques et émotionnels des gens.

 



Les 10 principales causes de décès

Suicide, maladie du rein, grippe et pneumonie, diabète, maladie cardiaque, maladie d’Alzheimer, accidents, maladie pulmonaire chronique, accident vasculaire cérébral, cancer.


Les 9 facteurs qui y contribuent

Consommation de drogues illicites, véhicules à moteur, comportement sexuel, armes à feu, polluants et agents toxiques, tabagisme, agents infectieux, abus d’alcool et de substances, alimentation et activités.


Les 8 causes profondes

Stress, sentiment d’une existence vide de sens, manque d’information ou d’éducation, colère et frustration, solitude et isolement social, faible estime de soi ou de sa propre valeur, disparité économique, impuissance et désespoir émotionnel.



Le cas curieux de Roseto, en Pennsylvanie

Un exemple concret de l’impact potentiel de la lutte contre ces causes profondes se trouve dans le livre Outliers de Malcolm Gladwell. Le livre commence avec l’histoire d’une ville d’immigrants italiens en Pennsylvanie, dont la population était entièrement composée d’italiens de Roseto, une ville italienne. Entre le début et le milieu des années 1900, en raison des préjugés, il était courant pour les communautés italiennes de se développer séparément de la population générale. Les habitants de Roseto, en Pennsylvanie, fumaient beaucoup, et 41 % de leurs calories provenaient des graisses et beaucoup luttaient contre l’obésité. Pourtant, ils ont réussi à éviter les principales causes de décès. Une étude approfondie a été réalisée sur cette communauté, et le secret n’était pas le régime alimentaire, ni l’exercice physique, les gènes ou la position géographique. En fait, les familles élargies vivant ailleurs aux États-Unis ne bénéficiaient pas des mêmes faibles taux de maladie.

 

« Il n’y avait pas de suicide, pas d’alcoolisme, pas de toxicomanie, et très peu de criminalité. Ils n’avaient personne dépendant de l’aide sociale. Puis nous avons examiné les ulcères gastro-duodénaux. Ils n’en avaient pas non plus. Ces gens mouraient de vieillesse. C’est tout.

Pratiquement personne de moins de 55 ans n’était mort d’une crise cardiaque ou n’avait montré de signes de maladie cardiaque… le taux de mortalité à Roseto était environ la moitié de celui des États-Unis… le taux de mortalité… était de 30 à 35 % inférieur aux prévisions », Malcolm Gladwell, Outliers.

 

La famille de ma mère est sicilienne, et je peux personnellement témoigner de l’état de santé extraordinaire de cette communauté par rapport à celui des autres Italo-Américains. Les Italiens des États-Unis ont tendance à manger plus de viande, plus de produits laitiers, moins de légumes frais et moins de fruits que les autres Américains, et ils préfèrent le pain blanc aux céréales complètes ; ils ont également tendance à souffrir de problèmes cardiaques chroniques ou graves. Cela contraste fortement avec les Italiens vivant en Italie, dont la santé bénéficie grandement d’un régime alimentaire méditerranéen plus végétal. Cependant, en grandissant, on nous a appris à croire que les Italiens « ont juste un mauvais cœur » et que nous étions génétiquement prédisposés à avoir des accidents vasculaires cérébraux et des crises cardiaques. Récemment, un homme avec qui j’avais grandi est décédé à l’âge de 36 ans. Il semblait en bonne santé, mais son cœur s’est arrêté pendant son sommeil. Un choc a secoué la communauté italienne, suivi de signes d’acceptation que ce n’est vraiment pas si rare parmi nous. Alors, quelle est la différence entre la communauté de Roseto et celle dans laquelle j’ai grandi ?

Lorsque les chercheurs ont regardé au-delà de l’individu et ont commencé à considérer la santé en termes de communauté, ils ont trouvé quelque chose de fascinant. Les familles élargies ont constitué la base de la structure sociale de la ville. Trois générations vivaient sous un même toit, les gens s’arrêtaient dans la rue pour discuter, les voisins prenaient soin de leurs voisins, les grands-parents étaient respectés et les habitants de Roseto étaient unis par l’église et l’engagement civique.

 

« …Les habitants de Roseto avaient créé une structure sociale puissante et protectrice capable de les isoler des pressions du monde moderne. Ils étaient en bonne santé grâce à leur origine (culture villageoise), grâce au monde qu’ils s’étaient créé… », Malcolm Gladwell, Outliers

 

En d’autres termes, ils évitaient la maladie parce qu’ils avaient transporté leur mode de vie communautaire, villageois, incarné par la culture italienne, dans leur nouveau foyer, alors que la communauté italienne de mon enfance est devenue déconnectée, individualisée et distante, ne se réunissant à l’American Italian Societyque pour les grandes fêtes.

 

« …les valeurs du monde dans lequel nous vivons et les personnes dont nous nous entourons ont un effet profond sur qui nous sommes », Malcolm Gladwell

 

Pour vivre notre foi et notre mission dans le monde moderne, nous devons être “à contre-courant culturellement” en nous efforçant de construire des communautés saines et des systèmes de soutien. Si les structures familiales et communautaires se sont effondrées, l’Église, avec un certain effort, peut reconstruire une partie de ce qui a été perdu pour répondre aux besoins physiques, émotionnels et spirituels des gens. Si le monde a changé, les gens, fondamentalement, n’ont pas changé. Nous avons toujours besoin les uns des autres. Les outils et les technologies numériques offrent un moyen de construire des relations significatives dans un monde moderne très occupé. Il faut pour cela des personnes empathiques et intentionnelles qui peuvent utiliser leur influence numérique pour s’élever et se connecter avec les autres.

 

De Jamie Jean Schneider Domm, stratégiste numérique, Médias sociaux + Big Data, Division Amérique du Nord
Source https://www.sdadata.org/digital-evangelism-blog/whats-the-role-of-engagers

Églises fermées en FSRT : culte en direct samedi 14 mars à 11h.
Information FSRT - Fermeture des églises

Adventiste Magazine

La revue officielle de la Fédération des Églises Adventistes du Septième jour de la Suisse romande et du Tessin.

Laissez votre commentaire

E-MAGAZINE

ADVENTISTE MAGAZINE TV

Top