Main Menu

Le diabète de type 2

Shares

Tout d’abord, le diabète de type 2 est un trouble métabolique qui se développe lorsque le pancréas, qui produit l’insuline, n’en produit plus assez ou qu’il est incapable de l’utiliser adéquatement. Ce type de diabète affecte 22 % de la population canadienne et on estime qu’on verra verra une augmentation de 44% entre 2019 et 2025.

Certaines personnes sont plus susceptibles que d’autres d’être touchées par le diabète de type 2. C’est notamment le cas des gens qui présentent un surplus de poids ou qui ne font pas suffisamment d’exercice au quotidien, de certains groupes ethniques et de ceux qui ont des antécédents familiaux de cette maladie.

Le diabète de type 2 apparaît généralement chez des adultes de plus de 40 ans. Toutefois, il se manifeste maintenant chez des patients de plus en plus jeunes.

En plus de constituer un risque pour la santé cardiaque, les gras trans sont associés au diabète de type 2. Ils augmentent aussi le taux de mauvais cholestérol en faisant baisser le bon cholestérol. li faut donc en limiter la consommation à 2g par jour, l’éli­mination complète étant toutefois l’idéal.

Petit conseil : au travail ou à l’école, il est toujours préférable d’apporter son repas préparé soi-même avec des aliments sains. Évitez les boissons gazeuses, les thés sucrés et les boissons qui ont une valeur nutritive minimale et qui contiennent des calories provenant du sucre ou du sirop de maïs. Prenez des collations faibles en gras, comme des biscuits, des Bretzels, des amandes, des noix de Grenoble, des arachides, des noix de cajou, qui contiennent des acides gras mono-insaturés sains qui abaissent le taux de cholestérol et réduisent le risque de maladie cardiaque.

Les aliments mentionnés ci-des­sus contiennent des protéines qui ne font pas augmenter la glycémie autant que le feraient des craquelins, par exemple. La plupart des noix sont plutôt caloriques, par contre. Limitez-vous donc à la quantité que peut contenir la paume de votre main. Vos collations ne devraient d’ailleurs pas dépasser les 150 calories. Mais assurez-vous d’abord d’avoir faim.

Et malgré les publicités, méfiez-vous des collatlons faibles en gras, car elles vous donnent l’impression de consommer moins de calories qu’en réalité. Il existe d’innombrables changements au mode de vie que les diabétiques peuvent adopter pour mieux gérer leur maladie. Les aliments sains comme les fruits, les légumes et les légumineuses, qul contiennent des fibres solubles, contribuent à la diminution du taux de cholestérol et à la prévention des maladies cardiaques. De plus, ils contiennent des antioxydants qui combattent les radicaux libres et réduisent les risques de complications liés au diabète.

Les glucides raffinés, comme les biscuits et les craquelins à base de farine blanche, se transforment rapidement en glucose dans l’orga­nisme. Et contrairement aux grains entiers, la farine et les céréales raffinées sont dépourvues de fibres. Des études de l’Université Harvard ont démontré que les glucides entraînent un gain de poids et augmentent les risques de résistance à l’insuline et du syndrome métabolique.

Les aliments riches en lipides et en gras trans, comme les produits laitiers, la viande rouge et la margarine, sont tout simplement mauvais pour les diabétiques. En les remplaçant par des gras mono-insaturés, comme des noix, on fait chuter le risque de diabète de 37 %.

Enfin, après consultation de votre médecin, prenez le temps de faire un peu d’exercice, au moins vingt minutes, trois fois par semaine, et de vous rapprocher de Dieu par une vie spirituelle active, car après tout, votre corps est sa demeure de prédilection !

De Mona Radne
Source : Messager, mars-avril 2019

ADRA nomme Annetta Gibson à la vice-présidence des Finances
Camporee, jeunesse et foi - Baptême d'Anaïs Nathanaëlle

Laissez votre commentaire

E-MAGAZINE

ADVENTISTE MAGAZINE TV

Top