Main Menu

Juste une heure dans leurs souliers

Shares

Il y a quelques années, j’ai assisté à Voices for Justice, un événement annuel organisé par Micah Australia. Son but : inspirer, former et équiper les chrétiens à parler de la pauvreté dans le monde avec les politiciens.

Au fil des années, les détails exacts du week-end à Canberra se sont estompés. Mais une activité est restée gravée dans ma mémoire. C’était une activité de simulation. Les centaines de participants ont été divisés en petits groupes – les “familles” comme on nous a appelés – et on nous a donné une mission. Nous devions gagner notre vie en pêchant et en vendant du “poisson” (des photos plastifiées) au “marché” local (les organisateurs de l’événement échangeaient le poisson contre des jetons en argent). Sans aucune économie, nous devions nous assurer de gagner suffisamment d’argent chaque jour pour nourrir notre famille et, si possible, trouver un abri et envoyer nos enfants à l’école. Le seul problème était que chaque “famille” avait le même mandat.

Le chaos s’en est suivi. Ma compétitivité s’est mise en branle et c’est devenu une course contre les autres participants pour ramasser le plus de poisson possible chaque jour afin de m’assurer que ma famille était nourrie et éduquée. Comme les organisateurs retiraient chaque fois plus de poissons de la rivière, nous avons décidé d’enlever nos enfants de l’école afin de pouvoir les envoyer pêcher aussi. Au fur et à mesure que l’activité avançait, nous ne cherchions plus qu’à gagner assez d’argent pour nourrir notre famille. Les objectifs d’éducation et d’abri permanent avaient disparu. Notre seul objectif était de gagner assez d’argent pour nous nourrir.

Lorsque les organisateurs ont annoncé la fin de l’activité, j’étais devenu impitoyable dans mes efforts de pêche et ma famille avait perdu un enfant à cause d’un cyclone, faute d’abris suffisants.

C’était peut-être une activité de simulation qui a duré moins d’une heure, mais en si peu de temps, je suis devenue une personne obsédée, égocentrique et peu soucieuse des autres. De plus, j’ai eu un aperçu de la réalité à laquelle sont confrontées des milliers de familles dans le monde. Un exercice d’une heure pour moi est la réalité de toute leur vie : essayer de joindre les deux bouts dans des circonstances moins que favorables.

Cette nuit-là, je me suis endormie le ventre plein dans un lit confortable avec un toit au-dessus de ma tête. Je n’avais pas à m’inquiéter d’où proviendrait mon prochain repas ou si je pouvais me permettre de sacrifier du temps et des revenus pour pouvoir étudier. Je me suis couché en réalisant à quel point je suis bénie. Et cela m’a fait prendre conscience qu’il est de mon devoir, en tant que chrétienne, de faire campagne pour les autres afin qu’ils puissent faire l’expérience des mêmes droits fondamentaux que les miens.

C’est naturel de vouloir prendre soin de soi. C’est même nécessaire pour s’en sortir dans un monde corrompu par le péché. Mais si, comme moi, vous avez le luxe de savoir comment sera votre prochain repas, alors Dieu nous a donné le devoir d’aider quelqu’un qui ne le sait pas, qu’il s’agisse de votre voisin d’immeuble ou d’un voisin vivant à l’autre bout du monde.

La pauvreté et l’injustice sont partout dans ce monde brisé, mais nous n’avons pas besoin d’en être découragés. Soyons plutôt les mains et les pieds de Jésus et travaillons activement à rechercher la justice et à défendre les droits des moins fortunés. Bien que cela puisse sembler un travail écrasant à accomplir individuellement, si nous travaillons ensemble en tant qu’Église, nos efforts individuels s’additionneront rapidement.

Alors, ajoutez votre voix aux pétitions pour un changement positif. Faites du bénévolat au sein de votre communauté. Faites un don à des organisations humanitaires qui travaillent dans des endroits hors de votre portée. Et, à la racine de tout cela, traitez les autres comme vous voulez être traité. Que l’Église Adventiste du Septième Jour soit une lumière brillante dans un monde obscur pour que les gens, lorsqu’ils nous regardent, voient le monde harmonieux, aimant et juste que Dieu a voulu au départ.

Ashley Stanton est coordonnatrice des médias et des communications pour ADRA Australie
Source https://record.adventistchurch.com/2019/03/08/an-hour-in-their-shoes/
Traduction : Eunice Goi

"Les experts" adventistes : Une université référence en justice criminelle
Culte spécial pour femmes à Massagno

Laissez votre commentaire

E-MAGAZINE

ADVENTISTE MAGAZINE TV

Top