Main Menu

Consommation de lait d’origine animale et risque accru de cancer du sein

Shares

Une nouvelle étude établit un lien entre la consommation de lait d’origine animale et un risque accru de cancer du sein.

La consommation de lait animal est associée à un plus grand risque de cancer du sein chez les femmes, d’après une nouvelle étude menée par des chercheurs du pôle santé de l’Université de Loma Linda à Loma Linda, en Californie, aux États-Unis.

L’étude intitulée « Produits Laitiers, Soja et Risque de Cancer du Sein : Ces Laits Maudits, » publiée danInternational Journal of Epidemiology, (Journal International d’Épidémiologie), a révélé que même une consommation relativement modérée de lait d’origine animale peut augmenter le risque de cancer du sein chez les femmes – jusqu’à 80% selon la quantité consommée.

Le premier auteur du document, Gary E. Fraser, a déclaré que l’étude observationnelle apporte « des preuves relativement solides indiquant que le lait d’origine animal ou un autre facteur étroitement lié à la consommation de lait d’origine animal représente une cause de cancer du sein chez les femmes.

« La consommation d’une quantité aussi minime qu’un quart à un tiers de tasse de lait animal par jour était associée à un risque accru de cancer du sein de 30 pourcents, » a déclaré Gary Fraser. « En buvant jusqu’à une tasse par jour, le risque associé augmente jusqu’à atteindre 50 pourcents, et pour ceux qui boivent deux à trois tasses par jour, le risque augmente encore pour atteindre 70 à 80 pourcents. »

Les recommandations alimentaires américaines actuelles sont de trois tasses de lait par jour. « Les éléments ressortant de cette étude suggèrent que les gens devraient considérer cette recommandation avec prudence, » a dit Gary Fraser.

Cela suggère la possibilité que les laits alternatifs aux laits d’origine animale représentent un choix optimal.
Les apports alimentaires de près de 53000 femmes nord-américaines ont été évalués dans le cadre de l’étude ; elles étaient toutes des personnes ne souffrant pas de cancer au départ et ont été suivies pendant près de huit ans. Les apports alimentaires ont été évalués à partir de questionnaires de fréquence des aliments (FFQ), mais aussi de rappels de 24 heures répétés, et d’un questionnaire de référence avec des questions sur les données démographiques, les antécédents familiaux de cancer du sein, l’activité physique, la consommation d’alcool, l’utilisation de médicaments hormonaux et autres, le dépistage du cancer du sein, et l’historique dans les domaines reproductif et gynécologique.

À la fin de la période d’étude, 1057 nouveaux cas de cancer du sein étaient apparus au cours du suivi. Aucun lien clair n’a été établi entre les produits à base de soja et le cancer du sein, indépendamment des produits laitiers. Mais, par rapport à une consommation de lait faible ou nulle, des apports plus élevés de calories laitières et de lait d’origine animale étaient associés à un risque plus élevé de cancer du sein, indépendamment de la consommation de soja. Gary Fraser a noté que les résultats présentaient une variation minime lors de la comparaison de la consommation de lait entier à celle de lait demi-écrémé ou écrémé ; aucun lien important n’a été noté avec le fromage et le yaourt.

« Cependant, » a-t-il dit, « les produits laitiers d’origine animale, en particulier le lait, étaient associés à un risque accru, et les données prévoyaient une nette réduction du risque liée à la substitution du lait d’origine animale par le lait de soja. Cela amène la possibilité que les laits alternatifs aux laits d’origine animale représentent un choix optimal. »

Le fait qu’il y ait un effet dangereux des produits laitiers animaux est cohérent avec le récent rapport de Adventist Health Study-2 (AHS-2), l’Étude Adventiste sur la Santé, qui suggère que les végétaliens, mais pas les lacto-ovo-végétariens, connaissent moins de cancer du sein que les non-végétariens.

Gary Fraser a déclaré qu’une des raisons possibles de ces liens entre le cancer du sein et le lait d’origine animale pourrait être la teneur en hormones sexuelles du lait d’origine animale, car les vaches allaitent, bien sûr, et souvent ce sont des vaches en gestation qui constituent environ 75 pour cent du troupeau laitier. Le cancer du sein chez la femme est un cancer sensible aux hormones. De plus, la consommation de protéines d’origine animale ou provenant de lait d’origine animale, d’après certains rapports, est également associée à des taux plus élevés dans le sang d’une hormone, le facteur de croissance 1, similaire à l’insuline (IGF-1), qui pense-t-on, favoriser certains cancers.

« Le lait d’origine animale possède certaines qualités nutritionnelles positives, » a déclaré Gary Fraser, « mais celles-ci doivent être considérée en tenant compte d’autres effets possibles moins positifs. Ce travail suggère le besoin urgent de poursuivre les recherches. »

L’étude fait partie de Adventist Health Study-2, une étude de santé à long terme explorant les liens entre le mode de vie, le régime alimentaire et la maladie chez les membres de l’Église adventiste du septième jour. L’Étude Adventiste sur la Santé est financée en partie grâce à la générosité de l’Institut de Santé Ardmore.

 

De Briana Pastorino, Information du Pôle Santé de l’Université de Loma Linda
Source www.interamerica.org/fr/2020/02/une-nouvelle-etude-etablit-un-lien-entre-la-consommation-de-lait-dorigine-animale-et-un-risque-accru-de-cancer-du-sein/
Traduction : Patrick Luciathe

Journée des femmes à Neuchâtel
Michael Pilote à Paris pour une semaine de prière JA [VIDÉO]

Laissez votre commentaire

E-MAGAZINE

ADVENTISTE MAGAZINE TV

Top