Main Menu

L’Église, clé de l’intégration des migrants

Shares

Une recherche montre que les églises évangéliques offrent aux migrants « la possibilité de s’intégrer dans la communauté et d’établir des relations ». Cela devrait encourager les autorités politiques à mieux utiliser ces possibilités.

La recherche « Courtiers spirituels : les pasteurs africains et la médiation des processus migratoires », publiée par Rafael Cazarín, sociologue à l’Université du Pays basque, analyse le rôle des églises évangéliques dans l’adaptation des personnes nouvellement arrivées dans un pays étranger.

Il se concentre principalement sur les communautés pentecôtistes d’Espagne, en particulier celles des Nigérians et des Congolais. Selon l’étude, « il existe une relation assez importante » entre la religion des migrants et leur intégration dans la société.

« En fréquentant l’église pour participer aux services religieux, ils ont la possibilité de s’intégrerdans la communauté et d’établir des relations », a déclaré Cazarín.

Cazarín a concentré ses recherches dans la région espagnole de Bilbao et ses environs. « Bien que la population locale ne sache pas qu’elles existent, il n’y en a que 6 ou 7 dans la ville, en plus des deux ou plus qui se trouvent à la périphérie ».

Dans ces églises, « des personnes de nationalités différentes, qui dans d’autres contextes ne se seraient pas mélangées, se réunissent. Il y a une tendance à mettre de côté les traditions de leurs lieux d’origine, cherchant la communion pendant le service du culte », a souligné le chercheur.

LES PASTEURS, UN RÔLE CLÉ DANS LE PROCESSUS D’INTÉGRATION

En plus de la communauté elle-même, la recherche souligne l’importance du travail pastoral, indispensable.

Selon Cazarín, ces pasteurs « ont pour rôle de protéger, de représenter la communauté et de fournir des informations d’intérêt général à des personnes qui, dans de nombreux cas, sont sans papiers ; des informations comme l’endroit où être enregistrés, les aides sociales auxquelles pouvoir accéderou la meilleure façon de faire fonctionner les choses dans certains domaines ».

« Ils parlent aussi des langues étrangères et sont là depuis longtemps, ce qui est très utile dans le processus de médiation », a ajouté M. Cazarín.

Cependant, « le gouvernement n’a pas profité de cette influence pour mettre en œuvre des politiques d’intégration. D’une part, parce qu’ils croient que les églises sont loin des groupes qu’ils ciblent ; d’autre part, parce que le rôle des pasteurs dans la communauté des migrants n’est pas suffisamment reconnu ».

« Tant qu’il n’y aura pas de meilleure approche de la part des services publics d’intégration, les gens continueront à aller voir le pasteur, parce qu’il est la personne la plus proche », a affirmé le sociologue.

L’ALLEMAGNE ET LA CATALOGNE

La recherche cite l’Allemagne et la Catalogne comme des exemples à suivre, forts d’une bonne relation entre les autorités et les pasteurs (et leurs églises), pour faciliter l’adaptation des migrants dans un pays étranger.

Cazarín souligne également qu’il a participé aux événements des ambassades nationales dans les locaux d’une église qu’il a visitée pendant la recherche, « en raison de l’influence que les pasteurs ont en tant que leaders dans la vie des étrangers ».

« Les pasteurs disent qu’il y a des gens qui vont à l’église pour avoir des relations sociales, renforcer les liens émotionnels et passer du temps en compagnie, des éléments qui sont rares dans leur vie quotidienne, souvent à cause de l’isolement résultant du processus de migration », a conclu le chercheur.

De Evangelical Focus
Source : http://evangelicalfocus.com/lifetech/4735/The_church_key_to_the_integration_of_migrants_research_finds
Traduction : Tiziana Calà

Un réveil spirituel à travers la mission
Une foule s'étant réunie - Baptêmes à Genève VIVO

Laissez votre commentaire

E-MAGAZINE

ADVENTISTE MAGAZINE TV

Top