Main Menu

CONFESSION D’UN PASTEUR (ENCORE) CÉLIBATAIRE

Shares

Que faire avec ceux qui sont hors normes ?

« Pour moi, l’église a été un super endroit pour être célibataire ! J’en ai aimé chaque minute. »

OK, cette dernière phrase n’est pas entièrement vraie. Je me souviens encore de la douleur que j’ai ressentie il y a des années quand les commérages à mon sujet ont commencé. L’un des diacres, disons-le franchement, a tout simplement remis en question mon orientation sexuelle. Je n’ai jamais pensé à demander, mais si j’avais été marié ou divorcé, il n’aurait probablement pas eu la même opinion.

Un officiel de la fédération m’a dit une fois qu’ils avaient essayé de me placer dans plusieurs églises, mais en apprenant que j’étais célibataire, les membres avaient décidé qu’ils ne voulaient pas de moi. Ça ne me semblait pas correct. Mais il n’y avait aucune raison de combattre cela. C’est le territoire de Dieu. Avec le temps, d’autres congrégations, moins préoccupées par un pasteur qui ne correspond pas au stéréotype familial traditionnel, ont été plus réceptives.

Après des années de ministère dans trois fédérations différentes et une variété d’églises, je peux honnêtement dire que l’église a été un endroit idéal pour être célibataire !

Ministère du célibat

Je me suis fait des amis pour la vie avec lesquels j’ai travaillé lors d’écoles bibliques de vacances, pour le ministère de la jeunesse, des comités de personnel, des projets de construction d’églises, des voyages missionnaires, pour le ministère de la santé, des réunions d’évangélisation, des camps et en faveur l’éducation adventiste. J’ai même donné des conseils aux couples mariés.

J’ai rencontré des personnes plus âgées qui m’ont accueilli dans leurs cœurs et leurs familles. Là, je pense particulièrement à Julia, Naomi, Joséphine, Martin et Velma – toutes des nonagénaires – qui trouvent toujours le chemin de l’église, chaque semaine, pour partager leur amour et leur adoration au Dieu tout-puissant.

J’ai consacré ma vie à encourager et à orienter des jeunes qui sont devenus comme des enfants adoptifs. J’ai pris dans mes bras des membres jeunes et moins jeunes qui ont perdu des êtres chers dans la mort. J’ai pleuré avec eux sur la tombe, et avec eux je me suis souvenu de l’espoir de la résurrection. J’ai présenté leurs bébés et me suis assis près d’eux dans les moments difficiles à l’hôpital. Ensemble, nous avons traversé des défis financiers, des luttes dans l’éducation des enfants, des accidents de voiture, des infidélités à répétition, des batailles mentales, des décisions aux baptêmes et le choix de la couleur des tapis.

En tant que célibataire, je suis profondément reconnaissant pour ce qu’ont apporté les mariages sains dans ma vie et dans les congrégations que j’ai servies. J’ai de bons souvenirs de familles qui m’ont accueilli dans leurs vies et leurs maisons, en commençant par la première église où je suis arrivé, jeune pasteur solitaire fraîchement sorti de l’université. Cette famille m’a accueilli et m’a traité comme un de ses enfants. Je n’avais que quelques années de plus que leurs quatre enfants, et l’amour et l’énergie de cette famille étaient une force pour l’église et une source de bonheur pour moi. Je savais pouvoir me présenter chez eux à tout moment, parler de projets pour la jeunesse, déjeuner, réparer ma voiture, ou simplement rendre visite. En tant que célibataire, je remercie Dieu pour les mariages et les foyers comme ça !

Je me réfère souvent à la congrégation que je sers actuellement comme notre « famille d’église ». Cet aspect du corps de Christ a toujours été particulièrement précieux pour moi.

Quand mes parents sont morts il y a dix ans, il est devenu encore plus merveilleux de trouver du soutien au sein de ma communauté de foi. Quand mon unique frère est décédé l’été dernier, j’aurais été confronté à un sentiment d’isolement beaucoup plus grand sans la compassion et la compréhension d’une famille d’église aimante.

C’est simple

Je n’ai jamais cherché à dire que le fait d’être célibataire est la meilleure façon de vivre. Je n’ai jamais prêché à ce sujet. Je viens de choisir de faire de cette confession un non-lieu. Si les gens veulent m’en parler, j’en parlerai. Sinon, je n’ai pas à les ennuyer avec des détails. Je suis un grand fan et partisan du mariage. . . et du célibat.

Au cours des années, j’ai eu l’occasion de m’exprimer lors d’événements pour célibataires. Quand je le fais, mon message est celui-ci : soyez heureux et trouvez l’accomplissement dans votre vie en tant que célibataire. C’est la meilleure façon de vous préparer à la possibilité d’une relation qui pourrait conduire au mariage. Mais ne pensez pas que trouver M. ou Mme SUPER va installer le “logiciel du bonheur” dans votre vie. Les gens qui sont malheureux célibataires ne seraient probablement pas heureux au sein d’un mariage.

Etre célibataire comporte ses problèmes ; le fait d’être marié aussi. Je le sais parce que les gens me le disent. Les gens ayant un mariage stable vivent des déceptions aussi bien que des joies. Parfois, la joie semble plus grande, et parfois les déceptions le sont.

Il y a plusieurs années, je parlais avec une soeur plus âgée que moi. Nous parlions du mariage. Après avoir discuté un moment, elle a souri et a dit : « Si j’avais à le refaire, je pense que je ferais comme toi », ce qui signifie qu’elle resterait célibataire. Je ne prêche jamais de telles idées. Mais j’écoute et j’essaie de comprendre, et parfois une triste vérité se dégage.

Quand je pense aux personnes non mariées dans notre congrégation, il semble que pour beaucoup d’entre elles, l’église est un bon endroit pour être célibataire. Nous avons des jeunes hommes célibataires qui forment ensemble un petit groupe d’échanges et de fraternité. Je connais une femme célibataire et quelques-unes de ses amies, qui sont « célibataires à l’église » parce qu’elles sont mariées à des hommes qui n’ont aucun intérêt pour la religion.

APRÈS UNE TRAHISON, CE MARIAGE RENAÎT DE SES CENDRES

D’un autre côté, je connais des célibataires qui se sentent très isolés à l’église. Je vais à leur rencontre pour leur parler et les faire se sentir les bienvenus. Si vous êtes timide et célibataire, et que vous allez dans une église où vous n’avez ni famille, ni histoire, ni amis du passé, l’église peut être un endroit inhospitalier. Souvent, les adultes célibataires ont l’impression d’être dans une communauté où le mariage est considéré comme un idéal.

Un mot aux personnes célibataires qui ne ressentent pas le sentiment d’appartenance : n’abandonnez pas, même si vous ne vous sentez pas comme si vous faisiez partie du noyau; essayez de trouver un moyen d’apporter votre contribution à l’église. Apportez des fleurs. Apportez des biscuits ou des crayons pour les enfants. Voyez s’il y a des personnes seules et renfermées à visiter. Voyez si une mère « seule » a besoin de changer l’huile de sa voiture. Dites au pasteur que vous êtes disposé à faire du bénévolat. Priez que Dieu vous montre comment encourager quelqu’un d’autre dont le chemin peut être plus difficile que le vôtre.

Le célibataire dans les Écritures

En lisant la Bible, j’ai l’impression que le fait d’être marié ou célibataire sont autant de bonnes options pour les disciples de Jésus. Les évangiles sont significatifs sur ce point, car il est intéressant de voir à quel point nous connaissons peu l’état matrimonial de la plupart des disciples.

Dans le corps du Christ, il y a beaucoup de place pour ceux qui sont célibataires et ceux qui sont mariés. Dans le jardin, Dieu a dit : “Il n’est pas bon que l’homme soit seul” (Genèse 2.18). Quelques milliers d’années plus tard, Jésus a dit à ses disciples : « Si quelqu’un peut être célibataire, qu’il le soit » (voir Matthieu 19.10-12).

Pour Jésus, l’église est Son bien le plus précieux. Il l’a conçue pour être un port d’accueil pour ceux qui sont mariés et ceux qui ne sont pas mariés. Sa conception était bonne, car à ce jour, l’église est toujours un endroit idéal, quel que soit notre statut matrimonial.

Ross Calkins fut le pasteur principal de l’église Adventiste du Septième Jour de Bellflower pendant 26 ans.

AVANT DE FIXER LA DATE DE VOTRE MARIAGE

Téléchargez l’appli Adventiste Magazine

Rendez-vous sur Play Store ou sur Apple Store.

À 84 ANS, UN CHIRURGIEN ADVENTISTE REÇOIT ENCORE 20 PATIENTS PAR JOUR
FOI ET SPORT FONT BON MÉNAGE – LA JEUNESSE GENEVOISE EN RÉPUBLIQUE TCHÈQUE

Laissez votre commentaire

Inscrivez-Vous

Inscrivez-vous pour recevoir les notifications dans votre e-mail

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de protection de données.

E-MAGAZINE

ADVENTISTE MAGAZINE TV

Top