Main Menu

Réflexions sur le vieillissement

Shares

La vie est courte, une petite fraction dans le continuum du temps. Est-ce que cela la rend futile, vide et inutile ?

Au cours des 10 dernières années, mes cheveux sont devenus gris, un processus qui semble commencer à l’âge de 50 ans, éliminant tout rêve de rester jeune, fantaisie qui se dissipe complètement lorsque les 60 ans approchent.

À vrai dire, dans mon cas, à 50 ans, il me restait très peu de cheveux qui pouvaient devenir gris : la plupart de mes cheveux m’avaient déjà abandonné il y a longtemps. Bien sûr, d’un point de vue scientifique, les cheveux ne deviennent pas gris du tout. Soit les cheveux ont du pigment, soit ils n’en ont pas. Une fois qu’un follicule pileux décide qu’il a fourni assez de couleur lustrée, cette mèche de cheveux devient blanche. Mais comme cela ne se produit pas uniformément sur toute la tête, l’on a l’illusion de devenir gris. Le blanc, c’est pour les vieux, alors que j’ai à peine 60 ans.

Malheureusement, la couleur des cheveux n’est pas le seul signe de vieillissement. On pourrait parler des articulations qui ne permettent plus de faire tous les mouvements, du poids qu’on gagne, de la peau qui n’est plus tendue et des yeux qui ne voient plus ce qui est au-delà du mètre de distance. Et le fait est que je n’aime plus le changement.

Tout cela n’aurait pas dû m’arriver. Ce sont les autres qui auraient dû vieillir : les imprudents, les découragés, ceux qui avaient l’âge de mes parents. Moi, par contre, je serais toujours resté jeune.

Mais malgré ma résistance mentale, le vieillissement est inévitable. Jour après jour, année après année, j’ai commencé à accepter ma mortalité, mon accélération inévitable vers la vieillesse.

Dans Ecclésiaste 1.2 l’on trouve :

« Vanité des vanités, dit l’Ecclésiaste, vanité des vanités, tout est vanité ».

Même le psalmiste, dans le Psaume 89.48, réfléchit sur la brièveté de la vie : « Rappelle-toi ce qu’est la durée de ma vie, et pour quel néant tu as créé tous les fils de l’homme. »

Donc, la vie est courte. Une petite fraction dans le continuum du temps. Est-ce que cela la rend futile, vide et inutile ?

La Bible parle souvent du sens de la vie et de son but, contrairement à la pensée moderne, selon laquelle nous sommes arrivés sur cette planète par hasard, le résultat de millénaires d’améliorations biologiques et sans aucun impératif moral.

L’apôtre Paul s’oppose à tous ceux qui croient que la vie humaine est sans but et sans sens. Dans Éphésiens 2.10, il déclare : « Car nous sommes son ouvrage, ayant été créés en Jésus-Christ pour de bonnes œuvres ».

En une phrase, Paul rejette la notion post-moderne et hédoniste selon laquelle nous existons sans but ou pour satisfaire notre propre plaisir. La Bible affirme clairement que nous sommes créés à l’image de Dieu et qu’en tant que tels, nous avons un but divin qui devrait relier toutes nos actions, vocations et relations.

L’attention de Dieu à la vie humaine, même pour ma propre personne vieillissante et grise, est incommensurable. Il est peut-être temps de penser moins au fait que nous vieillissons et de nous mettre davantage au service.

 

De Doug Burns
Source : https://record.adventistchurch.com/2019/09/26/reflections-on-ageing/
Traduction : Tiziana Calà

Comment va votre réputation en ligne ?
L’Université Andrews ouvre un centre de bien-être

Laissez votre commentaire

E-MAGAZINE

ADVENTISTE MAGAZINE TV

Top