Main Menu

Communication numérique : Entendez-vous ce que je ne dis pas ?

Shares

Du 27 au 29 septembre 2019, près de 60 participants de la Nordic Adventist Communication Academy (Académie de la communication adventiste nordique)se sont rendus au lycée adventiste de Vejlefjord, au Danemark, pour entendre ce qui n’était pas dit, apprendre ce qu’ils ne savaient pas encore et établir des réseaux sur un territoire inexploré. La communication numérique de l’évangile fut le thème central, et l’accent a été mis sur la nécessité de faire comprendre à nos amis en dehors de l’église ce que les adventistes essaient de dire. Cela a conduit au thème très pratique mais intriguant : « Entendez-vous ce que je ne dis pas ? ». Ce week-end est le résultat d’une collaboration entre les départements des communications des Unions danoise, norvégienne, suédoise et finlandaise.

Mathias Wehrsdorf, expert en informatique et médias sociaux.

« Nos pionniers étaient présents sur la plateforme médiatique de l’époque : le livre imprimé », a déclaré Jan-Gunnar Wold, directeur du département des communications de l’Union danoise. « Nous devons nous engager dans les différentes plateformes numériques d’aujourd’hui, pour suivre l’exemple de nos pionniers », a-t-il ajouté.

Pour rendre la chose très concrète, Mathias Wehrsdorf de l’Union danoise, expert en informatique et en médias sociaux, a partagé deux présentations sur l’utilisation des réseaux sociaux. Il a montré quelle est la meilleure façon de publier, d’analyser les statistiques et d’éduquer un public, que ce soit au niveau personnel, de l’église locale ou de l’administration.

> Lire “Les réseaux sociaux, une nécessité et non un luxe”

Sur le plan pratique, Glen Somerville a présenté le travail des médias de l’Église en Finlande, démontrant que la Finlande est plus qu’un simple sauna chaud. Il a notamment expliqué comment le nouveau-né, Hope Channel Finland, a développé un site capable d’attirer les gens depuis leurs appareils mobiles.

Participant à un tel événement pour la première fois, Somerville était particulièrement enthousiaste à l’idée de voir une meilleure collaboration sur le web entre les pays nordiques, afin d’utiliser au mieux les ressources de l’Église.

Tor Tjeransen illustre la présentation vidéo de Daryl Gungadoo. [Photo par Victor Hulbert]

Tor Tjeransen illustre la présentation vidéo de Daryl Gungadoo. [Photo par Victor Hulbert]


David Cederström a expliqué comment la production de podcasts en Suède peut atteindre à la fois les membres des églises et le grand public. Les contributeurs, munis de directives, enregistrent des messages principalement chez eux, tandis que l’Église publie un nouveau message chaque semaine.

« Le temps est venu pour nous, en tant qu’Église, d’envisager de ne plus cacher notre identité », a déclaré Tor Tjeransen, directeur du département des communications de l’Union norvégienne. Il a également affiché la volonté norvégienne de faire connaître les diverses activités de l’église telles que « Adventist Education », « Adventist Health », « Adventist Media », etc.

> Lire “Le prochain grand réveil sera probablement numérique !”

 

Tjeransen a aussi souligné l’importance de prêter attention aux droits d’auteur du matériel utilisé pour nos activités, car seuls les riches peuvent se permettre d’utiliser des images et des graphiques volés pour les inclure dans les productions de l’Église (et ensuite purger leur peine !). Un participant a avoué que son organisation avait été condamnée à une amende substantielle, après que l’on avait découvert qu’un médecin qu’ils avaient filmé pour une de leurs émissions n’avait pas le droit d’auteur sur trois images qu’il avait utilisées lors d’une présentation il y a quelques années.

L’un des principaux orateurs, Daryl Gungadoo, de Adventist Review, n’a pas pu y assister en personne, car il se trouvait à une autre conférence à Berlin, en Allemagne. Cependant, la distance ne l’a pas arrêté : par le biais d’une vidéo, il a partagé des technologies de pointe et d’autres idées sur la façon dont les neurosciences peuvent nous aider à mieux cibler notre message, à en maximiser l’impact et à attirer les gens vers Christ. Il a déclaré que cette connaissance est utilisée avec succès dans la société laïque, ajoutant que nous, en tant que chrétiens, nous devrions essayer d’être aussi efficaces dans notre communication.

Lehnart Falk est un pasteur à la retraite du Danemark et un grand communicateur. Dans son message du samedi matin, il a montré comment l’apôtre Paul a transmis l’évangile à travers une compréhension très claire de la culture dans laquelle il travaillait. « On ne peut pas se fier uniquement à ce qui est dit, car le message que les gens entendent se trouve aussi dans les choses qui sont transmises, même sans que personne ne les exprime », a-t-il affirmé, avant d’inviter les participants à s’intéresser davantage aux gens qu’aux seules méthodes de communication.

Tout en visant toujours des normes élevées, et en notant que de nombreux communicateurs sont également perfectionnistes, Victor Hulbert, directeur du département des communications de la Division Transeuropéenne, a déclaré que l’histoire et le contenu sont plus importants. « N’attendez pas d’avoir le meilleur équipement et le plus beau studio », a-t-il dit. « Si vous n’avez que votre téléphone, commencez à l’utiliser, ainsi que d’autres équipements simples, pour raconter votre histoire, puis améliorez-la en fonction du temps et du budget à votre disposition ». Il a également insisté sur la nécessité de se concentrer sur les questions d’actualité. « Considérez les différents anniversaires d’événements ou les événements locaux : que pensent les adventistes du sujet ? Avons-nous une histoire à raconter ? ».

Hulbert a projeté des séquences produites par des professionnels qui racontent l’histoire de notre église, comme « Reformation Journey » ou le documentaire de la Première Guerre Mondiale « A Matter of Conscience», des vidéos qui ont eu un impact sur des dizaines de milliers de vies. Puis, il a montré plusieurs exemples d’enregistrements réalisés avec un téléphone portable, qui ont quand même réussi à toucher un large public.

« Trop souvent, on attend d’avoir le meilleur équipement avant de commencer à enregistrer. N’oubliez cependant pas que votre histoire sera toujours plus importante que la caméra », a-t-il dit.

Les personnes présentes le vendredi soir ont ensuite été fascinées par une vidéo de ses petites-filles, tournée spontanément lors d’une promenade dans la forêt. En appuyant rapidement sur le bouton d’enregistrement de son téléphone, il les a capturés alors qu’elles changeaient les paroles d’une célèbre chanson pour enfants : « Viens aujourd’hui, viens jouer, viens dans mon cœur Seigneur Jésus. »

Voilà l’aspect clé de la communication numérique : présenter Jésus-Christ de manière attrayante, afin que d’autres personnes souhaitent que Jésus reste aussi dans leur cœur.

 

Source https://ted.adventist.org/news/1509-are-you-hearing-what-i-m-not-saying?idU=1
Traduction : Tiziana Calà

Espoir Radio émet désormais aussi à Genève
Hommage à Lenna Nicollier

Laissez votre commentaire

E-MAGAZINE

ADVENTISTE MAGAZINE TV

Top