Main Menu

« Les Cinq E » – Eschatologie, Ecclésiologie, Évangélisation, Économie et Environnement chez les Adventistes.

Shares

Le bouleversement climatique devrait pousser les Adventistes à l’action, disent les chercheurs.

Le fait que l’état du climat mondial s’aggrave devrait être une motivation nous amenant à redoubler nos efforts dans l’évangélisation et dans l’action sociale en tant qu’église du reste de Dieu, ont déclaré plusieurs érudits dans des présentations distinctes faites lors de la Quatrième Conférence Biblique Internationale qui se déroule à Rome, en Italie, du 11 au 21 juin 2018. Au milieu de phénomènes tels que la diminution des réserves d’eau potable, la déforestation, la désertification et des catastrophes naturelles plus fréquentes, les Adventistes devraient trouver une lueur d’espoir les incitant à la mission, ont-ils dit.

« L’Église [Adventiste] a l’opportunité d’être le ‘reste catalytique’ de Dieu, » a déclaré Ben Holdsworth, un professeur de Nouveau Testament à Union College à Lincoln dans le Nebraska aux États-Unis. « L’église agit comme un catalyseur, étant le moyen par lequel la mission et le dessein de Christ progressent dans le monde depuis Son ascension jusqu’à Son retour. »

Silvia Schimpf-Torreblanca, professeure à l’Université Adventiste des Antilles, a appuyé cette idée. « L’eschatologie et l’écologie ne sont pas, après tout, des idées contradictoires mais plutôt complémentaires, » a-t-elle déclaré. « Le fait de prendre soin de la terre n’est pas déconnecté de la mission chrétienne qui est de proclamer la bonne nouvelle du salut. »

Le professeur de Bible hébraïque à l’Université d’Andrews, A. Rahel Wells, soutient cette idée. « L’eschatologie offre une claire motivation pour l’écologie, » a-t-elle déclaré.

Les Cinq E

Ben Holdsworth, dans son exposé intitulé « L’Eschatologie et l’Ecclésiologie Adventistes dans un Monde Connaissant un Bouleversement Climatique, » a discuté des intersections entre ce qu’il a appelé « Les Cinq E » – Eschatologie, Ecclésiologie, Évangélisation, Économie et Environnement.

L’eschatologie Adventiste parle d’un bouleversement croissant dans la nature alors que nous approchons de la seconde venue de Jésus et de la restauration finale, a rappelé Ben Holdsworth à son auditoire. D’un autre côté, L’ecclésiologie devrait souligner comment cette nouvelle réalité affecte de plus en plus de nombreux membres d’église, en particulier dans les régions du monde où l’église se développe plus rapidement. Dans le même temps, de plus grands bouleversements affecteront l’économie des sociétés, et cela inclut les églises locales et les institutions religieuses, ce qui se produit déjà dans certaines divisions mondiales de l’Église.

Malgré les perspectives sombres, a déclaré Ben Holdsworth, l’actuel bouleversement climatique est un outil qui peut être utilisé efficacement pour l’évangélisation. Il a cité Susanne Moser, éminente spécialiste du climat, qui a déclaré en 2015 à propos du changement climatique : « Nous commençons tout juste à comprendre les situations les plus catastrophiques, et nous commençons à ressembler à des télévangélistes dans ce que nous essayons de dire. »

En conséquence, Ben Holdsworth a souligné que l’église devrait reconnaître « les situations environnementales causées par le climat … non seulement comme un accomplissement eschatologique mais comme une opportunité de s’engager dans l’évangélisation à travers des démarches en parole et en action permettant d’apporter de l’espérance à un monde immergé dans une crise croissante. »

Revers dans l’Implication de l’Église

Le mandat clair consistant à prendre soin de la terre et de ce qui s’y trouve s’est heurté traditionnellement aux positions de certains membres d’église, ont indiqué les érudits. Comme l’a résumé Rahel Wells, la « compréhension Adventiste du Septième Jour des événements de la fin des temps implique la réalité que la terre brûlera à la fin des temps, » a-t-elle dit. C’est quelque chose qui s’est souvent traduit par le fait de ne pas accorder grande importance à la protection de l’environnement, « puisque la terre sera restaurée par Dieu de toute façon. »

D’après Rahel Wells, cependant, c’est une position qui ne prend pas en compte les descriptions claires du soin que Dieu apporte à la terre ni la responsabilité écologique des humains dans la création originale, sur la nouvelle terre, et toutes les lois données pour le présent. « Les passages eschatologiques comprennent une image de la terre restaurée et régénérée, » a-t-elle expliqué. « L’eschatologie en fait présuppose et requiert une protection écologique dans le présent plutôt qu’elle ne s’y oppose. »

D’autre part, en considérant ce dilemme environnemental-eschatologique, les Adventistes ont traditionnellement eu une certaine préoccupation à propos de l’association de l’écologie avec certains discours politiques et philosophiques, a expliqué Silvia Schimpf-Torreblanca. « Les naturalistes darwiniens et les panthéistes du Nouvel Age sont en première ligne des efforts visant à protéger l’environnement, » a-t-elle déclaré.

Silvia Schimpf-Torreblanca a également souligné qu’il est habituel que le programme des écologistes soit accompagné d’une bataille politique entre les gouvernements, les consortiums financiers, les scientifiques et d’autres. C’est quelque chose, a-t-elle dit, qui a amené les Adventistes à se retirer et à ne pas s’impliquer. Mais comme l’ont montré les pionniers Adventistes, être de bons intendants de la création de Dieu devrait souvent nous inciter à nous impliquer socialement et politiquement, a-t-elle dit, car de nombreux problèmes peuvent être mieux traités à un niveau social plus large.

Ainsi, « cela vaut la peine de se demander si une plus grande participation de l’église aux causes environnementales aiderait ou constituerait une distraction de la tâche la plus importante qui est de partager le Christ avec les autres, » a déclaré Silvia Schimpf-Torreblanca. Elle a posé la question : « Cela pourrait-il faire partie de ce que l’église essaie vraiment d’accomplir ?

Une Motivation pour l’Action

Pour Ben Holdsworth, la réponse est claire, car l’implication sociale des Adventistes n’est pas un vœu pieux mais une réalité. Le nouveau bouleversement climatique, a-t-il souligné, présente de nouvelles opportunités pour une action de l’église, basée sur la réflexion, aux niveaux international, national et local. C’est déjà en train de se produire, a-t-il dit, en partageant quelques exemples de la façon dont l’Église Adventiste s’implique dans la société pour aider les personnes touchées et les diriger vers Jésus.

Cette proclamation du « repos, du renouveau et de l’espérance, » a suggéré Ben Holdsworth, devrait être basée sur des principes communs. Il a mentionné les principes de la réciprocité – souci et attention mutuels pour nos membres ; la durabilité – Est-il possible et durable de continuer à faire ce que nous faisons en tant qu’église ; et la résilience – « le principe de la dépendance de Dieu face à l’épreuve. » Ben Holdsworth a également discuté de l’endurance – tenir ferme jusqu’à la fin même face à une perte bouleversante ; et la productivité – être occupé jusqu’à ce que Jésus revienne, en répondant aux besoins des gens qui sont autour de nous et en nous efforçant de proclamer la bonne nouvelle du salut.

« L’Église Adventiste doit créer une ecclésiologie qui aide à maintenir son unité et sa capacité à s’adapter et à se développer dans un monde de plus en plus vulnérable et dont le climat est bouleversé, » a-t-il conclu.

Marcos Paseggi, Adventist Review

Traduction: Patrick Luciathe

Les abus spirituels, des délits rarement punis
Un bateau-camion, des ferries, un "trio-élétrico", des vélos, des patins... tout est bon pour partager l'espérance au Brésil

Laissez votre commentaire

E-MAGAZINE

ADVENTISTE MAGAZINE TV

Top