Main Menu

LE SABBAT ET SON FONDEMENT

Shares

Est-ce que des observateurs du sabbat peuvent faire mieux dans le monde des affaires?

Au premier coup d’œil, il n’y paraît pas. Comment quelqu’un qui travaille six jours par semaine réussira-t-il mieux que quelqu’un qui travaille durant les sept jours?

Si votre vision du monde est celle que l’existence de la terre est fondée sur l’explosion cambrienne et l’évolution, alors naturellement la devise de la vie est axée sur la survie du plus fort, ou plus rapide, ou juste sur le fait d’être le type ou la femme le plus travailleur dans la salle. Si vous croyez que la vie s’améliore en travaillant plus et plus dur pour, alors vous auriez une position “travaillez plus, obtenez plus”

Mais si votre vision du monde commence par rien et se termine avec une planète florissante de vie avec des écosystèmes très complexes six jours plus tard, alors vous pouvez construire sur une base différente. Vous avez alors une composante de foi dans votre âme qui vous amène à croire que quelque chose peut être créé à partir de rien. Et peut-être serait-il plus juste de dire que quelque chose peut être créé à partir d’une seule idée. Après tout, avec les mots « que…soit » le reste est de l’histoire.

S’aventurer

L’Écriture nous dit que chacun d’entre nous a reçu une «mesure de la foi» (Romains 12: 3) *1. Ainsi, en chacun de nous réside la capacité d’espérer et de croire en des choses que nous ne pouvons pas voir et dont nous n’avons aucune preuve.

Les Adventistes du Septième Jour sont un groupe unique, vraiment “un peuple particulier.” Ainsi, certains d’entre nous hésitent à se démarquer dans ce monde. Personnellement, je ne comprends pas cela. Aucune entreprise ne réussit juste en allant dans la direction des masses et en faisant ce que d’autres ont fait ou font. Prenez une page d’un livre dans ma bibliothèque appelée The Deviant’s Advantage (l’avantage du déviant, ndlt), qui propose de ziguer lorsque d’autres zaguent.

Alors, quel rapport a une telle vision du monde avec la perspicacité commerciale et le succès? Comment une personne peut-elle aller de l’avant dans ce monde en travaillant moins?

La foi et le risque de connexion

Quel avantage les adventistes du septième jour pourraient-ils avoir dans le monde des affaires? C’est assez simple: c’est notre capacité à nous démarquer par la foi en croyant que quelque chose de mieux arrivera, et par l’idée que notre ami Jésus est le plus grand preneur de risques. Considérons cette déclaration d’Ellen White qui aborde en profondeur la notion de Dieu comme le preneur de risque ultime. « Satan assiégeait Jésus de ses tentations redoutables. Le Sauveur ne voyait pas au-delà de la tombe. L’espérance ne lui montrait plus la victoire sur le sépulcre ; il ne possédait plus l’assurance que son sacrifice était agréé de son Père. Sachant que le péché est odieux à la divinité, il redoutait que la séparation ne fût éternelle. » *2

Jésus n’était pas sûr de ce à quoi ressemblerait son avenir, mais il a avancé quand-même, se basant sur son expérience passée et sa foi en son Dieu le Père. Avec cet exemple, les adventistes peuvent être les preneurs de risques les plus nombreux dans le monde. Prenez un moment pour contempler le risque que le Roi du ciel a pris avec la création et le rachat de l’humanité.

« Il n’y a rien d’aussi puissant que l’idée d’une personne dont le moment est venu » Victor Hugo

Nous avons tant de potentiel pour avoir un plus grand impact dans le monde si nous embrassons le monde des affaires comme un champ de mission. Ma citation préférée m’a amené à me rendre compte que ceci est vrai: «La religion et les affaires ne sont qu’une seule et même chose. »*3

En célébrant le sabbat et tout ce que Dieu a voulu qu’il soit, nous faisons une déclaration audacieuse. Nous disons que nous ne sommes pas les seuls détenteurs de notre destin. Nous disons que nous tenons fermement à une vision du monde qui proclame Dieu a fait quelque chose au-delà de la portée de tout plan d’affaires en créant le monde à partir de rien en seulement quelques jours. En tenant à cela, nous pouvons être les plus grands rêveurs avec le plus d’espoir et de foi dans la salle. Et voici comment :

Nous célébrons le sabbat chaque semaine comme un rappel de deux choses. D’abord: “Je leur ai aussi donné mes sabbats comme un signe entre moi et eux, pour qu’ils sachent que c’est moi, le Seigneur (YHWH) qui les rends saints” (Ezéchiel 20:12). Cela signifie que chaque semaine, le sabbat est un jour pendant lequel je cesse le travail que je fais pour maintenir cette vie et je me rappelle que Dieu n’a pas cessé son œuvre dans ma vie. C’est un jour qui me donne la confiance que celui qui a commencé une bonne œuvre dans ma vie l’achèvera un jour (voir Phil 1: 6).

Deuxièmement, le sabbat est aussi un rappel hebdomadaire de notre origine, de notre identité et de notre destinée. Comprendre et apprécier le sabbat peut guider nos décisions dans les affaires. Sans ce rappel hebdomadaire, on peut aisément oublier qui possède le monde et tout ce qu’il contient. Si j’oublie cela, alors je risque de traiter mes employés comme si j’étais Dieu et ils étaient mes sujets. Je pourrais naturellement gérer les affaires d’une manière qui s’aligne plus à être le propriétaire que le gardien de mon frère.

Les Adventistes du Septième Jour ont le potentiel d’être les meilleurs hommes et femmes d’affaires dans le monde parce que nous comprenons, peut-être plus que quiconque, le but même pour lequel Dieu a soulevé ce mouvement. Et j’ose dire que notre nom inspiré en est la clé.

Septième jour: pour rappeler au monde le Créateur et les principes durables qu’il a confiés à Adam et Ève dans le jardin il ya 6.000 ans. Adventiste: pour nous inspirer l’espoir. Même si nous voyons diminuer les ressources ou l’égoïsme croître, nous avons l’espoir qu’un jour cette terre sera recréée pour jouir du destin pour lequel elle a été créée à partir de rien.

Risquer, rêver et faire: c’est dans notre ADN même. Donc “appuyons” est notre cri de bataille. Réfléchissez à ces paroles d’espoir: «Il y a une crainte de s’aventurer et de courir des risques dans cette grande œuvre, craignant que la dépense des moyens n’apporte rien en retour. Que faire si les moyens sont utilisés, et que nous ne pouvons pas voir que des âmes ont été sauvées par là? Qu’arrive-t-il s’il y a une perte définitive d’une partie de nos moyens? Mieux vaut travailler et continuer le travail que de ne rien faire. Vous ne savez pas ce qui doit prospérer, ceci ou cela. »*4

*1. Les textes bibliques cités dans cet article proviennent de la version NBS, édition d’étude, Alliance Biblique Universelle, St Michel Print, Finlande, 2002
*2.Ellen G. White, Jésus-Christ (Ed. vie et santé, Dammarie-les-Lys, France, 1992), p. 757.
*3.Ellen G. White, Les Paraboles de Jésus (2012, Ellen G. White Estate, Inc.), p. 259.
*4.Ellen G. White, Welfare Ministry (Washington, D.C : Review and Herald Pub Assn., 1952), p. 266.

Par Jared Thurmon, directeur du marketing et des partenariats stratégiques pour Adventist Review Ministries.
Traduction : Inge Marzocchini
Photo : unsplash

BEN CARSON EST LE PREMIER ADVENTISTE NOMMÉ MINISTRE AUX ÉTATS-UNIS
LE NIGERIA APPROUVE L’OUVERTURE D’UNE NOUVELLE UNIVERSITE ADVENTISTE

Laissez votre commentaire

E-MAGAZINE

ADVENTISTE MAGAZINE TV

Top