Main Menu

POURQUOI DEVRIONS-NOUS NOUS SOUCIER DE LA RÉFORME ?

Shares

Des dizaines d’universitaires, de défenseurs et de supporters de la liberté religieuse se sont réunis le 1er juin dernier au Centre de la Liberté Religieuse à Washington DC, afin de commémorer et de discuter des implications de la Réforme Protestante pour la liberté religieuse et la liberté de conscience. Le programme d’une journée baptisé : « Commémoration du 500ème Anniversaire de la Réforme Protestante du 16ème Siècle : Conversation sur la Réforme, les Identités Chrétiennes et la Liberté de Conscience, » visait à plonger dans les multiples connexions entre l’évènement marquant qui a eu lieu au 16ème siècle et notre quête contemporaine qui se poursuit pour la liberté de conscience et de culte.

Les intervenants et les organisateurs du programme de commémoration de la Réforme à Washington DC. Image de Maria Bryk

« Le monde du 16ème siècle vivait sous l’emprise de la peur, expliquant chaque apparition de maladies par toutes sortes de superstitions, » a dit Ganoune Diop, directeur des Affaires Publiques et de la Liberté Religieuse pour l’Eglise Adventiste mondiale qui a co-sponsorisé le programme. Les gens se demandaient s’ils pouvaient jamais être juste devant Dieu, a-t-i dit. « La Réforme Protestante a été la réponse à toutes ces questions, » a expliqué Ganoune Diop.

Les Personnes qui ont Fait une Différence

Dr Ganoune Diop, directeur des Affaires Publiques et de la Liberté Religieuse pour l’Eglise Adventiste du Septième Jour au niveau mondial, intervient au Centre de la Liberté Religieuse. Image de Maria Bryk.

Dans des présentations compactes de 15 minutes, des chercheurs de différentes traditions Chrétiennes ont mis l’emphase sur les pionniers et les idées qui ont changé à tout jamais le paysage religieux. Dans le même temps, les intervenants ont souvent mis l’accent sur des approches moins connues, voire même contradictoires, de certains des réformateurs.

« Le royaume de Dieu était un élément central des croyances de [Martin Luther], » a dit Ganoune Diop. « Sa théologie s’attendait à la fin du monde. Donc, dans cette doctrine aussi, il était un Réformateur. »

Ganoune Diop a également indiqué, cependant, que bien que le travail de Luther ait ouvert des avenues pour les libertés dont nous jouissons aujourd’hui, il y avait encore beaucoup de chemin à parcourir. « Au départ, la liberté religieuse était accordée aux états, pas aux individus, » a-t-il dit, en ajoutant qu’une telle direction se termine souvent dans la tragédie, ce qui engendre la violence et la souffrance. « L’accès à la vérité doit être pavé de la liberté individuelle de croire ou de ne pas croire. »

Alors que Luther était la référence la plus évidente dans les discussions de commémoration, les intervenants ont également mis l’accent sur les autres pionniers des principes de la liberté religieuse et de la liberté de conscience.

« George Fox croyait que la vie Chrétienne devrait informer et affecter la vie de tous les jours, » a déclaré Gretchen Castle, Secrétaire Générale de Friends World Committee for Consultation (Comité Mondial des Amis pour la Consultation), en référence au fondateur du mouvement Quaker dans l’Angleterre du 17ème siècle. « Il croyait que la foi et les actes ne sont pas séparés, ce qui se voit encore dans l’engagement des Quakers à faire du monde un endroit meilleur. »

Le fondateur de l’état Américain de la Pennsylvanie, William Penn, est un autre nom mentionné dans la réflexion sur les pionniers de la promotion de la liberté de conscience. Ce Quaker des premiers jours est considéré comme ayant amené et appliqué les principes de liberté de culte en Amérique au 17ème siècle.

David Little, chercheur au Centre Berkley de l’Université de Georgetown, a rappelé aux participants que pour les premiers réformateurs, « l’uniformité religieuse constituait la fondation de la sécurité publique et de la prospérité. » les défenseurs des libertés individuelles cependant, tels que Roger Williams, a mis l’emphase sur le fait que la liberté de conscience est la pierre angulaire de la liberté religieuse. « Il l’avait bien compris, » a dit David Little, « Plusieurs années avant [les signataires de la Constitution des Etats Unis], Madison et Jefferson. »

Une Approche Adventiste

Les participants assistent au programme de commémoration de la Réforme au Centre de la Liberté Religieuse à Washington DC. Image de Maria Bryk.

Ted N.C. Wilson, président de l’Eglise Adventiste du Septième Jour, a résumé la contribution spécifique de l’Eglise Adventiste à la liberté de conscience et de culte.

« Le fait de croire que nous sommes créés à l’image de Dieu est la base de la dignité humaine, » a dit Ted Wilson. « Tous les êtres humains reçoivent la dignité et une valeur infinie, et la conscience humaine en est une part essentielle. »

Après avoir brièvement passé en revue l’engagement inflexible des pionniers Adventistes envers la liberté de conscience, Ted Wilson a expliqué qu’une telle emphase est enracinée dans le caractère de Dieu Lui-même.

« Les pionniers Adventistes du Septième Jour croyaient que le fait d’agir selon sa conscience est un droit inaliénable, » a dit Ted Wilson, et faisant référence au livre de l’Apocalypse dans la Bible aux chapitres 12 et 13, il a ajouté : « Les disciples de Jésus n’obligent pas les autres. La liberté de conscience est un droit universel – il concerne tout le monde. »

Ted Wilson a conclu en disant que même lorsque leurs droits ne sont pas respectés, les Adventistes du Septième Jour cherchent le bien des autres pour l’amour de Dieu. « Les Adventistes du Septième Jour sont déterminés à aider au développement d’une culture mondiale qui respecte la liberté de conscience de tout individu, » a-t-il dit.

Un Processus Continu

Il est difficile de tracer une ligne droite depuis la Réforme jusqu’à notre accent actuel mis sur la liberté religieuse, a déclaré Neville Callam, Secrétaire Général de l’Alliance Baptiste Mondiale. Nous devons nous rappeler cependant, que « toute alliance avec les pouvoirs séculiers nous obligera tôt ou tard à nous soumettre à l’un de ces pouvoirs, » a-t-il dit. « C’est l’une des raisons qui font que la Réforme doit continuer à informer notre témoignage et notre vie. »

César García, Secrétaire Général de la Conférence Mondiale des Mennonites, partage cette opinion. « Utiliser des politiciens pour soutenir le Christianisme, affecte la capacité des églises, » a-t-il dit. « Connaître la vérité implique toujours une décision volontaire. »

Cet engagement continu devrait informer tout ce que nous faisons dans le présent, pas seulement à l’église, mais surtout en dehors de l’église, a dit Gretchen Castle. « [Nous] désirons une église qui soit toujours réformée et qui réforme, » a-t-elle déclaré. « C’est notre impératif spirituel – agir et être actif, prendre des risques pour le changement social et choisir d’aimer. »

Marcos Paseggi, Correspondant, Adventist Review

Traduction: Patrick Luciathe

TU NE PRENDRAS POINT LE NOM DE L'ETERNEL, TON DIEU, EN VAIN
INVITATION À LA FORMATION GCV DU 11 JUIN [VIDEO]

Laissez votre commentaire

E-MAGAZINE

ADVENTISTE MAGAZINE TV

Top