Main Menu

Comment lire l’Apocalypse

Shares

Les livres. Je les adore. Il y en a une pile sur ma table de chevet et une autre sur notre buffet. Ouvrez un placard et vous en trouverez peut-être dans une cachette. Il y a des piles que ma femme a artistiquement empilées sur le sol. Et notre bibliothèque (l’endroit où ils sont censés vivre) est pleine et débordante de livres couchés sur d’autres livres ou debout fièrement dans les étagères.

Je suppose que vous ne serez pas surpris d’apprendre que j’adore lire. C’est une joie, mon passe-temps favori qui m’a sans doute aidé dans ma carrière.

Je n’ai lu qu’une seule fois la plupart des livres. Ce n’est pas que je ne relis jamais de livres, c’est juste qu’il y a tant de nouveaux livres à lire !

Certains livres, cependant, ont une profondeur et une importance telles qu’ils exigent d’être lus de nouveau. Et encore !

L’un de ces livres est l’Apocalypse.

Sigve Tonstad, spécialiste adventiste, parle de l’importance de relire le dernier livre de la Bible.

Afin de participer de manière significative à la révélation de l’Apocalypse, le lecteur doit accepter la condition préalable la plus importante pour comprendre ce livre : Il ne suffit pas d’être un lecteur ponctuel… Seul un lecteur qui y reviendra plusieurs fois aura conscience de l’ensemble nécessaire à la compréhension de toutes ses parties” (Dieu du sens et des traditions de non-sens, p 368).

L’Apocalypse est un livre complexe mais beau qui sert à compléter notre image de Dieu et à compléter le prisme de l’histoire de toute la Bible. La résolution du grand conflit est révélée. C’est pourquoi il est nécessaire de renouer et de redécouvrir le livre dont le nom signifie « révéler des choses cachées ». Pourtant, dans notre obsession de l’Apocalypse, nous avons souvent été obsédés par l’accomplissement prophétique. Chaque fois qu’il y a une catastrophe naturelle, nous disons : “Tu vois, on t’avait dit que la fin était proche.”

Plutôt que d’utiliser l’Apocalypse pour développer notre appréciation et notre compréhension de Dieu et du salut du Christ, nous avons plutôt essayé de prédire et de prouver, et ce faisant, nous avons peut-être perdu une partie de l’intention originale de l’auteur.

Notre vérité actuelle semble coincée dans les interprétations passées.

Nous ne nous engageons pas dynamiquement avec les Écritures, en particulier avec l’Apocalypse, pour voir sa pertinence dans le monde d’aujourd’hui. Au lieu d’utiliser notre compréhension holistique pour parler des problèmes du monde et apporter une lumière dans des situations sombres et difficiles, nous discutons des détails de ce que les anciennes prophéties ont vu et comment nous, en tant que peuple spécial, réalisons ces prévisions.

Il semble que notre foi soit réduite à une foi prouvée par le texte. La vérité est établie. Tout ce que nous avons à faire est de la régurgiter pour être sauvé. Nous cessons de chercher, de comprendre et d’appliquer pour laisser place à des réponses faciles.

Pourtant, il y a de l’espoir en regardant à nouveau l’Apocalypse. En tant que lecteurs (et lecteurs qui reviennent à plusieurs reprises sur le texte), nous sommes invités à expérimenter la triple bénédiction de ceux qui lisent, ceux qui entendent et ceux qui gardent (ou prennent à cœur) les mots trouvés dans ce livre.

Cela nous aide alors à nous rappeler trois conditions importantes de l’interprétation biblique : l’interprétation doit être logique et cohérente avec le texte lui-même, elle doit se soumettre à la tradition scripturaire, et ensuite à la communauté des croyants qui entendent et évaluent l’interprétation (Jon Paulien, « Hermeneutics, intertextuality and the contemporary meaning of Scripture, p 29). Il est probable que dans cette dernière étape, le dialogue et l’ouverture d’esprit soient nécessaires.

Dans son livre « Ancient Words, Present Hope », le Dr Kayle de Waal, responsable du séminaire d’Avondale, fournit des principes spécifiques à la lecture de l’Apocalypse. D’abord et avant tout, Jésus est le cœur du livre. Ensuite, l’Ancien Testament est le contexte et ancre le texte. Jean utilise l’Ancien Testament pour réinterpréter les promesses de l’alliance pour l’église, les choses spécifiques à l’Ancien Testament deviennent universelles et les choses littérales deviennent spirituelles.

L’Apocalypse comme Révélation du Christ est dynamique et vivant. Ce n’est pas seulement historique ou futuriste, c’est présent et doit être lu, entendu et vécu activement.

 

Jarrod Stackelroth

Source https://record.adventistchurch.com/2019/01/18/reading-revelation/

 

Quand les plans de Dieu contredisent les nôtres - L'expérience du missionnaire Leif Hongisto
Des églises sans pères

Adventiste Magazine

La revue officielle de la Fédération des Églises Adventistes du Septième jour de la Suisse romande et du Tessin.

Laissez votre commentaire

E-MAGAZINE

ADVENTISTE MAGAZINE TV

Top