Main Menu

Les blagues sur les belles-mères

Shares

Il existe des tas de plaisanteries sur les belles-mères. La plupart ne mérite pas d’être la cible de ces blagues, mais Vera oui. Elle était aigre par rapport à la vie et égocentrique, avec un penchant pour choisir les bons-à-rien pour maris.

Je suis tombé amoureux de Lissa, la fille de Vera. Dans son enfance, Lissa avait été placée dans diverses familles d’accueil, mais elle vivait maintenant avec sa mère. Vera savait rarement où se trouvait Lissa. Sa seule préoccupation était son petit-ami qui courait après d’autres femmes.

Quand j’ai épousé Lissa, Vera était heureuse d’être débarrassée de cette responsabilité. Elle disait qu’elle aurait enfin le temps d’être avec son homme.

Pendant un temps, Vera est venue nous rendre visite, mais il ne m’a pas fallu longtemps pour comprendre qu’elle m’en voulait. C’est peut-être parce que je n’avais rien à voir avec les hommes qu’elle aimait. Je ne fume pas, je ne bois pas et je n’ai jamais utilisé un vocabulaire grossier. Alors que ses compagnons étaient des motards et des chiens de bar, j’étais poli, bien rasé et je gardais mes cheveux courts et soignés. Chez elle, c’était une porcherie, tandis que Lissa gardait notre maison immaculée.

En raison de son manque de vie de famille, Lissa avait manqué une grande partie de son enfance. Pour compenser cela, nous avons fait des choses assez inhabituelles pendant nos premières années de mariage. J’ai joué à des jeux d’enfants avec Lissa et je lui ai acheté des livres à colorier et des crayons de couleur. Nous faisions de la luge l’hiver et nous descendions les ruisseaux en bouée l’été.

Lissa aimait s’amuser, mais sa mère n’aimait pas cela… et moi non plus. Vera n’était pas critique vis-à-vis de mon apparence, mais elle se plaignait auprès de Lissa que je creusais un fossé entre elles deux.
En fait, Lissa en voulait à Vera. C’était sa jeunesse qui avait été volée. C’est elle qu’on avait laissée sans amour – abandonnée en faveur des romances insouciantes de Vera. Plutôt que d’assumer sa responsabilité, Vera a pointé son arme sur moi.

Lorsque notre premier enfant est né, nous avons convenu que personne n’était autorisé à fumer en tenant le bébé dans ses bras. C’est Lissa qui l’a dit à Vera, mais elle m’a grondé moi. J’avais ruiné sa fille et maintenant j’essayais de l’éloigner de son petit-fils !

À peu près à la même époque, Vera a rompu avec son petit ami et a renoué avec Pete, son ex-mari. Ils se sont vus pendant quelques jours, et elle a fini par déménager à environ 600 kilomètres, pour être avec lui.

Lissa écrivait ou appelait sa mère à l’occasion, mais c’était notre seul contact… jusqu’au jour où le téléphone a sonné.

C’était mon jour de congé, alors c’est moi qui ai décroché le combiné et entendu la voix tremblante de Vera. Elle était visiblement bouleversée.

“Qu’y a-t-il, Vera ?, ai-je demandé, Que s’est-il passé ?”

“Oh, Ted !”
Elle sanglotait. “Je ne sais pas quoi faire. Pete retourne avec sa femme et ne veut pas de moi ici. Je n’ai pas d’argent. Je n’ai pas de travail. Et maintenant je dois quitter la caravane de Pete !”

“C’est bon, maman”, ai-je dit. “Je viens te chercher et tu viendras à la maison.”

“Mais c’est si loin et je n’ai pas d’argent.”

“Ne t’inquiète pas pour ça”, lui dis-je doucement. “Je peux prendre quelques jours de congé. Je serai là demain.”

“Tu le penses vraiment ?” Elle avait l’air surprise. “Tu viendras jusqu’ici pour me récupérer ?”

“Tu fais tes valises. J’apporte ce qu’il faut et on s’occupe de tout. Tu peux rester ici jusqu’à ce que tu trouves un endroit où vivre et un travail.”

“Ted, je ne sais pas comment…” Sa voix s’est affaiblie.

“Tout va bien”, ai-je répondu. “Tu fais tes valises. Lissa et moi partirons tôt. On devrait être là vers midi. Avec un peu de chance, tu seras à la maison demain soir.”

Après une courte pause, elle dit : “Merci, Ted. Je le pense sincèrement.”

Quand j’ai raccroché, j’ai parlé à Lissa du problème de sa mère et de ma promesse d’aller la chercher.

“Tu sais, dit Lissa, je crois que c’était une intervention divine que tu aies répondu au téléphone. Comme ça, Maman ne peut pas penser que je t’ai forcé la main ou quoi que ce soit. Elle saura que c’était ton idée de l’aider.”

“Et alors ?”

“Crois-moi, Ted, chaque femme veut un héros dans sa vie. Maman ne t’a vu que comme mon mari, quelqu’un qui se tient entre elle et moi depuis notre mariage. Il est temps qu’elle apprenne à te connaître vraiment.”

Je me suis approché de Lissa et j’ai glissé mes bras autour d’elle. “Et c’est une bonne chose qu’elle connaisse le vrai moi ?”

“On n’a pas besoin de lui dire tes défauts.”

“Des défauts ?” demandai-je innocemment. “J’ai des défauts ?”

Lissa m’embrassa doucement sur les lèvres, puis dégagea mes bras. “Il y en a trop pour en parler maintenant. J’ai beaucoup à faire pour me préparer, moi et le bébé, pour le voyage.”

Nous avons amené Vera à la maison puis je l’ai aidée à emménager dans une caravane quelques semaines plus tard et je lui ai construit un hangar de stockage. À partir de là, elle a été de mon côté dans tous les débats. Non seulement je m’entendais bien avec elle, mais à ses yeux j’étais incapable de faire mal. Quand elle nous rendait visite, elle sortait toujours dehors pour fumer. Elle s’occupait de son petit-enfant chaque fois que nous avions besoin d’une nounou et refusait de recevoir un centime pour ses petits-enfants.

Mon effort pour aider Vera n’a pas seulement gagné son affection, mais il a également engendré une relation étroite et aimante qui a duré 20 ans, jusqu’à sa mort. Encore aujourd’hui, je ne raconte pas de blagues sur les belles-mère. J’ai trouvé mieux : la récompense de conquérir le cœur d’une personne au lieu de me venger en la dénigrant.

De Terrell Bowers
Source : Signs of the Times Magazine (Australie)
Traduction : Rickson Nobre

Quel est votre but à l'église ? 
Roland Meyer, riche héritier de la Parole

Adventiste Magazine

La revue officielle de la Fédération des Églises Adventistes du Septième jour de la Suisse romande et du Tessin.

Laissez votre commentaire

E-MAGAZINE

ADVENTISTE MAGAZINE TV

Top