Main Menu

Le centre médical adventiste à Berlin aide les victimes de mutilations génitales féminines

Shares

Au centre médical adventiste à Waldfriede de Berlin, plus de 350 femmes ont reçu des soins médicaux.

Plus de 350 victimes de mutilations génitales féminines (MGF) ont reçu des soins médicaux au Desert Flower Center (DFC) situé dans l’hôpital adventiste Waldfriede à Zehlendorf, Berlin, Allemagne. Le centre a été lancé en 2013 avec le soutien de l’ancien top model Waris Dirie.

Le 21 juin 2018, Dirie a pris la parole lors de la sixième édition du Live Surgery and Symposium, intitulé “Innovations in Proctology”, organisé par l’hôpital Waldfriede en présence de 300 médecins. “Davantage de centres de fleurs du désert doivent être établis dans le monde entier, a-t-elle dit. Selon les statistiques des Nations Unies (ONU), plus de 250 millions de femmes dans le monde sont touchées par cette procédure préjudiciable.

Dirie, 53 ans, est devenue largement connue grâce à sa biographie Desert Flower et au film du même nom. Dans ce livre, la somalienne d’origine, elle-même victime de MGF à l’âge de 5 ans, décrit son parcours de souffrance et de guérison. Waldfriede, un hôpital collaborateur de la Desert Flower Foundation lancée par Dirie à Vienne en 2002, est la première institution au monde à s’occuper des victimes de mutilations génitales féminines de manière holistique.

Victimes en Allemagne et en Suisse

Selon l’organisation de défense des droits de l’homme, Terre Des Femmes, basée à Berlin, environ 500 000 filles et femmes sont touchées par les mutilations génitales féminines et environ 180 000 sont à risque dans l’Union européenne. Un rapport de l’UNICEF en 2013 indique que les MGF sont pratiquées dans 29 pays, principalement en Afrique mais aussi dans quelques pays arabes et asiatiques, ainsi qu’au sein des communautés migrantes en Europe et en Amérique du Nord.

En Allemagne, on estime à 25 000 le nombre de victimes de mutilations génitales et à 2 500 le nombre de personnes à risque.

Krankenhaus Waldfriede (hôpital adventiste Waldfriede) à Berlin, Allemagne, où se trouve le Desert Flower Center for victims of female genital mutilation. Au cours des cinq années qui se sont écoulées depuis son lancement, le centre a aidé plus de 350 femmes. [Photo : Waldfriede Krankenhaus]

L’Office fédéral de la santé publique estime qu’en 2016, 15 000 femmes et jeunes filles vivant en Suisse ont été touchées par les mutilations génitales ou exposées à un risque.

Redonner de la qualité de vie

Le Desert Flower Center fait partie du centre de chirurgie intestinale et pelvienne de l’hôpital Waldfriede. Il est dirigé par le médecin en chef Roland Scherer, professeur de coloproctologie. Au CFD, les femmes atteintes de MGF reçoivent une aide médicale et des soins psychosociaux. Scherer et son équipe de Waldfriede s’occupent des conséquences des MGF, comme la douleur chronique, les cicatrices, les fistules vaginales et intestinales, les fistules vaginales et vésicales, les blessures au sphincter et l’incontinence urinaire et fécale.

Au DFC, la chirurgie plastique reconstructive pour la reconstruction du clitoris et des organes génitaux externes est possible, ainsi que des soins psychosociaux et des conseils. “Nous ne pouvons pas complètement inverser la mutilation, mais nous pouvons restaurer leur qualité de vie”, a souligné M. Scherer. De plus, la chirurgie permet de contrer les risques qui menacent les femmes qui vivent une grossesse et un accouchement après une MGF.

“Toutes les interventions chirurgicales que nous pratiquons sont des interventions à base médicale, elles sont donc couvertes par l’assurance maladie ou, si nécessaire, par le bureau d’aide sociale en Allemagne. Après tout, il ne s’agit pas de corrections cosmétiques ou même de chirurgies esthétiques”, a souligné le partenaire de coopération Uwe von Fritschen, médecin-chef du département de chirurgie plastique et esthétique de l’hôpital HELIOS Emil von Behring à Berlin. Pour les femmes qui viennent directement de l’étranger au DFC à Berlin et qui n’ont pas d’assurance maladie, ou dont l’assurance maladie ne couvre pas le traitement, l’hôpital Waldfriede prend en charge les frais.

Combattre le traumatisme des victimes

Cornelia Strunz, coordonnatrice médicale des PLC et médecin-chef pour la chirurgie, a signalé que la plupart des femmes qui viennent se faire soigner sont traumatisées. Si elles le désirent, les femmes peuvent opter pour des conseils et une assistance psychosociale avant, pendant ou après le traitement.

Nina Zahn, monitrice des services sociaux de Waldfriede, s’occupe des intérêts sociaux des patients. Parmi les interlocuteurs importants pour les femmes figurent Evelyn Brenda, originaire du Kenya, et Farhia Mohamed, de Somalie. Les deux viennent de pays où les MGF sont pratiquées. En raison de leurs racines, elles comprennent le point de vue des femmes. Ils ont également travaillé comme interprètes au sein de l’équipe. “Il est important de contacter les femmes après qu’elles aient été traitées par le DFC. Je veux savoir comment ils vont, même des années plus tard “, dit M. Strunz.

M. Strunz a également indiqué que depuis janvier 2015, les PLC ont mis sur pied un groupe d’entraide mensuelle. “Dans les discussions de groupe avec les traducteurs et les thérapeutes, les femmes échangent leurs expériences et se soutiennent mutuellement pour faire face aux problèmes “, a-t-elle dit.

Cet article est adapté de la version originale publiée sur le site Web de l’Église adventiste du septième jour en Allemagne.

Louise Schroeder, Inter-European Adventist Division – Actualités

Le premier festival du film adventiste en Martinique
Les responsables de la liberté religieuse ont rencontré le président du Sénat Roumain.

Laissez votre commentaire

Inscrivez-Vous

Inscrivez-vous pour recevoir les notifications dans votre e-mail

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de protection de données.

E-MAGAZINE

ADVENTISTE MAGAZINE TV

Top