Main Menu

Longévité : tous les adventistes ne sont pas pareils !

Shares

Gary E. Fraser, qui était jusqu’à récemment le chercheur principal de l’Étude Adventiste sur la Santé (Adventist Health Study-2 AHS-2), a assuré aux plus de 800 professionnels de santé venus de 90 pays participant à la 3ème Conférence Mondiale sur la Santé, que les adventistes vivent toujours plus longtemps.

« Les adventistes continuent de bénéficier d’un avantage en termes de longévité, » a déclaré Gary Fraser lors de sa présentation en plénière le 10 juillet 2019. Cela est en phase avec les résultats d’anciennes études menées en Californie montrant que les hommes adventistes vivent 7,3 ans de plus que la moyenne, et les femmes 4,4 ans de plus. Pour les adventistes végétariens, ces différences passent respectivement à 9,5 et 6,1 ans.

Les statistiques de Gary Fraser sont basées sur les résultats d’AHS-2, la plus grande étude sur les végétaliens et végétariens menée dans le monde.

« Dans l’ensemble, » a déclaré l’ancien chercheur principal de Adventist Health Study 2 (Étude Adventiste sur la Santé 2), Gary Fraser, « comparés aux non-adventistes, les adventistes sont en moyenne beaucoup moins exposés au risque de nombreuses maladies chroniques et vivent plus longtemps que de nombreux américains, mais il existe quelques différences entre eux. » Photo du Réseau Adventiste d’Informations (ANN)

Les objectifs de sa présentation étaient, entre autres, a-t-il dit, de partager avec les participants les dernières informations au sujet de AHS-2 obtenues au cours des cinq dernières années et « d’évaluer les éléments chez les adventistes indiquant que la nutrition à base de végétaux et les régimes alimentaires omnivores ont des conséquences différentes sur la santé. » Les éléments prouvant qu’un régime alimentaire à base de végétaux contribue à prolonger la vie, a-t-il dit, sont significatifs.

Les adventistes végétariens en tant que groupe (végétariens, ovo-lacto-végétariens et autres), comparés aux adventistes qui mangent de la viande rouge ou de la volaille au moins une fois par semaine, bénéficient d’avantages substantiels au niveau de leur santé, a déclaré Gary Fraser. Ils présentent un risque moindre de souffrir du diabète et ont une pression artérielle plus basse et des taux de cholestérol sanguins inférieurs.

La mortalité totale pour l’ensemble des situations de maladie est inférieure d’environ 12% pour toutes les tranches d’âge. Le nombre total de cas de cancer, de cancer du côlon et du rectum, et de maladies cardiovasculaires est également moins fréquent.

« Nous devons également garder à l’esprit qu’en moyenne les adventistes non végétariens mangent peu de viande, » a dit Gary Fraser. « Ce serait beaucoup plus impressionnant si nous avions un groupe de comparaison composé d’adventistes consommant de la viande régulièrement. »

Selon Gary Fraser, « par rapport aux autres Américains, les adventistes voient une diminution du risque, tous cancers confondus, de 30%, et des informations plus anciennes indiquent une réduction de 50% des maladies cardiovasculaires.

« Dans l’ensemble, » a dit Gary Fraser, « par rapport aux non-adventistes, nous avons en moyenne un risque beaucoup moins élevé pour de nombreuses maladies chroniques, nous souffrons moins de cancers et moins de maladies cardiaques, et nous vivons plus longtemps que beaucoup d’Américains. »

Il a ajouté : « En aucun cas, nous ne trouvons une différence claire dans ces comparaisons en fonction de la race. »

Vue de l’entrée principale du Centre Drayson de l’Université de Loma Linda, où se déroulent la plupart des sessions de la 3ème Conférence Mondiale sur la Santé et le Mode de Vie. Le programme a rassemblé plus de 800 dirigeants d’église, de praticiens de la santé et de défenseurs d’un mode de vie sain du 9 au 13 juillet 2019. Photo du Réseau Adventiste d’Informations (ANN)

Le Plus Tôt, Le Mieux

Plus les gens sont jeunes lorsqu’ils intègrent des principes de vie saine dans leur mode de vie, plus ils en retireront des avantages, a dit Gary Fraser, spécialiste en médecine interne, en maladies cardiovasculaires et en épidémiologie nutritionnelle.

« Les jeunes et les personnes d’âge moyen qui consomment des protéines issues de la viande rouge ont presque deux fois plus de risques de mortalité par maladie cardiovasculaire [MCV] que ceux qui n’en consomment pas, mais chez les personnes plus âgées, on observe peu de différences [dans l’étude AHS- 2], a-t-il dit. Le « plus grand impact des protéines venues des noix dans la réduction du risque » est également plus évident chez les plus jeunes et les personnes d’âge moyen.

En d’autres termes, a-t-il conclu, plus on est jeune quand on fait de tels changements alimentaires, mieux c’est en termes de risques de maladies cardiovasculaires.

Calcium et Produits Laitiers

Gary Fraser a décrit les résultats de l’étude concernant le calcium et les produits laitiers comme étant « intéressants. » Il a fait observer que les personnes consommant plus de calcium présentaient beaucoup moins de risque de cancer colorectal. Les personnes ayant une consommation de lait plus élevée présentaient également un risque moins élevé de cancer colorectal.

L’inverse était cependant vrai pour le cancer de la prostate. Les résultats préliminaires indiquent que ceux qui consommaient le plus de produits laitiers présentaient un risque plus élevé de cancer de la prostate.

Encore une fois, les résultats préliminaires suggèrent également que les consommateurs de produits laitiers, en particulier de lait de vache, présentaient une augmentation significative du risque de cancer du sein par rapport à ceux qui consommaient peu ou pas de produits laitiers.

Nous Sommes ce que Nous Mangeons

Certains aliments sont liés de manière spécifique aux avantages pour la santé, a fait remarquer Gary Fraser.

« Nous pensons que la consommation fréquente de petites quantités de noix est probablement liée de manière causale à une diminution substantielle des maladies cardiaques, » a déclaré Gary Fraser. « Et il y a un lien de cause à effet entre la consommation de viande rouge et un risque accru de cancer colorectal, de maladie cardiovasculaire et probablement de diabète. »

Consommer juste une saucisse par jour, a-t-il déclaré, d’après les données adventistes, « augmente le risque de cancer colorectal beaucoup plus que les 18% d’augmentation de risque rapportés par certaines autres études. »

L’Avantage Spirituel

Gary Fraser a déclaré être « convaincu que nos croyances religieuses et les valeurs qu’elles véhiculent jouent également un rôle important dans notre santé, à la fois directement et par le biais de nos choix de vie. »

Les études AHS-2 indiquent, a dit Gary Fraser, que la spiritualité positive réduit la dépression et augmente probablement la résilience face à l’adversité. Les adventistes engagés et impliqués dans la religion manifestent également un plus grand intérêt pour la santé personnelle et deviennent des personnes mieux informées sur le mode de vie.

« Les preuves suggèrent qu’adorer un Dieu créateur aimant et servir les autres est bénéfique pour notre santé mentale et, indirectement, pour notre santé physique, » a déclaré Gary Fraser.

En savoir plus sur Adventist Health Study 2.

Sandra Blackmer, Adventist Review

Traduction: Patrick Luciathe

« La santé, c’est plus que du tofu et des triathlons. »
Après une campagne d'évangélisation, 60 jeunes se font baptiser en Mongolie

Adventiste Magazine

La revue officielle de la Fédération des Églises Adventistes du Septième jour de la Suisse romande et du Tessin.

Laissez votre commentaire

E-MAGAZINE

ADVENTISTE MAGAZINE TV

Top