Main Menu

LE SABBAT, L’ANTIDOTE POUR KAROSHI

Shares

Dans un monde trépidant, le repos du sabbat est une bénédiction qu’on ne devrait pas sous-estimer.

Au Japon, le pays où je suis né, le public a été choqué par le nombre de morts liées à la culture des longues journées de travail. Les statistiques sont tellement décourageantes que les japonais ont même inventé un mot pour ça, karoshi –  ‘mort causée par l’excès de travail’. On estime que plus de 2000 suicides sont la conséquence de problèmes liés au travail, en majorité les heures suplémentaires et l’excès de travail.

Quand le tribunal a conclu que le suicide d’une femme de 24 ans, employée par la géant publicitaire Dentsu, était la conséquence d’heures supplémentaires illégales (105 heures supplémentaires par mois), le gouvernement a difficilement trouvé une réponse à cette situation. Le mois passé, le premier ministre Shinzo Abe a conduit un débat au gouvernement pour recommander que « le nombre d’heures supplémentaires travaillées par un employé ne dépasse pas 100 par mois, avec une moyenne ne dépassant pas 80 heures par mois pour une période de deux à six mois, et avec une limite annuelle de 720 heures. »

Les syndicalistes, d’ailleurs, ont contesté la recommandation avec véhémence. Noriko Nakahara, membre de l’Association Nationale des Familles Concernées par le Karoshi – dont le mari médecin s’est suicidé et dont l’acte a été considéré comme karoshi – a protesté en disant que la limite de 100 heures est trop haute et que cela pourrait rendre légitime une culture de l’excès de travail qui menace la santé mentale et physique des employés.

Un Premium Friday ?

Dans l’effort de promouvoir « une culture du travail plus saine », le gouvernement japonais a commencé une campagne nommé Premium Friday, qui encourage les compagnies à accepter que les employés quittent le travail tôt chaque dernier vendredi du mois. C’est au moins un début.

La vérité est que nous, aux Etats-Unis, nous ne pouvons pas montrer du doigt les japonais. Notre culture qui applaudit les gens qui réalisent plus que la norme, les infatigables héros du sport, du divertissement et les stars de la musique, ainsi que les icônes du business, semble conférer les plus grandes félicitations à tous ceux qui réussissent, qu’importe le coût de leur succès.

Serait-il possible que ce dont ces deux nations ont besoin ne soit pas un Premium Friday une fois par mois, mais un sabbat de repos chaque semaine ? « Venez auprès de moi, vous tous qui portez des charges très lourdes et qui êtes fatigués, et moi je vous donnerai le repos », c’est l’offre du Maître du sabbat (Matthieu 11.28, PDV). « En six jours, j’ai créé le ciel, la terre, la mer et tout ce qu’ils contiennent. Mais le septième jour, je me suis reposé. » (Exode 20.11, PDV). Le créateur a ancré dans notre ADN la nécessité de découvrir en tandem, en relation avec lui, notre repos le plus profond et satisfaisant – physique, émotionnel, mental, social et spirituel.

L’espoir du repos du sabbat

Marva Dawn a raison : « Dans une époque qui a perdu son âme, le sabbat nous offre la possibilité de la retrouver. Dans une époque qui est en recherche continue de sens, le fait d’observer le sabbat nous offre un nouvel espoir. » (Gregory P. Nelson, Une touche de ciel, p.22)

Wayne Muller explique : « Le sabbat est plus que l’absence du travail. Ce n’est pas un jour de congé qui nous donne la chance de rattraper le retard sur la télé et les courses. C’est plutôt la présence d’une chose qui naît pendant les moments où l’on écoute ce qui est le plus beau, le plus nourrissant et le plus vrai. C’est du temps consacré avec attention, avec tout notre esprit, en honorant ces forces silencieuses de la grâce et de l’esprit qui nous soutiennent et nous guérissent. » (Le sabbat : trouver le repos, la régénération et l’épanouissement dans nos vies trépidantes, p.8)

Clair et simple. Le cadeau de Dieu, le sabbat, offre a notre société ce dont elle manque le plus – le repos du sabbat pour le reste de nos vies.

Clair et simple – ca te tente ?

Par Dwight Nelson, Andrews University

Taduit par Miruna Benoit

LES CAGES : CE QUE LES ORQUES NOUS APPRENNENT SUR NOTRE PROPRE LIBERTÉ
TU NE PRENDRAS POINT LE NOM DE L'ETERNEL, TON DIEU, EN VAIN

Adventiste Magazine

La revue officielle de la Fédération des Églises Adventistes du Septième jour de la Suisse romande et du Tessin.

Laissez votre commentaire

Inscrivez-Vous

Inscrivez-vous pour recevoir les notifications dans votre e-mail

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de protection de données.

E-MAGAZINE

ADVENTISTE MAGAZINE TV

Top