Main Menu

Qui peut trouver une avocate honnête et humble ?

Shares

Une avocate adventiste explique comment exercer dans le milieu juridique peut devenir un champ de mission

27 Août 2019 | Nassau, les Bahamas | Tavia Dunn, pour Adventist Review

Tavia Dunn, avocate adventiste du septième jour et conférencière en droit originaire de la Jamaïque, a présenté l’exposé suivant en séance plénière lors de la convention annuelle des Adventistes Laïcs des Services et Industries d’Inter-Amérique (ASi-DIA) à Nassau, aux Bahamas, les 23 août 2019. Le texte a été édité pour plus de clarté mais conserve les éléments de sa présentation orale. —Les éditeurs

Quand j’ai dit à ma grand-mère que je voulais faire carrière en tant qu’avocate, la conversation ne s’est pas déroulée comme je l’avais prévu. Je m’attendais à ce qu’elle me serre dans ses bras et rayonne de fierté. Mais ma grand-mère a commencé à pleurer. Je voyais bien qu’elle était déçue. Elle a répondu avec quelques mots de Jésus : « Malheur à vous, docteurs de la loi! parce que vous avez enlevé la clef de la science; vous n’êtes pas entrés vous-mêmes, et vous avez empêché d’entrer ceux qui le voulaient. » (Luc 11 : 52). Bien entendu, les docteurs de la loi dont Jésus parlait étaient les chefs religieux de l’époque, qui, pour maintenir leurs rôles de dirigeants, transformaient la foi en légalisme.

Cependant, lorsque le moment est arrivé pour moi de quitter la maison pour aller à la faculté de droit, ma grand-mère m’a appelée et m’a dit : « Eh bien, mon enfant, si c’est ce que le Seigneur t’appelle à faire, alors qu’il en soit ainsi. Mais rappelle-toi toujours ‘de pratiquer la justice, d’aimer la miséricorde, et de marcher humblement avec ton Dieu.’ (Michée 6 : 8). » Au fil des ans, ces paroles ont été une lumière qui m’a guidée.

Plaider et juger avec justice

Dans Esaïe 1:17, nous sommes appelés à « rechercher la justice, protéger l’opprimé; faire droit à l’orphelin, défendre la veuve. » Et Proverbes 31: 8, 9 dit : « Ouvre ta bouche pour le muet, Pour la cause de tous les délaissés. Ouvre ta bouche, juge avec justice, et défends le malheureux et l’indigent. » Ces versets expriment ce que, en tant qu’avocats, nous sommes appelés à faire.

Un groupe de participants écoute la présentation de Tavia Dunn le 23 août. « Un état d’esprit marqué par la mission couvre tous les domaines de la pratique du droit. Même dans le travail juridique le plus ennuyeux, on retrouve une personne qui a un besoin, » a déclaré Tavia Dunn. Photo: Nigel Coke / DIA

Nous avons une relation spécifique avec la justice parce que nous sommes des agents des tribunaux. En tant que tels, nous sommes tenus de rechercher la justice et de corriger l’oppression. Nous parlons effectivement pour nos clients et nous défendons les droits de tous.
Pour les pays du Commonwealth de la Caraïbe, le code de déontologie professionnelle auquel tous les avocats sont astreints, est en phase avec les directives scripturaires. Lorsque nous intégrons le barreau, nous devons prêter le serment des avocats, qui comprend l’obligation de « nous rabaisser dans notre fonction. »
Le mot rabaisser est utilisé plutôt avec une connotation négative. Il est considéré comme signifiant « mettre à un niveau inférieur en parlant du caractère, du statut et de la réputation. » Cependant, un sens moins connu du terme est « rendre humble. » Certains diront que, de la même manière qu’il n’existe pas d’avocat honnête, il n’existe pas non plus d’avocat humble. Mais en tant que chrétiens, nous sommes appelés à marcher humblement avec Dieu, donc en tant qu’avocats, nous avons un double devoir.

notre Champ Missionnaire

Une des grandes bénédictions qui accompagne le fait d’être avocat, est la possibilité de partager notre temps et nos connaissances. Il est facile de ne pas considérer les avocats comme étant dans le champ missionnaire au sens traditionnel du terme. L’opinion qui prévaut depuis bien longtemps est, qu’en tant qu’enfants de Dieu, nous devons nous rendre dans le champ missionnaire. Nous chantons « Aller au loin, sur la montagne. » Mais la dernière strophe de cet hymne commence par « Alors, j’irai dans des missions de miséricorde. »

En tant qu’avocats intervenant dans des situations de litiges, nous avons un appel unique car le champ missionnaire vient à nous et nous embauche. Nous rencontrons les gens lorsqu’ils sont au plus bas – ils sont stressés et inquiets. Un avocat peut être décrit comme un guérisseur des conflits humains, un professionnel à qui les clients apportent leurs échecs et leurs luttes interpersonnelles, ils ont besoin d’aide, ils cherchent désespérément une direction et espèrent peut-être même des mesures pour remédier à la situation.
Avec les frustrations quotidiennes que l’on retrouve dans l’exercice de notre fonction, nous pouvons perdre de vue notre rôle missionnaire. Il y a aussi l’aspect compétition, le désir de gagner, d’avoir raison, d’avoir le contrôle sur le résultat et de prouver ses capacités et ses compétences juridiques. La profession peut enlever nos yeux du fait que notre appel va au-delà de la profession juridique.

Un État d’Esprit Missionnaire

Un état d’esprit missionnaire couvre tous les domaines dans la pratique du droit. Même dans le travail juridique le plus ennuyeux, on retrouve une personne qui a un besoin, de la plus grande transaction d’entreprise au plus petit vol, en passant par la rédaction d’un testament, ou d’un cas d’insolvabilité ou de contentieux complexes.

Dans l’exercice de notre fonction, il y a constamment des interactions avec des personnes qui observent comment nous réagissons aux crises quotidiennes. Ces interactions peuvent prendre n’importe quelle forme, mais au fond, il y a des âmes humaines.

Le Christ cherche à nous utiliser dans ces moments pour lancer son appel aux personnes avec lesquelles nous interagissons. C’est dans les moments difficiles, importants ou mineurs, que nous montrons le mieux Christ en nous. Comment réagissons-nous face à l’avocat adverse qui a été condescendant, à un appel téléphonique d’un client difficile ou à une autre situation d’urgence dans une journée déjà remplie ? Si nous ajustons notre emphase et considérons notre travail quotidien comme un appel, alors nous pourrons trouver dans l’exercice de notre fonction, de la valeur et un sens qui transcendent les récompenses matérielles.

Le Minimum Requis ?

La parabole du Bon Samaritain commence avec un docteur de la loi qui voulait savoir ce qu’il fallait faire pour hériter la vie éternelle. Jésus a répondu : « Aime le Seigneur ton Dieu… et ton prochain comme toi-même. » Mais cela n’était pas assez spécifique pour le docteur de la loi.

En tant qu’avocats, « le diable est dans les détails. » Nous voulons des détails ; rien n’est trop insignifiant. La prochain equestion du docteur de la loi est donc : « Qui est mon prochain ? » Il pensait probablement que la déclaration « aime ton prochain » n’était pas bien définie et un peu trop large, et englobant trop de choses. » Le docteur de la loi cherchait une clarification.

C’est ce que nous vivons quotidiennement. Nous sommes formés et payés pour comprendre les normes juridiques, puis nous essayons souvent de déterminer le minimum requis pour respecter ces normes. C’est ce que faisait le docteur de la loi dans la parabole du Bon Samaritain.

La question, comme dans une bonne technique de contre-interrogatoire, était une tentative pleine d’espoir d’amener Jésus à lui dire le strict minimum qu’il aurait à faire, tout en étant certain d’hériter la vie éternelle. En reconnaissant les intentions du docteur de la loi, Jésus a répondu par la célèbre parabole. À la fin de l’histoire, Jésus avait élargi plutôt que limité la portée de sa précédente réponse.

Dans le même ordre d’idées, notre responsabilité en tant qu’avocats chrétiens est d’être prêts à utiliser et à donner notre talent – notre savoir en tant qu’avocats – et à donner tout ce que nous avons pour accomplir ce que Dieu nous a confié comme mandat.

Aimer ceux qui nous entourent n’est pas toujours facile. Cela implique de passer du temps avec les gens, de les aider, de partager notre vie avec eux – en fait de les aimer comme Dieu nous aime. Nous pouvons être occupés chaque jour à faire apparemment de grandes choses. Cependant, ce sont les choses simples de la vie qui peuvent faire la plus grande différence : une oreille attentive, nos prières, donner des conseils juridiques, peuvent avoir une très grande importance. Grâce à cette forme de service, nous aussi, nous pouvons aider à rétablir la valeur des personnes, et c’est une façon d’aimer notre prochain, de pratiquer la justice, d’aimer la miséricorde et de marcher humblement devant Dieu.

Refléter Jésus

En tant qu’avocats, nous ne sommes pas connus pour être des personnes ayant de la retenue dans leurs expressions, mais pour lancer un appel pour Christ dans nos carrières et pour conduire d’autres personnes à lui, nous devons utiliser un discours aimable. Des mots bien choisis, et parfois un silence bien choisi, peuvent contribuer à nous définir dans ce métier.

C’est instinctif de vouloir répondre immédiatement à un courriel inexact ou de se lancer dans un duel verbal au téléphone concernant mon opinion sur une affaire. Mais nous devons nous rappeler que l’intérêt du client n’est pas préservé par ces réactions irréfléchies, et Christ non plus n’est pas glorifié par ce type de tirade.

En tant que chrétiens, nous devons garder à l’esprit l’éternité. Si nous abordons nos affaires en regardant à travers l’optique de l’éternité, nos clients sont des âmes éternelles qui existeront bien au-delà non seulement du jugement dans une affaire dont nous nous occupons, mais également du jugement final de ce monde.

Dans le cadre de notre témoignage, nous devons avoir pour pratique de dire la vérité au client. La vérité est que chaque cas inclut un certain nombre de facteurs qui influencent l’issue. En tant qu’avocats, nous pouvons participer, préparer, répondre, recommander et conseiller, mais nous ne devrions pas manipuler ces facteurs pour obtenir le résultat parfait pour un tarif parfait.

Chaque cas est lié à des faits qu’il faut découvrir et éprouver. La vérité est là, et à un moment donné, elle apparaitra au grand jour. Cependant, il faut du temps et des efforts pour la trouver, et l’injustice existe aussi. En tant qu’avocats chrétiens, nous sommes encouragés à rechercher avec diligence la vérité, à étudier la loi et à prier pour la justice que Dieu promet.

La Restauration Ultime

L’exercice du droit peut parfois vous submerger, être frustrante et monotone. Nous sommes appelés à résoudre des problèmes que nous n’avons certainement pas créés, et qui auraient pu être évités si nous avions été consultés auparavant. Certains problèmes peuvent être résolus dans le cadre du système juridique, d’autres non. Efforçons-nous, à travers nos actions, nos attitudes et nos paroles, de diriger les regards vers Celui qui peut restaurer les vies de l’intérieur. Nous aurons alors manifesté un esprit de service et été de véritables ambassadeurs de Dieu. Cela constituera certainement le plus important témoignage.

Traduction : Patrick Luciathe
Photo : Nigel Coke / DIA

Source : https://www.interamerica.org/fr/2019/08/qui-peut-trouver-une-avocate-honnete-et-humble/

À la fin du livre de Job, pourquoi Dieu a-t-il posé autant de questions à Job ?
Pas de taxes supplémentaires pour les Bibles imprimées en Chine

Laissez votre commentaire

E-MAGAZINE

ADVENTISTE MAGAZINE TV

Top