Est-ce que les Adventistes sont encore des réformateurs ?

Adorer le dimanche ou le samedi était un réel débat dans le Nord du Connecticut en 1847. Tout le monde allait à l’église dans cette communauté. Les Adventistes Millérites (ceux qui ont cru que Jésus allait revenir en 1844) étaient bien représentés et débattaient la question qui faisait rage dans diverses publications. Certains avaient choisi de soutenir le culte du dimanche, d’autres avaient une approche équilibrée, mais un petit groupe a voulu défendre le sabbat comme jour de culte. Le débat public sur le sabbat était né. Les personnes, qui plus tard deviendront les pionniers des Adventistes du Septième Jour, ont tenu leur première conférence en 1848 dans ce même lieu. Joseph Bates, un ancien capitaine et un des fondateurs de l’Eglise Adventiste du Septième Jour, faisait partie de cette conférence biblique.

Bates s’intéressait à différents sujets de société – c’était un réformateur luttant contre le tabac, l’alcool et l’esclavage. A la retraite, il s’est engagé dans la réforme millérite Adventiste. En 1845, il a lu le tract distribué par le pasteur TM Preble et a été convaincu de la continuité de la sainteté du sabbat du septième jour. En 1846, il a publié « Le sabbat du septième jour, un signe perpétuel », qui reliait le Sabbat à la création, le sanctuaire et les prophéties de la fin des temps.

De par leur héritage, les Adventistes du Septième Jour ont fait partie de la réformation alors commencée et ont adopté des méthodes contemporaines pour partager leur nouvelle vérité trouvée. Les Adventistes d’aujourd’hui sont-ils encore des réformateurs ? Qu’est-ce qui a changé dans nos vies récemment ? Que faisons-nous, vous et moi dans notre style de vie pour être toujours plus fidèles en tant que disciples de Jésus ? Faisons-nous partie des débats publics sur la sexualité ? La liberté religieuse ? La liberté d’expression ? Le mariage ? L’usage que le gouvernement fait des fonds ? L’environnement ? Est-ce que nous croyons clairement à la Bible, et à la Bible seule – la grâce seule, la foi seule et Christ seul – la marque de la Réformation il y a 500 ans ?

Par Gelnn Towbend
Traduit par Corine Claus

Source : https://record.adventistchurch.com/2017/10/19/sabbath-protesting/

LES VALAISANS AIMENT L'EXOTISME - COURS DE CUISINE A SION
JOURNÉE DE L'ENFANT SUR LE THÈME DE LA RÉFORME, À L'ÉGLISE HISPANIQUE DE GENÈVE