Main Menu

UN NOUVEAU LIVRE DONNE DES INFORMATIONS SUR LA VIE D’ELLEN WHITE EN AUSTRALIE

Shares

A Un nouveau livre au sujet de la vie d’une pionnière de l’Eglise Adventiste du Septième Jour en Australie dévoile de nouvelles informations, non pas à propos de sa théologie mais au sujet de son ministère pratique. L’ouvrage montre la différence positive que la co-fondatrice de l’église, Ellen G. White, a faite dans sa communauté.

Marian de Berg a utilisé des sources primaires – des lettres, essentiellement – pour l’écriture de Stories from Sunnyside: Ellen White in Australia 1891-1900(Histoires de Sunnyside: Ellen White en Australie 1891-1900). Les sources lui sont familières – Marian de Berg sert en tant qu’assistante administrative au Centre de Recherche Ellen G. White de l’Eglise Adventiste du Septième Jour, une fonction qu’elle occupe depuis 29 ans. Cependant, elle ne pensait pas les utiliser comme base de recherche pour un livre jusqu’à ce qu’elle ait été invitée à le faire par son mari Kevin et son collègue John Skrzypaszek, le directeur du centre de recherche.

Sunnyside la maison où Ellen G. White a vécu de 1896 à 1900.

Quand le centre a commencé à gérer la maison d’Ellen White en Australie (connue sous le nom de Sunnyside) « J’ai eu la pression de la maison et du travail, » a dit Marian de Berg lors du lancement qui a eu lieu le 1er octobre à la maison historique basée à Cooranbong. « Donc, me suis-je dit, Ok, Je dois faire quelque chose à ce sujet. Je dois demander à nos guides bénévoles de raconter plus d’histoires. J’ai pensé que la meilleure façon de le faire était de compiler les histoires pour eux. »

Histoires de la Vie Quotidienne

Ellen White (au centre) dans sa maison en Australie de 1891 à 1900. Image du Ellen White Estate

Marian de Berg décrit Ellen White, une auteure prolifique qui, les Adventistes du Septième Jour le croient, a exercé le don spirituel de la prophétie comme une « version vivante de « Matthieu 25. » Elle se souvient de l’histoire d’Ellen White apportant de la nourriture saine à une famille malade qui a refusé de la manger insistant plutôt qu’Ellen White donne la nourriture à une autre famille. Ellen White a donc demandé à cette famille de prendre plusieurs poulets de sa propriété et de préparer une soupe au bouillon de poulet. Elle fait référence à la famille dans l’une de ses lettres, écrivant que nous devons « rencontrer les gens là où ils sont. »

Histoires de Sunnyside ne fournit pas un cadre explicatif du rôle prophétique d’Ellen White, ni une charte théologique pour les débats contradictoires, » écrit John Skrzypaszek dans la préface. « Il rappelle les récits de la vie d’une personne fascinée par la profondeur de l’amour de Dieu. » Les récits que Marian de Berg inclut sont simples mais sont « liés à l’expérience humaine, à l’histoire de notre héritage, » écrit John Skrzypaszek. « Ils rappellent les images d’une personne qui a traduit l’amour de Dieu dans une expérience chrétienne pratique. . . . [Histoires de Sunnyside ] n’est pas juste un autre livre, mais un ensemble de récits qui sont une source d’inspiration pour la vie, nous invitant à prendre une décision claire pour non seulement lire le récit, mais aussi pour nous approprier ces images.

L’éditeur Nathan Brown, qui est éditeur d’ouvrages chez Signs Publishing, considère le ministère d’Ellen White en Australie – les voyages, les discours, l’établissement d’institutions et d’églises et l’écriture – comme étant la partie la plus mûre et la plus orientée vers Jésus. « Mais le livre révèle aussi son caractère personnel mûr, sa vie de famille, son souci pour les autres et sa passion pour la croissance de l’église qu’elle a aidé à fonder. » L’accent mis par Ellen White sur Jésus – elle a écrit le commentaire de méditation sur Sa vie appelé Jésus-Christ alors qu’elle se trouvait en Australie, – « a changé la vie des personnes avec lesquelles elle est entrée en contact. »

Ellen White vivait à « Sunnyside » à une époque où il y avait une dépression dans les colonies orientales de l’Australie. Elle a pris soin des personnes qui demeuraient sur place en leur donnant de petits boulots, en leur donnant de la nourriture et en leur remettant une miche de pain et un pot de confiture au moment où ils reprenaient leur chemin. Elle a également mis de côté des terres sur ce qui est maintenant Avondale Estate, confiant de petites parcelles à des Adventistes qui avaient perdu leur emploi – une semaine de travail de six jours posaient des problèmes aux observateurs du Sabbat. « Sa vie ici a été une telle bénédiction et une telle joie pour tant de personnes, que j’ai voulu juste la partager et faire en sorte que vous puissiez lire ce qu’il en est, » a déclaré Marian de Berg lors du lancement.

Elle Parle Encore

Le directeur associé d’Ellen G. White Estate, Dwain Esmond, est reconnaissant travail qu’elle a fait. Esmond, en visite en Australie depuis les États-Unis au moment du lancement, a parlé de son rôle dans les défis théologiques en relation le ministère d’Ellen White. «Nous restons dans le combat, beaucoup même», a-t-il dit, alors, il est bon de lire sur «à propos de cette période de sa vie où elle a vécu la foi et où les gens ont été touchés et émus par sa pratique de la foi, a-t-il ajouté. Il est également bon “d’avoir une femme écrire sur une femme.”

Esmond’s favorite part of the book comes at its end: the memories of others who lived at Sunnyside or whose family did. These “smoldering embers of faithfulness” remind him of

La partie préférée du livre de Desmond se trouve à la fin: les souvenirs des autres qui ont vécu à Sunnyside dont la famille a fait part. Ces “braises fumantes de fidélité” lui rappellent  Hébreux 11:4, le passage de la Bible qui fait référence à l’histoire de Caïn et d’Abel – Caïn tue Abel après que Dieu ait regardé plus favorablement l’offrande d’Abel. « Le verset se termine ainsi : ‘et c’est par elle qu’il parle encore, quoique mort.’ Il en est de même pour Ellen White. Bien qu’elle soit morte, elle parle encore. Et sa vie, son ministère et son héritage, qui sont illustrés dans ce merveilleux livre, continuent de toucher des vies et de pousser des gens à suivre Jésus-Christ. »

Histoires de Sunnyside seront bientôt disponibles dans les librairies Adventistes.

Brenton Stacey, Adventist Record & Adventist Review

Traduction: Patrick Luciathe

LOMA LINDA SAUVE INÈS* D’UNE VIE DE PARALYSIE
DÉCÉDÉ, MAIS PAS OUBLIÉ !

Laissez votre commentaire

Inscrivez-Vous

Inscrivez-vous pour recevoir les notifications dans votre e-mail

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de protection de données.

E-MAGAZINE

ADVENTISTE MAGAZINE TV

Top