Main Menu

L’IMMUNITÉ : DIMINUE-T-ELLE AVEC L’ÂGE

Shares

Mon mari est maintenant octogénaire. J’ai remarqué que lorsqu’il a un rhume et des infections respiratoires, il ne récupère pas aussi bien qu’avant. Comment puis-je l’aider à maintenir une bonne santé ?

E n vieillissant, il arrive que notre système immunitaire ne fonctionne pas aussi efficacement que d’habitude. En outre, les cellules immunitaires stimulées par l’infection quand nous étions jeunes peuvent diminuer en nombre. Voilà un stress important pour le système, car il doit produire des anticorps suffisamment vite pour combattre l’infection. Un bon exemple de cela, c’est le risque de zona. Les personnes plus âgées qui ont eu la varicelle sont porteuses du virus qui se cache dans leurs cellules nerveuses. Elles peuvent connaître une poussée de zona en raison d’une diminution de leur immunité. Les personnes infectées par le VIH (le virus du SIDA) ont aussi un système immunitaire affaibli et deviennent, de ce fait, plus susceptibles aux infections.

Il existe un moyen de créer une immunité contre des agents spécifiques. Il s’agit de la vaccination. Ce processus remonte aux années où un sérum de la vaccine (sérum contenu dans les pustules de la variole bovine) s’est montré efficace dans la prévention de la variole. Ellen White et les membres de sa famille profitèrent de ce vaccin quand il devint disponible. Depuis lors, la variole a été complètement éliminée, et un grand nombre d’infections épidémiques sont maintenant sous contrôle. Aux personnes avançant en âge, nous recommandons généralement de se protéger des facteurs de risque et de se prévaloir du vaccin contre la grippe ; pour certains, un vaccin périodique contre la pneumonie peut aussi s’avérer utile. Quant au régime, votre médecin pourra vous aider à en composer un sur mesure pour votre mari.

Par ailleurs, il importe de comprendre les avantages d’un style de vie actif et sain. Les exercices améliorent le tonus et la capacité de nos muscles respiratoires, et jouent, par surcroît, un rôle très important dans notre rétablissement. Nous savons que les personnes âgées négligent souvent leur nutrition. Quand elles sont malades, elles ont tendance à manger moins et moins bien, ce qui empire les choses.

Certains croient qu’ils ne peuvent se permettre un bon régime alimentaire. Pour combler ce manque, ils achètent des suppléments vitaminiques, ce qui est loin d’être la solution idéale. Leur régime doit comprendre une variété d’aliments riches en micronutriments. Ceux-ci regroupent des éléments tels que le zinc, le sélénium, les vitamines C et E, de même que les caroténoïdes, lesquels combattent la pneumonie, entre autres maladies.

En septembre 2012, le Journal of the American Geriatrics Society a publié un article fort intéressant. Une étude a été menée auprès de 217 participants âgés de 65 à 85 ans, pour une période de trois mois avec un suivi de trois mois également. Un tiers d’entre eux ont été soumis à un régime riche en nutriments ; un autre tiers, à leur régime habituel auquel on a ajouté des suppléments pour le rendre semblable à celui du premier groupe ; et le dernier tiers, à leur régime habituel plus un placebo pour leur faire croire qu’ils bénéficiaient, eux aussi, de suppléments.

Tous les participants ont tenu un journal quotidien dans lequel ils consignaient leur état général, la survenue d’infections, de fièvre, le cas échéant. Au terme des six mois, les participants du premier groupe (régime riche en nutriments) avaient eu nettement moins d’infections et étaient allés moins souvent chez le médecin. De plus, leur santé globale était généralement meilleure. Par contre, les participants du second groupe (régime normal + suppléments) n’avaient pas obtenu d’aussi bons résultats.

L’argent investi dans les fruits et les légumes — au moins cinq portions par jour — favorisera davantage la santé que celui dépensé en suppléments. Les légumes tels que les carottes, courges, citrouilles, choux, brocolis, choux de Bruxelles (mes préférés !) — favorisent tous une bonne santé. Les grains entiers sont riches en nutriments. Ils fournissent du zinc, des vitamines B, du fer, des fibres, du magnésium, et du sélénium. Une petite poignée de noix chaque jour fournit des omégas-3, du zinc, de la vitamine E, et dans le cas des noix du Brésil, du sélénium. En hiver, toutefois, des suppléments de vitamine D peuvent être bénéfiques pour ceux qui habitent dans le nord ou dans les régions à l’extrême Sud.

La meilleure façon d’aider votre mari à renforcer son système immunitaire, c’est de planifier son régime avec soin, et de lui préparer une variété d’aliments sains, riches en nutriments.

Le Dr Peter N. Landless, cardiologue spécialisé en cardiologie nucléaire, est directeur du Ministère de la Santé de la Conférence générale.

Le Dr Allan R. Handysides, gynécologue certifié, il était directeur du Ministère de la Santé de la Conférence générale.

BAPTÊMES FSRT, 2017 UNE ANNÉE RECORD
CONNAISSEZ-VOUS LOSONE, AU TESSIN ?

Laissez votre commentaire

E-MAGAZINE

ADVENTISTE MAGAZINE TV

Top