Main Menu

Les Néo-Zélandais deviennent des disciples numériques

Shares

Plus de 150 personnes de toute la Nouvelle-Zélande se sont réunies à l’Université de Technologie d’Auckland à Manukau pour assister à la première Conférence sur la Formation de Disciples Numériques (DDC) en Nouvelle-Zélande, qui a eu lieu du 9 au 11 août.

Dans le but d’inspirer et d’habiliter les Églises et les individus à devenir et à former des disciples numériques, la conférence a réuni une communauté de personnes de différentes générations qui sont passionnées par la technologie et l’espace numérique comme moyen de partager leur foi.

Certains Néo-Zélandais ont pensé qu’il serait utile d’organiser une version locale de la DDC après avoir participé à l’événement australien ces dernières années.

« Nous espérions avoir 50 personnes à l’événement ; au lieu de cela, nous avons accueilli 151 personnes durant le week-end », a déclaré le pasteur Victor Kulakov, responsable des ministères de l’évangélisation de l’Union Néo-Zélandaise (NZPUC), qui a soutenu les organisateurs. « Nous voyons vraiment l’énorme besoin de ce genre de conférence où les gens sont inspirés, équipés et formés pour être et pour créer des disciples dans la réalité numérique ».

Rachel Lemons Aitken, fondatrice de la Conférence sur le Discipolat Numérique, a mis les participants au défi de rêver grand tout en analysant ce qu’ils pouvaient créer dans la réalité numérique.

« Le mouvement des disciples numériques nous rappelle que Dieu nous a donné la permission de rêver », dit-elle, « et d’utiliser nos compétences et nos talents techniques et créatifs pour atteindre les gens et leur apporter Son message ».

Le thème « Story » a été exploré de manière créative tout au long du week-end, avec le pasteur Tulaga Aiolupotea qui a présenté des graffitis à l’écran, expliquant comment une personne raconte son identité à travers des graffitis. Son témoignage a gardé tous les jeunes collés à leurs chaises, accaparés par l’histoire.

Samedi matin, Jarrod Stackelroth, rédacteur en chef de Adventist Record, a parlé de la puissance des témoignages, ainsi que de l’opportunité pour les chrétiens d’avoir un Dieu qui peut prendre des histoires de blessures et les utiliser pour Sa gloire, même dans un espace en ligne.

Une contribution spéciale à la conférence néo-zélandaise a été l’accueil réservé aux Maoris par le pasteur Shane Harper (photo ci-dessus), qui, le samedi après-midi, a animé un atelier sur l’importance des histoires traditionnelles dans un contexte maori (avec images) et la transmission de ces histoires de génération en génération, tant par la simple narration que par les arts.

André Afamasaga, diplômé en communication des droits de l’homme et conseiller en médias, a abordé la question de savoir comment les chrétiens devraient partager leurs croyances et leurs opinions sur les médias sociaux, à une époque de fortes divisions politiques, où les gens n’aiment recevoir que de brèves communications. Il a conclu que si les médias sociaux aient exacerbé les occasions de division, les plateformes en ligne offrent aux croyants une nouvelle occasion de transmettre leurs pensées intérieures.

« Si la haine et la peur sont déjà dans nos cœurs, elles se répandront aussi en ligne », a-t-il dit.

Afamasaga a averti les participants que, laissés sans contrôle, les chrétiens qui sont motivés par la peur sont plus susceptibles de se détourner et de « diaboliser » les autres personnes.

Avec l’appel à rêver grand et l’occasion de nouer des contacts et de converser avec d’autres personnes créatives, une nouvelle communauté de disciples numériques est née.

Certains sont venus pour apprendre, tandis que d’autres, comme le pasteur Maika Peehikuru, avec une formation en informatique, ont été heureux de recevoir de Laura Hutchinson, spécialiste du marketing numérique et présentatrice d’un atelier, quelques idées et conseils importants sur la façon de « mettre votre église sur la carte ».

La série de podcasts « Burn the Haystack » des pasteurs Jesse Herford et Joshua Stothers, invités de la conférence, a prouvé leur originalité tandis que le pasteur Stothers a également présenté une histoire émouvante pendant une partie du culte. L’aumônier Keira Bullock et le musicien Jay Okesene ont dirigé les moments de louange et d’adoration, s’assurant que l’événement ne se concentrait pas uniquement sur la technologie.

Le président de l’Union, le pasteur Eddie Tupa’i, et Ben Timothy, président de l’Union du Nord de la Nouvelle-Zélande, étaient présents à l’événement, heureux de voir un engagement aussi fort parmi les participants pour partager leur foi dans un monde numérique.

Lorsque le pasteur Kulakov a terminé la conférence avec une invitation à rêver grand et à participer à la DDC de l’année suivante, les participants ont répondu par de grands applaudissements, heureux d’apprendre que la conférence était déjà dans le calendrier.

« Cette conférence est née du besoin que plusieurs personnes ont exprimé à ce sujet. Les adventistes néo-zélandais cherchaient un espace pour explorer les plateformes numériques afin de former de nouveaux disciples, un véritable défi même pour les organisateurs, qui ont essayé de créer des opportunités d’apprentissage et de formation malgré le niveau de compétences si différent des participants présents.

« Même avant la fin de la conférence, les gens ont commencé à mettre en pratique ce qu’ils avaient appris », a poursuivi le pasteur Kulakov. « Certains ont ouvert de nouveaux comptes Instagram et de chaînes YouTube pour partager leur foi ».

 

Lemon Aitken a exprimé son enthousiasme de voir « l’expansion du mouvement du discipolat numérique à travers la création de la première Conférence sur le Discipolat Numérique en Nouvelle-Zélande ».

L’année prochaine, la DDC se tiendra du 7 au 9 août à Auckland. Plus d’informations, tout comme les inscriptions de l’événement, seront bientôt disponibles.

  • Pour plus de photos et pour rejoindre la communauté des disciples numériques, rejoignez le groupe Facebook « Digital Discipleship in the Seventh-day Adventist Church ».

 

De Kirsten Øster Lundqvist
Source https://record.adventistchurch.com/2019/08/14/kiwis-become-digital-disciples/
Traduction : Tiziana Calà

L’Église adventiste au Mexique dévoile un monument commémorant la Bible dans un parc public
La présidente de l’université annonce une nouvelle édition de la Bible d’étude d’Andrews

Laissez votre commentaire

E-MAGAZINE

ADVENTISTE MAGAZINE TV

Top