Main Menu

Courage ! Le vrai courage exige une foi totale et une confiance absolue

Shares

Il n’y a aucune raison de vous décourager. La bonne semence est jetée en terre. Dieu veillera sur elle, la fera germer et produire une abondante moisson. Souvenez-vous que bon nombre des initiatives pour sauver les âmes ont, au début, été poursuivies au milieu de grandes difficultés.

Je suis chargée de vous dire : Agissez avec prudence, faisant toujours ce que le Seigneur ordonne. Allez courageusement de l’avant, assuré que le Seigneur sera avec ceux qui l’aiment et le servent. Il travaillera en faveur de son peuple observateur de l’alliance. Il ne permettra pas qu’ils deviennent un objet d’opprobre. Il purifiera tous ceux qui s’abandonnent à lui, et fera d’eux un sujet de louange sur la terre.

Rien au monde n’est aussi cher à Dieu que son Église. Il œuvrera avec puissance par le biais [d’hommes et de femmes] humbles et fidèles. Christ vous dit aujourd’hui : « Je suis avec toi. Je joins ma puissance à tes efforts fidèles et confiants, et je te donne de précieuses victoires. Je te fortifierai tandis que tu te sanctifies toi-même à mon service. Je couronnerai de succès tes efforts pour secouer les âmes mortes dans leurs fautes et leurs péchés. »

Une foi inébranlable et un amour désintéressé surmonteront les difficultés qui surgissent dans le sentier du devoir pour entraver une guerre agressive. Tandis que ceux qui sont inspirés par cette foi vont de l’avant dans l’œuvre qui consiste à sauver des âmes, ils courent, et ne se lassent point, ils marchent, et ne se fatiguent point. […]

DIEU EST NOTRE FORCE

Souvenez-vous que la source de votre force réside dans la prière. Un ouvrier ne peut s’attendre à réussir s’il bâcle ses prières et se précipite pour voir s’il n’a pas négligé ou oublié quelque chose. Il n’accorde alors que quelques pensées fugitives au Seigneur ; il ne prend pas le temps de penser, de prier, de compter sur Dieu pour renouveler ses forces physiques et spirituelles.

Il se fatigue bientôt. Il ne sent pas l’influence ennoblissante et inspiratrice de Dieu. Il n’est pas vivifié par une vie nouvelle. Son corps et son esprit, harassés, ne sont pas soulagés par une communion personnelle avec le Christ.

« Espère en l’Éternel ! Fortifie-toi et que ton cœur s’affermisse ! Espère en l’Éternel ! » « Il est bon d’attendre en silence le secours de l’Éternel. » (Ps 27.14 ; Lm 3.26) Certains travaillent tout le jour jusque tard dans la nuit pour faire ce qui leur semble devant être fait. Le Seigneur jette un regard de pitié sur ces porteurs chargés, fatigués, et leur dit : « Venez à moi, […] et je vous donnerai du repos. » (Mt 11.28)

Les ouvriers de Dieu se heurteront aux troubles perpétuels, à l’inconfort, et à la fatigue. Parfois, incertains et distraits, ils se retrouvent presque dans le désespoir. Lorsque cette nervosité incessante se produit, puissent-ils se rappeler de l’invitation du Christ : « Venez à l’écart dans un lieu désert, et reposez-vous un peu. » Le Sauveur « donne de la force à celui qui est fatigué, et il augmente la vigueur de celui qui tombe en défaillance » (Es 40.29).

LE COURAGE DE TENIR FERME

Des difficultés mettant votre foi et votre patience à l’épreuve surgiront. Affrontez-les bravement. Regardez au bon côté des choses. Si l’œuvre est entravée, assurez-vous de ne pas en être la cause, puis allez de l’avant en vous réjouissant dans le Seigneur. Le ciel déborde de joie. Il retentit de louanges envers celui qui a consenti à un sacrifice aussi merveilleux pour la rédemption de la race humaine. L’Église sur la terre ne devrait-elle pas déborder de louanges ? Les chrétiens ne devraient-ils pas publier dans le monde entier la joie de servir Christ ? Ceux qui se joignent au chœur angélique dans leurs cantiques de louanges doivent apprendre sur la terre le cantique du ciel, dont l’idée- force est l’action de grâces.

Ne permettez jamais à votre courage de vous abandonner. Ne prononcez jamais des paroles d’incrédulité parce que les apparences sont contre vous. Tandis que vous travaillez pour le Maître, vous sentirez une pression faute de moyens, mais le Seigneur entendra vos pétitions pour obtenir de l’aide et y répondra. Que votre cœur dise : « Mais le Seigneur, l’Éternel, m’a secouru ; c’est pourquoi je n’ai point été déshonoré, c’est pourquoi j’ai rendu mon visage semblable à un caillou, sachant que je ne serais point confondu. » (Es 50.7) Et s’il vous arrive de commettre une erreur, transformez votre défaite en victoire.

MARCHER ET TRAVAILLER PAR LA FOI

La leçon que le Seigneur nous donne, si elle est appréciée, sera pour nous un secours au bon moment. Mettez votre confiance en Dieu. Priez beaucoup, croyez. En vous confiant dans le Seigneur, en croyant, en espérant en lui et en vous appuyant fortement sur sa puissance infinie, vous serez plus que vainqueurs.

Les bons ouvriers marchent et travaillent par la foi. Parfois, leur fatigue s’accroît lorsqu’ils voient la lenteur avec laquelle avance l’œuvre de Dieu et lorsque la bataille fait rage entre les puissances du bien et celles du mal. Mais s’ils refusent de faillir ou de se décourager, ils verront les nuées se dissiper et s’accomplir la promesse de la délivrance. Au travers du brouillard dont Satan les entoure, ils verront resplendir les rayons du Soleil de justice.

Travaillez avec foi, et abandonnez les résultats au Seigneur. Priez avec foi, et les mystères de la providence divine vous seront dévoilés. Il peut sembler parfois qu’il vous est impossible de réussir ; mais travaillez et croyez, mettant dans vos efforts la foi, l’espérance et le courage. Après avoir fait tout ce que vous pouviez, remettez tout entre les mains du Seigneur, confessez sa fidélité, et il vous apportera le secours de sa Parole. Attendez, non avec une anxiété fébrile, mais avec une foi indomptable et une confiance inébranlable.

« Si Dieu est pour nous, qui sera contre nous ? Lui, qui n’a point épargné son propre Fils, mais qui l’a livré pour nous tous, comment ne nous donnera-t-il pas aussi toutes choses avec lui ? Qui accusera les élus de Dieu ? C’est Dieu qui justifie ! Qui les condamnera ? Christ est mort ; bien plus, il est ressuscité, il est à la droite de Dieu, et il intercède pour nous ! Qui nous séparera de l’amour de Christ ? Sera-ce la tribulation, ou l’angoisse, ou la persécution, ou la faim, ou la nudité, ou le péril, ou l’épée ? […] Mais dans toutes ces choses, nous sommes plus que vainqueurs par celui qui nous a aimés. »

Ellen G. White

Les adventistes du septième jour croient qu’Ellen G. White (1827-1915) a exercé le don de prophétie biblique pendant plus de 70 ans de ministère public. Cet extrait est tiré de Testimonies for the Church, Mountain View, Calif., Pacific Press Pub. Assn., 1948, vol. 7, p. 242-245. Les textes bibliques sont de la Bible Louis Segond 1910.

Source : AdventistWorld.org

L'argent ou la vie
Recueillir, préserver, interpréter

Laissez votre commentaire

E-MAGAZINE

ADVENTISTE MAGAZINE TV

Top