Main Menu

La foi et les push-ups

Shares

J ‘entends  souvent des  gens  répéter que « La  foi, c’est  une  ferme assurance  des  choses que  l’on  espère et  une  représentation  de celle  qu’on ne voit pas » (Hébreux 11.1). La foi, c’est faire confiance, même lorsque nous n’avons pas de preuves. Mais ce n’est que lorsque j’ai commencé à faire « des entraînements» avec Dieu que j’ai vraiment compris ce qu’était la foi.

Te souviens-tu de la dernière fois où tu as fait des push-ups ? Combien en as-tu fait ? Était-ce pé­nible ? Quand as-tu essayé ton dernier programme d’entraînement physique ? Malgré les douleurs, les muscles prennent de la force et les résultats sont toujours satisfaisants.

Chaque épreuve de notre vie a cet effet : souffrir pour en ressortir plus fort. Je crois que la foi en Dieu crée en nous des muscles spirituels pour nous donner de l’endurance.

Parmi mes expériences de foi, je me souviens d’avoir fait une demande de bourse lors de mon entrée à l’université. Après un mois d’attente, j’ai reçu un appel pour une entrevue le samedi suivant. J’ai demandé à la personne s’il était possible de passer l’entrevue un autre jour. Impossible. Lorsque je lui ai expliqué mes convictions religieuses, rien à faire. De grandes figures qui devaient donner l’entrevue ne viendraient que ce jour-là. Elle m’a même demandé s’il ne m’était pas possible de faire une exception, c’est-à-dire me présenter à l’entrevue et ensuite aller à l’église. Honnêtement, je ne voulais pas faire ma volonté en son saint jour. Je lui ai dit que faire un compromis un jour ouvrait la porte à d’autres compromis, que j’acceptais cette contrainte et que, si c’était la volonté de Dieu, j’obtiendrais la bourse quand même. Elle a répondu, « Désolée, comme je vous ai expliqué, on ne pourra pas considérer votre candidature. »

Bien souvent, nous pensons que les choses doivent se passer comme nous le voulons, mais la foi, c’est d’avoir confiance sans savoir la manière dont le résultat désiré s’obtiendra. En raccrochant, j’avais beaucoup de questions pour Dieu, mais pour une raison que j’ignore, je me sentais bien. Et j’ai dit,« Seigneur, que ta volonté soit faite.» Dimanche soir, j’ai reçu un appel me demandant s’il était possible de me présenter à l’entrevue le jour suivant. J’ai passé l’entrevue et, le soir même, on m’a appelée pour m’annoncer que j’avais obtenu la bourse. À elle seule, cette bourse a suffi pour payer tout mon premier semestre. Jusqu’à ce jour, je me souviens de cette expérience. Dieu est extraordinaire !

Te demandes-tu comment tu vas payer tes frais de scolarité du semestre prochain ou si tu trouveras un emploi cet été ? Peut-être es-tu en train de remettre en question le programme d’étude que tu as choisi ou de te demander si tu dois changer d’emploi. Dans ton questionnement, il peut t’arriver d’oublier Dieu et ce qu’il a fait pour toi par le passé. Lorsque cela m’arrive, je me souviens aussitôt d’une citation que j’ai entendue à l’église : « Nous n’avons rien à craindre de l’avenir, si ce n’est d’oublier les enseignements du Seigneur et la manière dont il nous a conduits dans le passé. » Un simple avertissement. La seule chose à ne pas oublier, c’est ce que Dieu m’apprend et comment il a agi envers moi dans le passé. Lorsqu’elle a écrit cette phrase, l’auteure, Ellen G. White, passait par des moments très difficiles. Mais Dieu est intervenu dans sa vie et lui a inspiré ces paroles. La plupart d’entre nous avons passé par des moments difficiles l’année dernière. Cette année, Dieu nous dit de ne pas avoir peur. Es-tu prêt(e) à exercer ta foi en toutes circonstances ?

Michelle Lafleur, millénaire étudiante à l’Université d’Ottawa
Source : Message Magazine – Janvier/février 2019

 

           

Reto Mayer quitte la présidence de la Société Biblique Suisse après de longues années
L’Académie des médias en Bulgarie inspire les jeunes à servir l’Église

Laissez votre commentaire

E-MAGAZINE

ADVENTISTE MAGAZINE TV

Top