Main Menu

UN HOMME, UNE FEMME, UN SEUL COUPLE

Shares

Pourquoi certains croient-ils qu’au commencement, Dieu créa plusieurs couples dans le jardin d’Éden ?

Pour soutenir presque tout ce qu’ils désirent croire, les humains sont capables de fournir toutes sortes de preuves. D’où la nécessité d’établir un fondement pour définir et déterminer ce qu’est la vérité. Il y a une histoire derrière les idées. Le fait de la connaître peut nous aider à comprendre pourquoi les gens les ont adoptées, et où elles les ont conduits.

1. L’origine de la polygenèse.

Ce terme savant implique simplement qu’au commencement, Dieu créa plusieurs couples. Monogenèse – l’idée qu’au commencement, Dieu ne créa qu’un couple – en est le terme opposé. Dans le monde chrétien, la monogenèse fut enseignée jusqu’au 17e siècle. C’est à cette époque que certains commencèrent à propager l’idée que Dieu avait créé différents humains. Cet argument n’était avant tout qu’une tentative pour expliquer l’existence des races humaines. En d’autres termes, les différences entre les races étaient si remarquables qu’on en conclut qu’elles résultaient de la polygenèse (création de plusieurs couples).

Mais les idées ne sont pas statiques. Plus tard, on utilisa la polygenèse pour justifier le racisme, voire l’esclavage et la ségrégation. Dans la pensée chrétienne, la monogenèse était théologiquement utilisée pour soutenir le dogme du péché originel : le péché était universel et fut transmis à tous les humains par un couple originel au moyen de la procréation. En raison de l’influence de l’évolution naturelle, le catholicisme n’utilise plus le monogénisme pour soutenir le dogme du péché originel.

2. D’autres arguments.

Certains ont avancé des arguments bibliques pour promouvoir la polygenèse. Ils ont soutenu que lorsque Dieu créa les poissons, les animaux et les oiseaux, il créa non une paire, mais un grand nombre de chaque espèce. En ce qui concerne les humains, il aurait pu faire la même chose. On suggère même que le mot hébreu adam signi e « genre humain », et pas forcément un ou deux humains. Cela implique qu’au commencement, Dieu créa
de nombreux humains.

On a aussi suggéré que la création de plusieurs couples explique bien l’origine de la femme de Caïn. Selon cette théorie, elle naquit de l’un des autres couples que Dieu avait créés et placés en un lieu différent sur la terre. Certains des mythes de la création provenant de l’ancien Proche-Orient suggèrent que les dieux procédèrent à une création de masse d’humains. Selon l’un des mythes babyloniens, les humains furent créés pour prendre la place des divinités secondaires, lesquelles étaient chargées de travailler servilement pour les divinités principales. Ceci exigeait, manifestement, la création de nombreux humains, ou une création collective.

3. La preuve biblique.

Le récit biblique est le seul à présenter la création des humains en tant qu’homme et femme – un seul couple – au commencement. Autant que je sache, on ne trouve aucun récit sur la création de la femme dans la littérature de l’ancien Proche-Orient. Le fait que Genèse 1 et
2 se suivent indique que nous ne traitons pas de deux récits différents de la création humaine, mais du même acte divin. Genèse 1 déclare de façon concise que Dieu créa les humains en tant que couple (homme et femme), et Genèse 2 fournit les détails de leur création.

Ève ne fut pas créée après coup. Elle fut l’expression de l’intention divine originale tandis que Dieu cherchait à créer l’homme et la femme à son image. Le texte biblique est très clair : Ève devint « la mère de tous les vivants » (Gn 3.20). Paul déclara : « Il a fait que tous les hommes, sortis d’un seul sang, habitassent sur toute la surface de la terre » (Ac 17.26, LSG). Caïn épousa manifestement une femme issue des nombreux fils et lles d’Adam et d’Ève (voir Gn 5.4).

Permettons à l’enseignement biblique de percer, par la puissance de l’Esprit, le cœur humain rempli d’orgueil et d’arrogance, et de pousser ce cri dans notre conscience : nous appartenons tous à une seule race ! Il n’y a pas de place pour une gradation de la valeur des êtres humains. Notre génération – peut-être plus que toute autre – a été témoin des horreurs auxquelles une telle gradation a conduit la race humaine.

À la lumière de la croix, l’Église, en tant que communauté de foi mondiale formée de toute nation, de toute tribu, et de tout peuple, est l’endroit où ce miracle de la grâce devrait être manifeste.

Ángel Manuel Rodríguez est maintenant à la retraite. Il a servi l’Église en tant que pasteur, professeur, et théologien.

Une crise aux dimensions cataclysmiques et le reste
DES GRAINS ENTIERS POUR DIMINUER LE RISQUE DE CANCER COLORECTAL

Laissez votre commentaire

Inscrivez-Vous

Inscrivez-vous pour recevoir les notifications dans votre e-mail

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de protection de données.

E-MAGAZINE

ADVENTISTE MAGAZINE TV

Top