Main Menu

LE PRÉSIDENT DE L’ÉGLISE ADVENTISTE DU SEPTIÈME JOUR PUBLIE UNE DÉCLARATION SUR L’HOMOSEXUALITÉ ET L’ÉGLISE

Shares

La vérité biblique et la bonté dans la foi et la pratique.

Au cours des dernières décennies, l’Église Adventiste du Septième Jour a clairement indiqué à travers des déclarations et des directives officiellement votées, sa position biblique concernant la sexualité humaine. Récemment, des questions ont été soulevées concernant les croyances et les pratiques de l’Église en ce qui concerne l’homosexualité et les questions connexes. Cette déclaration réaffirme notre position biblique et encourage une approche semblable à celle du Christ pour ce sujet délicat.

Premièrement, nous devons nous rappeler que « l’Église Adventiste du Septième Jour reconnaît que tout être humain a de la valeur aux yeux de Dieu, et nous cherchons à servir tous les hommes et les femmes dans l’esprit de Jésus. Nous croyons également que par la grâce de Dieu et par l’encouragement de la communauté religieuse, un individu peut vivre en harmonie avec les principes de la Parole de Dieu. »[
[1]

En tant qu’Adventistes du Septième Jour, nous « croyons que l’intimité sexuelle est réservée aux relations conjugales entre un homme et une femme. C’est le projet que Dieu a établi à la création…. Ce modèle hétérosexuel est confirmé à travers toutes les Ecritures. La Bible ne propose aucune disposition pour l’activité ou les relations homosexuelles. Les actes sexuels, en dehors du cadre du mariage hétérosexuel, sont interdits.”[2]

Bien que cette compréhension ne soit pas en phase avec les normes changeantes de la société, en tant qu’Adventistes du Septième Jour, nous devons établir notre foi et notre pratique uniquement sur la Parole intemporelle et immuable de Dieu, la Bible.

Nous croyons que « Le mariage a été institué par Dieu en Eden et confirmé par Jésus à être une union à vie entre un homme et une femme dans une relation d’amour, » [3] et par conséquent les « unions entre personnes de même sexe » ne sont ni bibliques ni acceptées au sein de l’Eglise Adventiste du Septième Jour.

Bien que nous comprenions que « l’homosexualité est une manifestation de la perturbation et de la déchéance dans les inclinations et les relations humaines causées par l’entrée du péché dans le monde, » nous affirmons que toute personne, indépendamment de son orientation sexuelle, est aimée de Dieu. « Nous n’approuvons pas que l’on cible un groupe quelconque pour en faire un objet de mépris et de dérision, et encore moins de maltraitance. Pourtant, la Parole de Dieu qui transcende le temps et la culture n’autorise pas un style de vie homosexuel. »
[4]

Afin de guider la mise en pratique de ces croyances, le Comité Exécutif de la Conférence Générale des Adventistes du Septième Jour a voté le 8 avril 2014 les lignes directrices officielles pour « Réagir aux Attitudes Culturelles qui Changent à propos des Pratiques Homosexuelles et Autres Pratiques Sexuelles Alternatives. » [5]

Ces lignes directrices considèrent l’idéal divin de la sexualité et du mariage, et traitent de la relation de l’église avec la législation civile concernant l’homosexualité et les comportements sexuels alternatifs. Les lignes directrices affirment que « l’Église Adventiste du Septième Jour estime que l’intégralité de la Parole de Dieu constitue son autorité ultime pour la vérité, la doctrine et le mode de vie…. » [6]

Une section clé de ce document, « Les Libertés Morales et Religieuses de l’Église, » déclare:

L’Église Adventiste du Septième Jour encouragera toutes ses congrégations, ses employés, les responsables de ministère, ses organisations et entités, à faire respecter les enseignements de l’église et les pratiques religieuses chez les membres d’église, dans les différents emplois, dans l’éducation, dans les cérémonies de mariage, y compris dans le fait d’officier dans une cérémonie de mariage. Ces enseignements et pratiques religieuses, établis sur les instructions de la Bible concernant la sexualité humaine, s’appliquent de manière égale aux relations hétérosexuelles et homosexuelles. Maintenir le statut de membre de personnes qui adoptent des comportements sexuels incompatibles avec les enseignements bibliques n’est pas en accord avec la compréhension qu’a l’église de l’enseignement biblique. Il n’est pas non plus acceptable pour les pasteurs ou les églises Adventistes d’offrir des services nuptiaux ou des lieux pour mariage à des couples de même sexe. .[7]

Les directives mettent à nouveau l’accent sur le fait que « chaque être humain, quel que soit son sexe, sa race, sa nationalité, sa classe sociale, sa foi ou son orientation sexuelle, mérite d’être traité avec respect et dignité par l’Église Adventiste du Septième Jour ainsi que par les entités et organisations à travers lesquelles elle accomplit la mission de Dieu. » [8]

Invitant instamment à la fidélité jusqu’à la fin, Ellen G. White, auteure inspirée et co-fondatrice de l’Eglise Adventiste du Septième Jour a écrit:

« Tout l’univers s’intéresse d’une manière inexprimable aux dernières scènes de la grande lutte entre le bien et le mal. Le peuple de Dieu approche des rivages du monde éternel; que peut-il y avoir de plus important pour lui que de rester fidèle au Très-Haut? A travers tous les âges, le Seigneur a eu ses héros spirituels, et il en possède encore aujourd’hui — des héros qui, tels Joseph, Elie, Daniel, ne craignent pas de dire qu’ils font partie du peuple élu. » [9]

Reconnaissant que nous vivons à la fin des temps, restons fidèles à la croyance et à la pratique de la Parole de Dieu, tout en « exprimant la vérité biblique avec la bonté de Jésus Lui-même. » [10]

Ted N.C. Wilson est président de l’Église Adventiste du Septième Jour au niveau mondial.


[1] « Homosexualité, » déclaration officielle votée par le Comité Exécutif de la Conférence Générale, le 3 octobre 1999, www.adventist.org/en/information/official-statements/statements/article/go/-/homosexuality/
[2] Ibid.
[3] « Unions entre Personnes de Même Sexe, » déclaration officielle votée par le Comité Exécutif de la Conférence Générale, le 17 octobre 2012. www.adventist.org/en/information/official-statements/statements/article/go/-/same-sex-unions/
[4] Ibid.
[5] « Réagir aux Attitudes Culturelles qui Changent à propos des Pratiques Homosexuelles et Autres Pratiques Sexuelles Alternatives, » 8 avril 2014, Conférence Générale des Adventistes du Septième Jour, Rencontre de Printemps 2014. www.adventist.org/en/information/official-statements/guidelines/article/go/-/responding-to-changing-cultural-attitudes-regarding-homosexual-and-other-alternative-sexual-practice/
[6] Ibid.
[7] Ibid.
[8] Ibid.
[9] Ellen G. White, Prophètes et Rois, p. 107.
[10] « Réagir aux Attitudes Culturelles qui Changent à propos des Pratiques Homosexuelles et Autres Pratiques Sexuelles Alternatives, » 8 avril 2014.

traduction: Patrick Luciathe

This post is also available in: Anglais Espagnol

APRÈS SON BAPTÊME, IL A SERRÉ SON FILS DANS SES BRAS POUR LA PREMIÈRE FOIS !
PASTEUR ET AVOCAT, UNE PREMIÈRE !

Comments (2)

  • Reto Lavi

    22 de décembre de 2017 - 23:30

    Comment peut-on dire d’une part “Nous n’approuvons pas que l’on cible un groupe quelconque pour en faire un objet de mépris et de dérision, et encore moins de maltraitance.” et d’autre part “Maintenir le statut de membre de personnes qui adoptent des comportements sexuels incompatibles avec les enseignements bibliques n’est pas en accord avec la compréhension qu’a l’église de l’enseignement biblique”? Comme si exclure un membre de sa famille spirituelle en raison de son orientation sexuelle n’était pas de la maltraitance!
    Si seulement notre fédération au lieu de relayer ce discours d’exclusion avait le courage de l’union néerlandaise qui en 2014 a déclaré en réaction au document de la conférence générale: “Le comité exécutif s’est engagé à tout faire pour que les LGBT se sente en sécurité dans l’église. … Nous déconseillons fortement d’exclure les membres LGBT” (en anglais sur https://conversation.spectrummagazine.org/t/church-in-the-netherlands-commits-itself-to-being-a-safe-place-for-lgbti-individuals/3211 et en néerlandais sur http://www.adventist.nl/2014/04/24/homoseksualiteit-en-de-kerk/ )

    • Fred vB

      16 de janvier de 2018 - 01:53

      Cher Reto,
      Votre intervention est au départ une question: Comment peut-on dire… biblique”?

      Avant de vous répondre, j’aimerais souligner un terme très significatif qui est celui de “comportement”.

      Je vous répondrai alors très simplement:
      -Imaginez que vous veniez un Shabbat matin pour le culte ou même pour suivre l’École du Shabbat et qu’une des personnes présente, mariée en plus, commence à “draguer” lourdement des personnes (du sexe opposé! Un/e hétéro, quoi) et fasse des remarques osées du genre “Que fais-tu ce soir?” ou bien “Hé, tu serais pas un petit peu en manque?”

      Quelle serait votre réaction face à un tel comportement?
      Vous ne seriez pas par hasard un peu “perturbé” de côtoyer une telle personne?

      -Imaginez maintenant que tous les Shabbats matin un tel scénario se reproduise: allez-vous rester imperturbable, “tolérant”, aimant, respectueux pour cette personne?

      Si on suit votre logique par rapport au comportement scandaleux de celui/celle qui manifeste son homosexualité, on pourrait en déduire que oui, selon vous, l’Eglise doit accepter aussi ce comportement de “dragueur” invétéré, même si il/elle est marié/e.

      Ou alors êtes-vous celui qui pratique le “deux poids, deux mesures”?

      Ce que l’on tolère de la part d’un/e homo (son comportement scandaleux=qui choque) on ne peut pas le tolérer d’un/e hétéro “dragueur/euse”?

      Je vous invite donc à bien réfléchir avant de vous exprimer sur ce sujet en critiquant nos instances. Ce n’est pas que leur “prestige” m’impressionne, au contraire: le Diaconnat est au service des membres, l’Anciennat au service des membres et du Diaconnat, le pasteur au service de l’Anciennat, du Diaconnat et des membres etc.
      Donc plus les instances sont élevées, plus leur engagement, leurs responsabilités sont importants, précieux pour toute la Communauté de l’Eglise. Prions aussi pour eux.

      Alors au besoin interpellons-les avec intelligence, après mûres réflexions et méditations, prières pour être inspiré, mais pas superficiellement, comme une réaction épidermique et dogmatique comme votre intervention le laisse penser.

      J’espère que l’exemple très “basique” que j’ai pris vous permettra de prendre du recul et de relancer une réflexion intérieure plus inspirée que celle que vous nous avez présentée plus haut (j’aurais pu prendre l’exemple de quelqu’un qui a un comportement pédophile, ou violent ou d’ivrogne… ou même qui combine tout cela: jusqu’où irait votre tolérance?).

      D’un autre côté, ce n’est pas moi qui vais vous apprendre comment la Parole nous enseigne quant aux démarches à entreprendre face aux comportements scandaleux: celles-là sont graduées et empreintes d’amour fraternel, de compassion avant d’en arriver à l’exclusion… si celui/celle par qui le scandale arrive persiste envers et contre tout.

      De nouveau, un voleur invétéré qui se réclame de son penchant (et commet vols sur vols en et hors de l’Eglise) manifeste un comportement intolérable qui, s’il n’est pas corrigé, le conduira finalement vers la sortie… jusqu’à rédemption du fauteur.

      Amitiés en Christ
      Fred vB
      PS: je côtoie des amis/es homosexuels/les et par mon amitié, ma compassion positive à leur égard j’espère jusqu’à la fin qu’un jour, tel le bandit à la droite de Christ, le repentir sincère les saisisse.
      Pourquoi eux moins que les autres pécheurs?
      PPS: Auriez-vous l’imprudence de plaider pour les pédophiles comme vous le faites pour les LGTB? (Note: vous n’en pas pas un très bon avocat: vous avez négligés les “Bis”).
      Sinon, pourquoi pas?
      Perso, nous sommes tous pécheurs (repentis, mais pécheurs), alors pourquoi un régime “spécial” pour un certain type de pécheurs?
      Je suis pécheur quand je dis au gendarme “Je n’ai pas vu le signal Stop”.
      Va-t’on pour autant accepter que je me vante dans toute l’Eglise que “Les policiers, je les ai bien eus”?
      Si je répète ça avec tout le monde, tous les Shabbats, à un moment donné, il va y avoir un sérieux problème, par ma seule faute.
      A ce point, je me repends ou j’accepte qu’on ne me supporte plus.
      C’est pareil pour chacun qui affiche un comportement “déviant” permanent et qui en s’en réclame.
      Pourquoi ne fondent-ils leur propre Eglise?
      Ils ne provoqueront plus leurs “frères et soeurs”.
      La seule question sera “Est-ce bien une Église Chrétienne?”
      Je n’y réponds pas, les fruits l’indiqueront par eux-mêmes.

Laissez votre commentaire

Inscrivez-Vous

Inscrivez-vous pour recevoir les notifications dans votre e-mail

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de protection de données.

E-MAGAZINE

ADVENTISTE MAGAZINE TV

Top