Main Menu

CONSCIENCE PERVERSE

Shares

Mae (ce n’est pas son vrai nom) était une des mes clientes. C’était une jeune fille noire dans la vingtaine avec une dépendance au crack. Pour financer sa dépendance, elle travaillait dans le secteur le plus dangereux de la prostitution. Je l’ai représentée devant un juge qui était particulièrement dur envers les prostituées, qu’il envoyait systématiquement quelques temps en prison. Il leur donnait la peine maximum afin de leur donner une leçon et de les protéger du risque d’être tuées dans la rue.

Mae a été tuée dans la rue environ un an après notre dernière rencontre au tribunal.

J’ai appris sa mort en lisant le journal au-dessus de l’épaule d’un policier. Cet homme, bas et corpulent, aux cheveux courts et lunettes métalliques, travaillait souvent sous couverture, en engageant des prostituées – et, selon moi, en piégeant des filles comme Mae – pour ensuite les arrêter.

« Je suis bien content », a-t-il affirmé d’un ton bourru. J’ai vu la photo de Mae dans le journal, elle était si petite, si maigre. La cruauté de cet homme m’a laissée incrédule. Ce qu’il a dit ensuite m’a complètement étonnée : « Elle ne sera plus là pour s’en prendre aux gens ».

Pendant une fraction de seconde j’ai essayé d’imaginer une transaction entre Mae et un type répugnant trompant sa femme pour 20 $ et j’ai imaginé comment Mae pourrait en faire une victime.

Parmi ceux qui possèdent une matraque, une position dominante ou une autorité professionnelle, tous ne discernent pas correctement la valeur des hommes. Une « conscience » corrompue a comme conséquence une justice perverse. Cependant, l’exercice courageux d’un Dieu qui nous donne une conscience nous place sur un chemin de réconciliation. La conscience chrétienne – que je considère être l’influence intérieure du Saint Esprit – nécessite d’être relevée, dans toutes ses nuances. Tout en refusant d’imposer aux autres de suivre notre exemple, en suivant l’Esprit nous créons une atmosphère qui donne à chacun sa valeur en tant que créature de Dieu.

Actuellement, plusieurs questions se posent : les problèmes d’identité nationale, de pouvoir, d’égalité des races et des sexes, des droits de la communauté LGBT, de la liberté religieuse. Celles-ci nous amènent à une perpétuelle introspection. Chacun doit être amené à se responsabiliser de manière individuelle face à ces questions. Je crois que quand la vraie conscience fonctionne, on ne se rend pas complice.

Je ne pense pas que les travailleurs du sexe soient des personnes fascinantes ni que le pole dance soit une bonne occasion de faire du sport. Par contre, certains pensent que des images pornographiques entre les mains d’adultes avertis ne font de mal à personne. Toutefois, nous savons que quelque part quelqu’un est en train de lutter ou est victime de dépendance sexuelle ou pornographique. Personnellement, je ne souhaite pas participer à cela.

 

Intervenir en faveur des personnes vulnérables

Une enquête du Huffington Post de 2013 a démontré que 21% des adultes interrogés connaissaient un collègue qui avait été harcelé sexuellement. La plupart, à savoir 61% des interrogés, ne sait pas comment intervenir pour aider ce collègue. Peut-être que cela changera maintenant qu’on est en train d’apprendre à dire « Non ! », depuis que les célébrités d’Hollywood ont commencé à exercer une grande influence à ce sujet. La conscience exige une intervention.

 

Il faut arrêter l’abus, même quand il est prématuré et déplacé.

Je ne rougis pas quand j’entends que les rencontres sur une banquette arrière ou un rendez-vous à 1 heure du matin a brutalement pris fin car quelqu’un a changé d’avis et a tout stoppé. Un éveil de conscience – la voix de Dieu revendiquant Son droit sur Son bien-aimé – peut ne pas toujours être facile à faire entendre.

Comme Paul l’a dit, « c’est Dieu qui produit en vous le vouloir et le faire, selon son bon plaisir » (Philippiens 2.13). Hélas, la grande indulgence du fils prodigue l’a conduit à une profonde dégradation, mais c’est justement à ce moment-là que sa conscience s’est réveillée (Luc 15.17-20). L’influence du Saint Esprit l’a poussé à tout arrêter et à faire demi-tour pour rentrer à la maison.

 

Les résultats dans l’examen critique

Comme dans le cas de Mae, on devrait être capable de déterminer la différence entre une victime et son persécuteur. Cela exige d’être plus qu’un « analyste superficiel », selon les mos de Martin Luther King Jr. (Lettre d’une prison de Birmingham). Qu’est-ce qui nous a amenés à la crise actuelle ? Quel est le contexte et qui sont les personnes impliquées ?

 

Rechercher une restauration

La conscience cherche à ramener la personne vers un sens d’intégrité. Malheureusement, alors que de grands sommes d’argent peuvent réparer beaucoup de choses, elles peuvent être bien peu de chose pour empêcher une cloche de sonner. Les véritables actes de conscience cherchent à rembourser et restaurer.

Cherchons à préparer et à protéger notre conscience pour faire face aux problèmes qui nuisent à l’image de Dieu dans Ses créatures.

De Carmela Monk Crawford, éditrice de Message Magazine.

Source  https://www.messagemagazine.com/editorial/perverted-conscience/

Traduit par Tiziana Calà

L’ÉGLISE ADVENTISTE PREND POSITION FACE AU NOUVEAU CODE PÉNAL EN BOLIVIE
POURQUOI LES ADVENTISTES DU SEPTIÈME JOUR NE SONT PAS DES FONDAMENTALISTES

Laissez votre commentaire

E-MAGAZINE

ADVENTISTE MAGAZINE TV

Top