Jeunesse : Les arbres, les cerises, le Coca-Cola® et les Explorateurs - Adventiste Magazine

Main Menu

Jeunesse : Les arbres, les cerises, le Coca-Cola® et les Explorateurs

Shares

Des participants prient ensemble lors du Congrès Mondial des Dirigeants de Jeunesse. Photo de John Douane

L’édition 2018 du Congrès Mondial des Dirigeants de Jeunesse s’est poursuivie à Cassel, en Allemagne, avec une série de programmes visant à donner aux dirigeants de jeunesse des concepts et des ressources pour un leadership plus efficace.

Parlons des Arbres

La deuxième journée du programme a débuté par une intervention de l’ancien directeur mondial de la jeunesse, Baraka Muganda, qui a encouragé les dirigeants de jeunesse à être profondément enracinés. S’inspirant du Psaume premier – qui présente l’image d’un arbre florissant planté près de l’eau – Baraka Muganda a expliqué que les arbres bien arrosés ont des racines profondes et que « lorsqu’un arbre a des racines profondes, il ne peut être ébranlé. »

Baraka Muganda a également expliqué que l’arbre planté près de l’eau est fort parce qu’il est proche de la source. « Votre source n’est pas votre petite amie, votre source n’est pas votre revenu, votre source n’est pas votre conjoint, ni votre position, » a déclaré l’énergique Baraka Muganda. « Votre source c’est Dieu ! »

L’ancien responsable mondial de la jeunesse a développé son thème en suggérant que « être enraciné n’est pas suffisant. Un arbre profondément enraciné doit porter des fruits. » Choisissant une métaphore mémorable, Baraka Muganda a souligné la nécessité de la prolifération. « Je vois tellement de jeunes qui ne font que manger, manger, manger, puis ils deviennent spirituellement constipés, » a-t-il dit en plaisantant. « Il vous faut sortir et partager la bonne nouvelle ! »

David Asscherick poursuit sa série en quatre parties au Congrès Mondial des Dirigeants de Jeunesse. Photo : Luis Sanchez

Dans le même élan, Baraka Muganda a félicité les jeunes pour le travail qu’ils font dans le monde entier. « Les ministères de la jeunesse portent du fruit, » a-t-il déclaré. « J’ai visité presque tous les pays. Partout où je vais je trouve deux choses, Coca-Cola et des Éclaireurs ! » Il a partagé plusieurs histoires concernant les Éclaireurs, dont une dans laquelle un maire dans une ville ougandaise a dit un jour à Baraka Muganda : « le fait d’être Chef-Guide m’a donné toutes les compétences dont j’avais besoin pour devenir un leader efficace. »

Après Baraka Muganda, Stephan Sigg, président de l’Union de Fédérations Suisse et ancien dirigeant de la jeunesse de la Division Inter-Européenne, a présenté un discours qui a commencé par une confession : il aime tellement les cerises qu’il les dévore littéralement, y compris le noyau.

Stephan Sigg a utilisé l’illustration pour souligner que c’est le fruit du cerisier qui l’attire d’abord vers l’arbre. En fait, a dit Stephan Sigg, « le fruit est la mission de l’arbre. » Il a encouragé les dirigeants de jeunesse à partager avec les adolescents et les jeunes adultes le fait que « le processus de sanctification dans la Bible est organique, qu’il décrit la croissance d’un fruit. » Stephan Sigg a fait remarquer que « le but de nos ministères est de faire pousser le fruit de l’Esprit. » S’appuyant sur la métaphore biblique mentionnée dans Galates chapitre 5, Stephan Sigg a mis l’accent sur un fruit clé : l’amour.

Stephan Sigg a fait feu de tout bois pour présenter un argument convaincant selon lequel « l’amour n’est pas un élément secondaire, mais le résumé de la Parole de Dieu. » Il a mis l’emphase sur le fait que l’amour n’est pas seulement un attribut de Dieu, mais – en s’appuyant sur l’Écriture – c’est l’essence même de Dieu. Stephan Sigg a suggéré que l’amour n’est pas non plus un accessoire Chrétien, mais que c’est le but même de la sanctification. Il a terminé en disant que « l’amour n’est pas une berceuse, mais c’est un message des temps de la fin, » citant 1 Pierre 4:7-11.

La nouvelle Bible des Jeunes publiée par Safeliz. Photo de Luis Sánchez

Stephan Sigg a conclu en demandant : « Nous contentons-nous en tant qu’église de simplement exécuter un programme, ou sommes-nous une communauté vivante de croyants qui encouragent en Christ et consolent dans l’amour ? »

Outils Tangibles

Outre les dizaines de séminaires en petits groupes, les principales présentations en plénière de la journée comprenaient le partage d’outils concrets pour le ministère de la jeunesse. Italo Osorio-Pezo, architecte de système d’entreprise pour l’Église Adventiste mondiale, a partagé un projet appelé Vivid Faith (Foi Vivante). Né d’un besoin constant de créer des partenariats entre des opportunités de mission et des bénévoles pour la mission, VividFaith.com permet désormais ce type de combinaison. Le site permet aux organisations de choisir parmi les volontaires disponibles, permet aux volontaires de faire la chronique de leur parcours missionnaire et permettra à l’avenir de recevoir des dons spécifiques pour des projets.

Mettant en avant une autre ressource, Jiwan Moon, directeur des Ministères auprès des Campus Publics (PCM) pour l’Église Adventiste mondiale, et « l’ambassadrice des campus, » Chantal Tomlinson, ont indiqué qu’entre 80 et 90% des étudiants Adventistes sont scolarisés sur des campus publics. PCM propose une structure et des ressources aux églises locales souhaitant exercer un ministère auprès des étudiants des campus publics et aux étudiants souhaitant devenir des missionnaires sur le campus.

Enfin, Mario Martinelli, PDG de la maison d’édition Adventiste, Safeliz, basée en Espagne, a rejoint sur l’estrade Gary Blanchard, directeur de la jeunesse de l’Église Adventiste mondiale, pour dévoiler la nouvelle Bible des Jeunes. La Bible, commandée par le département des Ministères de la Jeunesse et produite par Safeliz, contient des centaines d’articles pour les adolescents sur des sujets pertinents et des codes QR intégrés dans la Bible pour du contenu supplémentaire en ligne. Regardez iciune interview de Mario Martinelli menée par Victor Hulbert, directeur de la communication de la Division Transeuropéenne.

Stephan Sigg, président de l’Union de Fédérations Suisse, intervenant lors du Congrès Mondial des Dirigeants de Jeunesse. Photo : Victor Hulbert

Identité en Christ

David Asscherick a poursuivi sa série de présentations du soir en développant encore davantage l’idée d’identité et en mettant l’accent sur « l’identité en Christ. » Il a fait référence aux écrits de l’apôtre Paul, qui dans Romains chapitre 1 décrit son identité claire et confiante.

David Asscherick s’est ensuite tourné vers Colossiens 3 pour explorer encore l’identité du croyant en Christ. Soulignant l’importance du texte dans sa dimension grammaticale, il a attiré l’attention sur les mots employés au passé par Paul au verset 3 – « car vous êtes morts. » « La part du lion de notre identité en Christ vient de notre confiance dans le fait que nous sommes morts avec Christ, » a déclaré David Asscherick.

Poursuivant avec le passage, il a passé beaucoup de temps sur la phrase « et votre vie est maintenant cachée avec Christ en Dieu. » Le temps présent utilisé pour ces mots, a dit David Asscherick, est significatif car il nous donne l’assurance présente de notre situation avec Dieu. « Quand nous péchons après le baptême, il nous faut nous cacher et les Écritures disent que nous sommes cachés en Dieu. » Rappelant l’instinct d’Adam et Eve de se cacher après le péché originel, il a affirmé que leur instinct de se cacher était correct mais mal appliqué. « Dieu n’est pas un Dieu de qui on se cache ; Il est un Dieu dans lequel on se cache. »

L’apôtre écrit ensuite (au verset 4) que « Quand Christ, votre vie, paraîtra, alors vous paraîtrez aussi avec lui dans la gloire. » Pour David Asscherick, cela a à voir avec une certitude, une sécurité et quelque chose de factuel. « Il ne fait aucun doute dans l’esprit de Paul que si vous êtes mort et si votre vie est cachée en lui, vous apparaîtrez avec Christ dans la gloire. »

David Asscherick a conclu avec le verset 5 du passage, dans lequel l’auteur encourage les croyants à faire mourir des éléments de « la nature terrestre, » après avoir compris leur identité en Christ. « La croissance est le résultat d’une confiance dans votre situation avec Christ, » a conclu David Asscherick. Il a dit aux dirigeants de jeunesse que « si les jeunes n’ont pas confiance en leur identité en Christ, ils ne vont pas prendre de risques et tenter de grandes choses pour le Royaume. »

Suivez les sites web de Adventist Review et Adventist World pour d’autres récits du Congrès Mondial des Dirigeants de Jeunesse ; Regardez les séances plénières en direct ici et informez-vous des derniers développements sur #GYLC18. 

Costin Jordache, Directeur de la Communication et Rédacteur des Informations, Adventist Review

Traduction: Patrick Luciathe

Ouverture en Égypte du plus grand centre communautaire Adventiste du Moyen-Orient
Très belle expérience lors de la course caritative à Genève [Video]

Laissez votre commentaire

Inscrivez-Vous

Inscrivez-vous pour recevoir les notifications dans votre e-mail

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de protection de données.

E-MAGAZINE

ADVENTISTE MAGAZINE TV

Top