Main Menu

“Ce n’est pas une conversion, c’est une réincarnation…”

Shares

Comme dans le film “50 First Dates”, Jessica a perdu la mémoire. Son petit ami peut-il la faire retomber amoureuse ? Et quel est le rapport avec le fait de devenir chrétien ?

Le reportage se lit comme l’intrigue d’un film.*

Jessica Sharman se rendait au travail à Londres lorsqu’elle eut une crise d’épilepsie extrême. Elle fut transportée à l’hôpital et s’est finalement rétablie physiquement.

Mais une chose n’est pas revenue, sa mémoire. Elle ne se souvenait plus de ses parents ni même de son petit ami, Rich. Elle ne pouvait même pas se reconnaître.

Rich a donc décidé de la faire retomber amoureuse de lui. Il aurait pu s’en aller à ce moment-là et prendre un nouveau départ. Au lieu de cela, il a dû travailler très dur pour regagner sa confiance, construire de nouveaux souvenirs partagés et rester à ses côtés quoi qu’il arrive. Pourtant, d’une certaine façon, c’était un tout nouveau départ pour Jessica. Elle a trouvé un nouvel emploi et a coupé des liens avec son ancienne vie. Elle trouvait stressant que les gens s’approchent d’elle parce qu’ils la reconnaissaient et essayaient de lui rappeler des événements dont elle ne se souvenait absolument pas.

Parfois, je me dis qu’on aimerait que notre expérience de conversion soit comme ça. Nous aimerions un véritable retour à la case départ, une réinitialisation complète. À bien des égards, ce serait plus facile. Je suis désolé de vous dire que ce n’est pas une conversion, c’est une réincarnation !

Quand nous naissons de nouveau, nous avons un nouveau départ, cependant, contrairement à Jessica, nos souvenirs ne sont pas effacés. Nous conservons encore les traumatismes, les blessures, la douleur, les habitudes et les effets du péché ou des décisions que nous avons pu commettre dans le passé. Oui, Dieu peut aider et guérir, et parfois Il nous libère de certaines choses immédiatement. Mais ce n’est pas l’expérience de tout le monde. Plus souvent, c’est un voyage de croissance, comme l’appelle Paul, une course à courir (et à gagner) avec l’aide du Christ (1 Corinthiens 9:24).
“Trop souvent, nous agissons comme si nous étions amnésiques… et supprimons nos vies passées.”

Il y a de bonnes raisons à cela.

Le souvenir de ce que nous avons vécu devrait nous donner de la compassion et de l’empathie pour ceux qui sont encore empêtrés dans des conditions de vie difficiles. Je n’avais pas d’outils pour aider ceux qui souffraient jusqu’à ce que je souffre moi-même. Cette conscience de ce que nous avons été et de notre dépendance à la grâce de Dieu devrait nous garder humbles et nous protéger des péchés d’orgueil, de jugement et de préjugés. Si nos souvenirs étaient effacés, nous n’aurions pas cette protection.

Nous avons aussi l’occasion d’utiliser nos expériences dans le ministère (pas nécessairement celles qui sont rémunérées, mais celles que tous les chrétiens sont censés faire en partageant leur foi). Notre expérience passée peut être à la fois un terrain d’entraînement et un réseau.

Il existe un précédent biblique à cet égard.

L’homme guéri des démons fut renvoyé par Jésus dans sa communauté, tandis que Jésus Lui-même fut chassé.Lorsque Jésus revint dans la région, il fut accueilli grâce au témoignage de cet homme.

Moïse a quitté son éducation et son enculturation pour vivre dans le désert pendant 40 ans, acquérant des compétences qui lui seraient très utiles dans son rôle de dirigeant d’Israël. Mais quand Dieu rencontre Moïse au Sinaï, il rappelle Moïse à s’engager de nouveau avec l’Égypte, pour être le porte-parole de Dieu dans cette nation riche et païenne.

Nous sommes appelés à aimer notre famille et nos amis, même s’ils sont encore engagés dans tous les comportements dont nous avons échappé. Nous devons chercher des moyens de rester en contact et de leur donner l’occasion de voir nos vies changées. Certaines personnes peuvent s’éloigner de nous à cause de ce que nous choisissons d’être, mais nous sommes appelés à servir et à guérir l’humanité brisée.

Pourtant, nous agissons trop souvent comme si nous étions amnésiques. Nous nous conformons très rapidement à notre nouvelle famille, à notre communauté de foi, et nous supprimons nos vies passées.

Si nous vivons comme des amnésiques, nous serons moins efficaces en tant que coureurs dans la course de la vie. Dieu nous appelle, non pas à nier ou à oublier notre passé, mais à l’utiliser ; à nous rappeler d’où nous venons, à ressentir pour ceux qui luttent, à réorienter nos compétences vers le ministère et à utiliser nos réseaux pour partager la bonne nouvelle que nous avons reçue.

* “Jessica Sharman est devenue amnésique et son petit ami Rich Bishop a dû la faire retomber amoureuse de lui.” news.com.au, 9 février 2017.

Photo : AUC Resource Library

Une « dîme extraordinaire » continue de financer la mission
Les délégués du Conseil Annuel de la GC ont voté l'adoption des mesures disciplinaires contre la non conformité.

Adventiste Magazine

La revue officielle de la Fédération des Églises Adventistes du Septième jour de la Suisse romande et du Tessin.

Laissez votre commentaire

Inscrivez-Vous

Inscrivez-vous pour recevoir les notifications dans votre e-mail

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de protection de données.

E-MAGAZINE

ADVENTISTE MAGAZINE TV

Top