Main Menu

Le nombre de décès dû au cancer dépasse celui des maladies cardiaques

Shares

A première vue, le titre semble décourageant, mais de bonnes nouvelles sont cachées dans les récentes découvertes indiquant que le cancer dépassera bientôt les maladies cardiaques pour devenir la première cause de décès aux États-Unis. C’est ce que pense Luis Carrascosa, radio-oncologue à AdventHealth Palm Coast, anciennement le Florida Hospital Flagler, une institution médicale Adventiste du septième jour à Palm Coast, en Floride, aux États-Unis.

« Quand vous considérez les données, ce qui est frappant, c’est le fait que les décès dûs aux maladies cardiovasculaires diminuent beaucoup plus rapidement que les taux de décès par cancer, » a dit Luis Carrascosa. En d’autres termes, les taux de mortalité dûs au cancer et aux maladies cardiaques diminuent, mais ils diminuent plus rapidement dans le cas de maladies cardiaques.

Des millions de personnes qui seraient décédées des suites d’une crise cardiaque ou d’un accident vasculaire cérébral il y a une dizaine ou une vingtaine d’années sont maintenant sauvées grâce aux progrès réalisés en matière de traitement dans des hôpitaux communautaires tels que AdventHealth Waterman à Tavares (anciennement connu sous le nom de Florida Hospital Waterman), a déclaré Henry Lesmes, qui est cardiologue à l’Hôpital Waterman.

Lors d’une crise cardiaque, il est essentiel d’ouvrir les vaisseaux sanguins bloqués pour permettre au sang et à l’oxygène de pénétrer dans le cœur avant que le muscle ne commence à dépérir, a dit Henry Lesmes. Les technologies les plus efficaces pour le faire n’étaient autrefois disponibles que dans les grands hôpitaux, mais se sont depuis étendues aux plus petits établissements.

Il y a environ 15 ans, AdventHealth Waterman a ouvert son laboratoire de cathétérisme cardiaque qui offrait un service 24 heures sur 24, permettant ainsi aux médecins de déterminer quelle artère est bloquée et de prendre des mesures pour l’ouvrir. L’hôpital a également investi 1,7 million de dollars dans ce laboratoire en 2014 pour ajouter un système d’imagerie numérique capable de mesurer et de traiter plus précisément les obstructions.

Une façon de mesurer cette avancée consiste à utiliser le temps « de la porte au ballon » ou le temps qui s’écoule entre le moment où un patient entre à l’hôpital et le moment où débute l’utilisation d’un ballon servant à ouvrir une artère obstruée. La durée moyenne de la porte au ballon à AdventHealth Waterman est de 53 minutes, soit 30 minutes de moins que la norme nationale établie par le Collège Américain de Cardiologie.

« Auparavant, si le patient ne pouvait pas être transporté vers un site en mesure de proposer ces traitements, il n’avait aucune chance, » a dit Henry Lesmes.

Les procédures chirurgicales et les dispositifs médicaux ont également évolué, a fait remarquer Henry Lesmes. À une époque, la chirurgie à cœur ouvert était le seul moyen de réparer un cœur malade, mais des procédures plus récentes sont souvent moins invasives, ce qui permet à un plus grand nombre d’adultes plus âgés d’en bénéficier.

Les progrès ne se produisaient pas que dans les hôpitaux. Un réseau de traumatologie a été créé afin que les intervenants des services d’urgence puissent activer un système permettant d’appliquer un traitement vital avant l’entrée du patient dans l’hôpital. Et de nouveaux médicaments ont aidé les gens à vivre plus longtemps avec une maladie cardiaque en contrôlant leur pression artérielle et leur cholestérol.

Les médecins notent que le changement le plus important en dehors de l’hôpital a été la diminution du tabagisme, qui provoque une multiplication par deux ou quatre de la maladie artérielle. Malheureusement, dans le même temps, les taux d’obésité et de diabète continuent d’augmenter.

« Un changement peut se produire, mais pour une raison quelconque, nous avons eu un impact plus important sur les taux de tabagisme que sur ceux de l’obésité et du diabète, » a déclaré Henry Lesmes.

Les chercheurs trouvent davantage de bonnes nouvelles dans ces données. Les tendances globales se maintiennent parmi les Américains ayant les revenus les plus bas et les plus élevés dans pratiquement tous les groupes raciaux et ethniques. L’exception concerne les Amérindiens, dont le taux de mortalité par cancer a légèrement augmenté, selon une étude publiée en novembre 2018 dans les Annales de la Médicine Interne.

Progrès aussi sur le Front du Cancer

Luis Carrascosa, expert en radio-oncologie à Palm Coast, s’empresse de souligner les progrès réalisés dans le traitement du cancer. Parce pour traiter la plupart des cancers, il est essentiel de les détecter très tôt – idéalement, avant même que les symptômes n’apparaissent – des efforts considérables ont été faits pour dépister le cancer à un stade précoce chez des personnes en bonne santé.

Par exemple, des scanners à faible dose sur des fumeurs et des anciens fumeurs aident à détecter les cancers du poumon à un stade précoce, et on a pu détecter davantage de cancers du côlon à un stade précoce chez de nombreux adultes qui ont fait une coloscopie.

De nouveaux traitements, tels que l’immunothérapie, ralentissent la mortalité causée par le cancer, permettant à de nombreuses personnes de vivre pendant des mois ou des années avec un cancer à un stade avancé. Ces nouveaux traitements ne sont pas un traitement curatif pour tous les cancers, mais ils constituent un pas dans la bonne direction, a déclaré Luis Carrascosa.

Luis Carrascosa constate aussi des avancées dans son propre champ de travail qui utilise des radiations ciblées pour attaquer les cellules cancéreuses et permet de traiter environ 60% des cas de cancer. Les radiations guidées par l’image ont permis aux médecins d’appliquer des doses plus élevées car elles ciblent plus précisément la tumeur.

Moins d’études cliniques ont été menées sur la radiothérapie par rapport à la chimiothérapie, qui utilise des médicaments pour traiter le cancer. Selon Luis Carrascosa, cela est dû en partie au fait que les sociétés pharmaceutiques sont principalement intéressées à parrainer des études sur la chimiothérapie ou l’immunothérapie.

« La communauté médicale a fait entendre sa voix afin d’obtenir un meilleur financement pour la recherche en radio-oncologie, » a-t-il déclaré.

Encore une fois, de grandes avancées ont été réalisées en dehors de l’hôpital, la baisse du taux de tabagisme entraînant moins de cancers du poumon mortels.

Les chercheurs soulignent que ces taux nationaux de mortalité dûs aux maladies cardiaques et au cancer ne s’appliquent pas à tous les patients. Pour apprendre à gérer les risques les plus importants pour chaque individu ainsi que pour ses proches, les patients devraient consulter leur propre médecin. « Les médecins d’AdventHealth sont également des experts qui peuvent aider chaque patient à adopter les changements de mode de vie susceptibles de prévenir les maladies cardiaques et le cancer, » a déclaré un dirigeant.

 

Source https://www.interamerica.org/fr/2019/01/le-fait-que-le-cancer-soit-la-principale-cause-de-deces-est-un-signe-indiquant-des-progres-en-matiere-de-maladie-cardiaque/

La version originale de cet article a été publiée sur le blog State of Health de l’Hôpital de Floride.

Traduction : Patrick Luciathe

Après deux ans, une église adventiste à Cuba est florissante
Le ministère des Sourds interprète un accouchement

Adventiste Magazine

La revue officielle de la Fédération des Églises Adventistes du Septième jour de la Suisse romande et du Tessin.

Laissez votre commentaire

Inscrivez-Vous

Inscrivez-vous pour recevoir les notifications dans votre e-mail

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de protection de données.

E-MAGAZINE

ADVENTISTE MAGAZINE TV

Top