Main Menu

Si Dieu est pour nous – Baptême de Marco à Delémont

Shares

Claudia Dala da Silva est épouse et mère de deux enfants. Adventiste, elle connaît Dieu mais cela ne l’empêche pas de connaître aussi de sérieux problèmes, qui la poussent à se séparer de son mari. Pour se protéger de la pression que lui met son ex-époux, Claudia fuit vers un abri où sa petite famille trouve refuge. Une vie difficile commence alors : c’est l’hiver, le temps est rude, le travail est précaire et élever deux enfants seule est une tâche qui ne lui laisse aucun moment de repos. L’envie de tout laisser tomber envahit souvent son cœur. Désemparée face à cette nouvelle et lourde vie, Claudia se lève un samedi matin et fait appel au Seigneur sous forme de pacte : « Si tu nous ne nous abandonnes pas, si tu es pour nous, je m’engage à amener mes deux enfants tous les samedis à l’église. » Ce sabbat-là, très abattue, elle arrive tout de même à se rendre à l’église mais elle ne fait que pleurer au point de ne pas arriver à chanter. En réponse à sa prière, Dieu n’a pas abandonné cette maman. Il a utilisé différentes manières pour la soutenir et se présenter à elle, notamment à travers des frères et sœurs d’église qui ont été de véritables et infaillibles remparts pour elle et sa famille. C’est ainsi que cette famille avance dans la vie, bon gré mal gré, en suivant les préceptes religieux adventistes.

L’aîné de ses enfants, c’est Marco. Il est venu au monde avec beaucoup de difficultés et de souffrance. À sa naissance, il connaît des problèmes respiratoires, notamment dû au fait qu’il a bu du liquide amniotique dans le ventre sa mère. La peau grise, sans quasiment aucun signe vital, les médecins arrivent à la réanimer et lui sauver la vie. Il passe tout de même 2 mois à l’hôpital. Pour Claudia, c’est Dieu qui l’a sauvé.

Marco grandit sans aucun problème de santé. Il commence à marcher à 8 mois ! Quelques temps plus tard, il sait déjà dire « papa », « maman », « non ». Il aime les légos, son petit piano, … Mais avec le temps, Claudia remarque que Marco cesse d’évoluer. À 3 ans, Marco ne dit plus un mot. Il rétrograde et ne communique plus que par gestes. Cela inquiète énormément sa mère. La pédiatre ne partageant pas son inquiétude, Claudia se tourne vers une assistante sociale qui l’oriente vers un pédopsychiatre. C’est la fin du tunnel pour cette famille qui obtient des réponses. Marco est diagnostiqué porteur du syndrome d’Asperger, une forme d’autisme. Pris en charge par un psychologue et un orthophoniste, et inscrit à la villa blanche de 5 à 9 ans – une école spécialisée dans l’accompagnement des enfants en difficulté – Marco fait des progrès et recommence notamment à apprendre à parler. Face à ses grandes évolutions, on change Marco d’école pour qu’il commence enfin sa scolarité.

Dès 12 ans, Marco exprime son désir d’être baptisé. Il a toujours montré un certain amour pour Jésus. Il aimait regarder les films bibliques : Sanson, Jonas, Moïse et la mer Rouge, … Il était fasciné par ces héros de la foi. Mais sa maman estime qu’il est trop tôt. Elle essaie de retarder l’événement pour voir comment Dieu va utiliser son fils.

Marco poursuit son chemin, miracle après miracle : il apprend à faire du vélo, à nager, … de manière autonome. L’école pensait qu’il développait toutes ses habilités en famille et sa mère pensait qu’on lui enseignait tout cela à l’école. Mais tous ont découvert plus tard que Marco a acquis ces compétences seul… et Claudia le sait, par la grâce de Dieu. Grâce à Lui, il est devenu un jeune homme intelligent, très poli et serviable.

Durant un temps, l’église de Delémont a formé un groupe d’études bibliques, Marco y a participé fidèlement. Là, il a beaucoup appris. Claudia est passée de maman inquiète à maman confiante et fière de son fils. Elle sait que Dieu opère dans la vie de ses enfants. Toutefois, elle perçoit que son fils a besoin d’une présence masculine pour parler, s’ouvrir, se confier. Et Dieu envoie le pasteur David Jennah. Tous deux se lient d’amitié. Marco prévient régulièrement sa mère qu’il a rendez-vous avec le pasteur David. Sa mère se réjouit de ces échanges entre eux. Plus tard, elle découvre que Marco a repris des études bibliques avec le pasteur.

Convaincu de l’importance du sabbat, Marco a confirmé son désir de s’engager avec le Seigneur. Et pour la plus grande joie de sa famille, Marco a scellé son amitié avec Jésus le 17 août 2019. Ce jour-là, le visage de ce jeune homme timide s’est illuminé de manière spéciale. L’église entière, émue, a accompagné Marco et sa famille dans cette cérémonie heureuse qui marque un nouveau début dans la vie de Marco, le plus important de tous, le début de sa vie dans le royaume de Dieu, où il n’existe aucune souffrance, aucune douleur, aucune larme, aucune maladie. Marco a revêtu sa nouvelle identité, celle d’enfant de de Dieu. C’est la seule qui compte désormais.

Alors « Si Dieu est avec nous, qui sera contre nous ? ». Demandez à Marco et Claudia, ils répondront : rien ni personne !

IMPACT 2020
Evangélisation et endroits reculés - « Ce n’est pas une route facile »

Adventiste Magazine

La revue officielle de la Fédération des Églises Adventistes du Septième jour de la Suisse romande et du Tessin.

Laissez votre commentaire

E-MAGAZINE

ADVENTISTE MAGAZINE TV

Top