Risa est née au Brésil où elle a grandi côtoyant les témoins de Jéhovah. A travers sa sœur, fidèle de cette dénomination, elle a connu Dieu et a reçu une instruction biblique. Active dans cette église, elle a participé à beaucoup d’activités, notamment à des campagnes d’évangélisation, sans jamais pour autant en arriver à prendre la décision de se baptiser.

Pour des raisons professionnelles, Risa déménage loin de sa famille, elle part vivre à Brasilia, capitale du Brésil, pour travailler au sénat fédéral. Elle choisit alors de vivre sa vie, sans ne plus donner place à une quelconque religion.

Cinq années plus tard, arrivée en Suisse pour travailler dans une banque, elle continue de profiter de la vie à sa manière. Sa foi n’est pas froide, elle s’est tout simplement congelée, arrivant à douter de l’existence même de Dieu. Tout ce qu’elle a appris auparavant ne fait plus sens. Elle se considère alors (presque) athée. Toutefois, certains mystères la tourmentent et ne la lâchent pas. D’où vient l’Homme ? Y a-t-il une vie après la mort ? L’âme est-elle immortelle ? A la mort de ses parents, ces questions s’intensifient et elle se tourne vers le spiritisme pour trouver des réponses. Sa quête spirituelle pourrait enfin aboutir mais des doutes persistent, qu’elle cherche à camoufler par un style de vie effréné.

Cela dure 28 ans.

Au milieu de sa routine, il y a environ un an, Risa se pose un soir sur son canapé pour regarder la télé. En zappant elle tombe sur une chaîne du câble, une chaîne nationale brésilienne, et commence à regarder une émission très connue dans son pays, présentée par un présentateur très connu aussi. Ce soir-là, un des invités de l’émission est un certain Rodrigo Silva, archéologue, venu présenter plusieurs raisons pour lesquelles nous pouvons croire à la résurrection du Christ. Cet homme se montre très intelligent, très intéressant et Risa est convaincue par ses explications. Intriguée, elle va chercher sur internet si elle trouve d’autres interviews de cet archéologue. Et elle trouve, plein ! Et pour cause, cet homme présente sa propre émission de télévision sur une chaîne câblée au Brésil, la TV Novo Tempo, chaîne adventiste brésilienne.

C’est alors que Risa commence à regarder tous les reportages, toutes les interviews de Rodrigo Silva. De fil en aiguille, elle se retrouve à étudier des thèmes plus variés que la simple archéologie. La porte s’ouvre sur une étendue de connaissances et de vérités qui l’émerveillent. Sa vision du monde change petit à petit. Son intérêt pour les histoires bibliques ne cesse d’augmenter. Elle ne se limite plus aux documentaires venant de Rodrigo Silva. Elle regarde des émissions d’autres pasteurs de la TV Novo Tempo. Elle le dit elle-même, ce fut « une lumière sur (son) sentier ».

Ces découvertes ont un réel effet sur sa vie. Elle n’a plus envie de sortir avec ses amies, de passer ses week-ends à danser, ni même de fumer. Son plaisir devient : rester à la maison et faire des recherches sur internet concernant la Bible.

Après un an, une fois de plus, Risa se place devant son ordinateur mais cette fois, pour chercher l’adresse d’une église adventiste en Suisse. En effet, elle se sent poussée à entrer en contact avec un pasteur adventiste. Certaines croyances adventistes lui posent encore question, car totalement en contradiction avec ce en quoi elle croyait jusqu’alors. Sur le web, elle trouve l’adresse de l’église de Renens sur Google Maps. De là, elle est redirigée vers le site web de l’église. Elle y trouve les contacts et envoie un courriel. Le pasteur Samuel Cunha entre en contact avec elle le 23 juin 2016. Ensemble, ils étudient certains points spécifiques : le sabbat, la trinité. Le sanctuaire est le thème qui fera toute la différence dans la vie de Risa. Cette promesse du salut a connecté entre elles toutes les vérités découvertes jusqu’alors. Cela a donné du sens à toute son existence. Sa vie a finalement complètement changé et en profondeur.

Un an plus tard, jour pour jour, le vendredi 23 juin 2017, Samuel Cunha a eu le plaisir de baptiser Risa dans le lac, à la Lignière. C’est avec joie qu’elle a été reçu dans la famille de Dieu par ses frères et sœurs de Renens mais aussi de l’église lusophone de Lausanne avec qui Risa partage certains sabbats. Un moment qui clôt officiellement un pan de sa vie et ouvre une nouvelle page, celle de la vie éternelle.

Article rédigé sur les propos de Risa 

LES PERSÉCUTIONS CONTRE LES ENFANTS DES TÉMOINS DE JÉHOVAH
QUEL LIEN ENTRE LE RÉGIME VÉGÉTALIEN ET LE CANCER DE LA PROSTATE ?