Main Menu

APRÈS SON BAPTÊME, IL A SERRÉ SON FILS DANS SES BRAS POUR LA PREMIÈRE FOIS !

Shares

Un président de division baptise son propre père. Alors qu’il sortait de l’eau, l’homme de 76 ans a serré son fils dans ses bras pour la première fois.

Samuel Saw, président de la Division d’Asie du Sud-Pacifique de l’Église Adventiste, a grandi sans contact avec son père. Les deux n’ont jamais passé de temps ensemble dans leur pays, au Myanmar. Ils n’avaient pas non plus l’habitude de se parler.

« Il ne m’a jamais embrassé » témoigne Samuel. « J’étais un garçon sans père ».

Samuel a été élevé par ses grands-parents. Il a étudié dans une école adventiste et a fait des études pour devenir pasteur au Séminaire Adventiste de Myanmar à Myaungmya, une ville de 280000 personnes localisée à environ 225 km à l’ouest de la capitale, Yangon.

Le travail de l’église est un défi dans cette région d’Asie du Sud où seulement 4% de la population est chrétienne. Les bouddhistes représentent environ 90% de la population et les musulmans environ 4%.

En tant que pasteur, Samuel a dit à beaucoup de personnes : « évangélisez les non-chrétiens de votre famille et de votre entourage ». Mais lui n’a jamais évangélisé son père.

Samuel s’est marié, a eu deux enfants et a servi comme pasteur et administrateur de l’église en Thaïlande, à Singapour et aux Philippines.

Il y a deux ans, alors qu’il servait comme secrétaire exécutif de la division Division d’Asie du Sud-Pacifique, Samuel a assisté à une semaine de prière qui lui a fait penser à son père. Après une des rencontres, il a parlé de son enfance avec l’orateur. Les deux hommes ont prié ensemble, et l’orateur a dit : « Tu sois évangéliser ton propre père ».

Samuel a prié Dieu pour recevoir de la force. Il ressentait de la peine lorsqu’il pensait à son père, et il sentait le manque de désir de se connecter avec lui. Il a continué à prier – et l’impensable s’est passé.

« J’ai eu le privilège de baptiser mon propre père à l’âge de 76 ans, » a raconté Samuel à environ 3000 personnes lors de la célébration des 115 ans de son ancienne école, le séminaire adventiste de Myanmar.

Samuel se souvient encore ce que son père a dit après son baptême.

« Fils, le vieil homme dit, ‘je veux être un chrétien qui va à l’église avec le cantique et la Bible dans la main. S’il te plait, achète-moi un cantique et une bible, pour que je puisse les amener avec moi à l’église’. »

Il a ajouté : « Ne t’inquiète pas pour moi, je vais continuer à chercher Dieu. »

Samuel était encore ému sur l’estrade en se rappelant son père sortant du baptistère et l’enlaçant.

« C’était la première fois de toute ma vie qu’il m’embrassait », a-t-il avoué.

Samuel, qui en 2016 a été élu président de la Division d’Asie du Sud-Pacifique, dont le territoire de 14 pays inclut le Myanmar, a encouragé l’assemblée à demander à Dieu de l’aide pour surmonter les préjudices reçus dans leurs vies.

« Nous avons besoin de la puissance de Dieu pour dépasser l’amertume et les blessures que parfois nous portons toute notre vie, » dit-il. « Nous ne sommes que des humains sans la puissance transformatrice de Dieu. Mais avec Sa puissance, nous pouvons faire la différence dans le monde. »

Par Andrew McChesney, Mission Adventiste

Traduit par Corine Claus

"OÙ SONT-ILS ?" - QUAND L’ÉGLISE PEUT FAIRE MAL !
LE PRÉSIDENT DE L'ÉGLISE ADVENTISTE DU SEPTIÈME JOUR PUBLIE UNE DÉCLARATION SUR L'HOMOSEXUALITÉ ET L'ÉGLISE

Laissez votre commentaire

E-MAGAZINE

ADVENTISTE MAGAZINE TV

Top