Anna Clara ZÜRCHER est née STEVENY le 18 août 1920 à Nivelles (Belgique), d’un père belge et d’une mère anglaise. L’héritage de sa maman lui permettra par la suite d’enseigner l’anglais. Après ses études primaires, elle suit des cours d’arts ménagers. A 16 ans, elle vient au Séminaire adventiste de Collonges-sous-Salève pour y préparer un diplôme de commerce. Trois ans plus tard, elle est employée comme secrétaire de direction dans cette institution.

En 1941, Anna épouse Jean ZÜRCHER. Ils formeront pendant 61 ans un couple dévoué au service des autres. Ensemble, ils traversent la dure période de la guerre. Anna cache fréquemment des fugitifs à la maison en attendant que son mari leur fasse passer clandestinement la frontière franco-suisse.

En 1946, le couple part à Madagascar pour y prendre en charge la direction d’un séminaire de théologie pour 20 garçons. Désirant apporter une éducation non seulement aux garçons mais également aux filles, ils développent en 12 ans une école mixte de 350 élèves, du primaire au lycée, avec des cours de théologie, de secrétariat et de pédagogie. Pour aider en particulier les filles à payer leurs études, Anna leur enseigne la broderie et confectionne avec elles des nappes brodées qui seront vendues dans le monde entier.

De 1958 à 1960, le couple et ses 3 enfants – Frédéric, Tania et Donald – séjourne aux États-Unis dans une université proche de Boston.

En 1960, Jean est appelé à prendre la direction du Séminaire adventiste de Collonges où Anna retrouve sa fonction de secrétaire de direction et de professeur d’anglais. Nombre de ses élèves diront d’elle qu’elle fut leur seconde maman.

Dix ans plus tard, une nouvelle page se tourne. Anna suit son mari à Berne où elle assure pour l’église adventiste d’Europe et d’Afrique francophone, le secrétariat du département de l’Éducation.

En 1985, le couple prend sa retraite à Gland. Lorsqu’en 2003, Anna perd son mari, elle poursuit courageusement ses activités jusqu’en 2014, au moment où un problème de santé la contraint à des soins permanents. Elle rejoint alors l’EMS La Clairière à Mies, qu’elle illumine de sa gentillesse jusqu’à ses derniers jours.

Elle était appelée « Mamy Chouchou » par ses 8 petits-enfants, ses 17 arrière-petits-enfants et ses 2 arrière-arrière-petites-filles.

Tous ceux qui l’ont côtoyée ont découvert en elle une personne tendre et affectueuse. Sa famille.

RÉCIT DU VOYAGE HUMANITAIRE "CONNEXION CAMBODGE"
LE GRAND DEFI DES PARENTS : LA TRANSMISSION DE LA FOI À SES ENFANTS !