Main Menu

200ème« Partage au féminin » à Neuchâtel

Shares

Au chapitre 19 de l’évangile de Luc, Jésus utilise la parabole des talents pour affirmer que Dieu confie des dons différents et une mission à chacun de ses serviteurs qui composent l’Église. Si chaque chrétien est conscient de la mission que Jésus nous a laissé « Allez, faites de toutes les nations des disciples, les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit » (Matthieu 28.19), il est difficile pour certains d’entre nous de passer à l’action. Non pas par manque de motivation, mais parce qu’on ne sait pas par où ni comment commencer. La tâche est grande et on se méprend parfois sur le cœur de cette injonction d’aller. Il est très facile d’en arriver à penser que pour y répondre il faut aller de porte en porte distribuer de la littérature chrétienne ou inviter tous ses amis au culte du samedi matin. Pourtant, le texte de Paul « Je me suis fait tout à tous, afin d’en sauver de toute manière quelques-uns » (1 Corinthiens 9.22) ouvre la voie vers une nouvelle pensée… Il y a autant de manières de partager sa foi que de personnes différentes sur la planète. Le seul paramètre qui ne change pas est le message à transmettre, celui de Jésusqui se résume par : « Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme, de tout ton esprit et de toute ta force. Et voici le second : Tu aimeras ton prochain comme toi-même » (Matthieu 22). À partir de là, les méthodes peuvent varier. Elles n’ont de limite que notre créativité.

Un exemple, celui des femmes de l’Église adventiste de Neuchâtel qui ont créé « Partage au féminin », un groupe qui se réunit mensuellement pour déjeuner, discuter, échanger. Elles fêtent actuellement leur 200èmerencontreet Suzanne von Büren, participante et une des initiatrices du projet, témoigne.

 

Témoignage

C’est en 1997 que nous avons débuté avec Christiana Benoit ces rencontres du « Partage au féminin » dans les locaux du Trait d’Union de l’Église de Neuchâtel. Nous avons reçu le feu vert du comité et lepasteur de l’époque, David Jennah, nous a beaucoup soutenues dans cette démarche. Quelques groupes de maison existaient déjà, mais nous avions envie de voir plus grand en invitant nos amies, les amies de nos amies, les voisines et connaissances.

L’idée, c’était de partager un petit déjeuner, moment toujours très convivial qui permet de se mettre dans l’ambiance. Puis d’amener un court thème et d’ouvrir la discussion en toute liberté de pensée, de conscience et sans limite de confession, tout en incluant notre connaissance de Dieu. De faire connaissance les unes avec les autres, demieux rencontrer Dieu et devoir comment Il agit dans nos vies. Ainsi que de nous faire connaître en tant qu’Église adventiste.

Au début, avec Christiana, nous nous partagions la présentation. On se séparait en petits groupes pour la discussion. En fin de rencontre on faisait une mise en commun des réflexions et on terminait ensemble par un texte/prière avant l’au revoir. Les rencontres ont toujours eu lieu (et encore maintenant) le premier mercredi du mois de 9h à 11h (sauf janvier, août et septembre).

En septembre 2004 Christiana a repris un travail à 100%. Je me suis retrouvée seule pour animer ces « Partages ». De faire tout moi-même devenait démotivant. Nous avons dû réorganiser les rencontres et redéfinir les motivations des participantes. C’est à partir de là que d’autres animatrices se sont investies et cela nous a permis de poursuivre cette activité.

J’ai aussi repris le travail et cette responsabilité en parallèle avec mes diverses occupations devenait trop lourde. En septembre 2010 Graziella Burnier est devenue responsable de ce « Ministère Des Femmes » et a repris les rennes du « Partage » avec beaucoup d’enthousiasme et de brio jusqu’en février 2016. La vie passe, les besoins et disponibilités changent… Mais le « Partage au féminin » continue. J’ai repris la main, avec l’aide de Christiana et Graziella, et maintenant que nous sommes à la retraite, et avec la motivation de toutes les participantes, cela peut encore durer un moment… Seule on ne peut rien faire, mais à plusieurs et avec l’aide de Dieu, beaucoup de choses inimaginables deviennent possibles.

C’est ainsi que ce matin automnal dupremier mercredi de septembre  2019, nous étions ensemble pour fêter cette 200èmerencontre (après 22 ans 1/2 d’existence). C’est l’état d’esprit des convives qui nous aident à continuer car au fil des ans une magnifique confiance s’est installée. MERCI Seigneur de nous avoir accordé tant de moments magnifiques, de joies multipliées et aussi de peines partagées. C’est toujours un réel plaisir de se retrouver.

La Révolution française et la formation de l’adventisme
Pommes façon biscuits

Adventiste Magazine

La revue officielle de la Fédération des Églises Adventistes du Septième jour de la Suisse romande et du Tessin.

Laissez votre commentaire

E-MAGAZINE

ADVENTISTE MAGAZINE TV

Top