Main Menu

1844 UNE PROPHÉTIE ACCOMPLIE

Shares

Pourquoi la prophétie de Daniel 8.14, laquelle s’est accomplie en 1844, est-elle importante pour tous les chrétiens ?

D’autres chrétiens nous posent occasionnellement cette question : À une époque de rationalisme et de méthodologie scientifique, il est absurde, pense-t-on, de suggérer qu’un écrivain biblique ait prédit des événements qui se produiraient des milliers d’années plus tard. Mais la Bible foisonne d’exemples de prophéties (à court et à long termes) qui se sont accomplies au cours de l’histoire.

  1. Un Dieu de l’avenir. L’année 1844 devrait rappeler aux chrétiens que le Dieu des Écritures s’implique toujours dans leur histoire. En excluant l’intervention divine dans les affaires humaines, l’interprétation historico-critique de la Bible nous a laissés entre les mains de la causalité humaine et naturelle. La prophétie de Daniel 8.14 et son accomplissement en 1844 invitent les chrétiens à retourner à la Bible et aux prophéties apocalyptiques, et à réaffirmer que Dieu accomplit toujours sa parole prophétique dans l’histoire humaine. Ces prophéties fournissent les grandes lignes de l’expérience du peuple de Dieu pendant l’ère chrétienne pour qu’ils se situent dans le déroulement de l’histoire et qu’ils s’alignent avec le plan divin.

Dieu n’a pas cessé de nous parler à la fin du premier siècle ! Nous pouvons entendre sa voix dans l’accomplissement de ses prophéties apocalyptiques. L’accomplissement de Daniel 8.14 en 1844 est un cri divin à la race humaine, cri qui nous informe que l’œuvre du Christ dans le sanctuaire céleste est directement reliée à son œuvre au sein de notre histoire.

  1. L’œuvre de médiation du Christ. L’année 1844, année où la prophétie s’est accomplie, appelle le monde chrétien à retourner à l’enseignement biblique de l’œuvre de médiation du Christ dans le sanctuaire céleste. Cette vérité biblique a été négligée par les chrétiens en général. Dans la tradition catholique romaine, l’Église est devenue le temple céleste et la prêtrise humaine a été établie pour déverser la grâce du Christ. En conséquence, l’œuvre de l’unique Médiateur entre Dieu et les hommes a été obscurcie (1 Tm 2.5). Quant aux protestants, ils ont tellement mis l’emphase sur la croix qu’ils sont presque passés à côté de la médiation du Christ devant le Père. Bien souvent, ils limitent cette dernière à sa mort sur la croix. Ainsi, la signification typologique des services du sanctuaire terrestre israélite a été partiellement ignorée. Cependant, la médiation du Christ dans le ciel est aussi importante pour nous que la croix, non parce qu’elle complémente la croix, mais parce qu’elle en révèle la puissance de salut.
  1. L’œuvre de jugement du Christ. L’accomplissement de la prophétie en 1844 proclame au monde chrétien que la signification typologique du jour des Expiations (Lv. 16) – son œuvre de jugement eschatologique – s’accomplit actuellement par la médiation du Christ dans le sanctuaire céleste. Ce jugement – déjà en cours – aboutira à la justification de Dieu et de son peuple, et à la purification de l’univers du miasme du péché (Ap. 20.11-15). Il n’est pas là pour informer Dieu, mais pour révéler à toutes les créatures intelligentes que le Créateur a traité avec amour et justice le problème cosmique du péché (Ph 2.9-11 ; Ap 16.5-7; 19.1,2). Tandis que ce jugement prend place dans le sanctuaire, l’Église, elle, accomplit sa mission sur la terre.
  1. L’urgence du message. L’accomplissement de la prophétie en 1844 incite le monde chrétien à sortir de sa léthargie spirituelle pour proclamer un message qui va préparer le monde au retour du Christ. L’Évangile éternel devrait être proclamé dans le contexte de l’heure du jugement divin et d’une supercherie démoniaque qui prendra une ampleur considérable vers la fin du conflit cosmique (Ap. 14.6-12 ; 13.13,14). Il est urgent que l’Église chrétienne proclame le Sauveur crucifié et ressuscité qui se tient pour nous devant le Père dans le sanctuaire céleste. Il est impérieux que par le Saint-Esprit, elle s’oppose énergiquement à la dernière attaque démoniaque contre Dieu et son royaume. L’année 1844 a mis en lumière un système de vérité biblique qui s’oppose courageusement aux supercheries de l’ennemi, devenant ainsi un instrument divin dans la préparation du monde pour le retour de Jésus.

Angel Manuel Rodriguez était le directeur de l’Institut de recherche biblique de la Conférence générale avant sa retraite.

Source : Adventiste Word. Utilisé avec autorisation.
Photo : telltheworld.adventist.org

SURVEILLEZ LES PORTES DE VOTRE ÂME
SOIRÉE AVEC LES ADOLESCENTS À GRAVESANO (Tessin)

Adventiste Magazine

La revue officielle de la Fédération des Églises Adventistes du Septième jour de la Suisse romande et du Tessin.

Laissez votre commentaire

E-MAGAZINE

ADVENTISTE MAGAZINE TV

Top