Main Menu

LOMA LINDA SAUVE INÈS* D’UNE VIE DE PARALYSIE

Shares

Une seconde chance pour une petite fille.

Puedo confiar en el Señor, El me va a ayudar
Puedo confiar en el Señor, No me va a fallar.

La brise emporte la douce mélodie porteuse d’un message d’espérance. Les enfants qui habitent au Village des enfants El Oasis aiment chanter ce chant spécial. Ils viennent tous d’endroits différents où la vie est difficile pour plusieurs raisons. Ce sont des orphelins, des enfants abandonnés qui ont perdu le droit humain le plus fondamental : la famille.

Mais ici, parmi les montagnes et les déserts des contrées sauvages de la Basse-Californie, ils ont trouvé un vrai foyer. À El Oasis, Inès* goûte à une vie nouvelle. Comme le reste des enfants habitant dans ce village de International Children’s Care (ICC), Inès a fait l’expérience indescriptible de la souffrance et du chagrin. Elle a vu sa famille se désintégrer, ses frères et sœurs retirés du foyer. Jamais elle ne les reverra.

Étapes vers une vie nouvelle

Quelques années après l’arrivée d’Inès au Village des enfants El Oasis, les parents d’accueil de cette dernière remarquent une petite déviation à sa colonne vertébrale. Même si cette condition ne semble pas déranger cette enfant toujours heureuse et active, ils décident de l’amener chez le médecin. Après l’examen, le diagnostic est établi : Inès est atteinte de scoliose.

La difformité progresse rapidement. Le médecin conclut qu’à moins d’une opération, Inès nira par se retrouver infirme. L’administrateur du village et le méde- cin commencent à chercher des médecins capables et désireux de faire l’opération.

À peu près en même temps, un groupe de sponsors d’ICC du sud de la Californie visitent le village des enfants. Parmi eux se trouvent Malcolm Smith et Joyce, sa femme. En apprenant la condition d’Inès, ils ont pris de compassion pour leur petite amie au Mexique. À leur retour en Californie, ils en parlent à leurs amis et connaissances.

Ils contactent aussi le Centre hospitalier de l’Université de Loma Linda, et exposent le cas d’Inès. Après avoir analysé la situation, le Comité d’assistance internationale du Centre hospitalier de l’Université de Loma Linda approuve une requête d’opération en faveur d’Inès.

Mais il reste encore des obstacles à franchir. Inès a besoin d’un passeport et d’un visa pour entrer aux États-Unis. Comme elle est mineure, il lui faut également une dispense spéciale des autorités mexicaines pour voyager à l’étranger.

Une année plus tard, Inès pose en compagnie du Dr Nelson. Elle peut enfin aspirer à une vie longue et productive.

En octobre 2012, Inès peut en n se rendre à Loma Linda ! L’équipe chirurgicale, dirigée par Scott Nelson – l’un des meilleurs chirurgiens orthopédiques du centre hospitalier – se réunit pour évaluer le cas d’Inès et plani er son opération. Inès est profondément touchée par les paroles et les manières affectueuses du Dr Nelson. Le souvenir de son sourire tandis qu’il entre dans sa chambre restera à tout jamais gravé dans sa mémoire.« Il a tenu ma main, dit-elle doucement, puis il a prié pour moi. Après la prière, j’ai su que tout irait bien, parce que Jésus allait l’aider. »

Comme il s’agit d’une scoliose sévère, le Dr Nelson prévoit une opération en deux segments. Ensemble, les deux opérations durent plus de 12 heures. En sortant de la salle d’opération, les membres de l’équipe chirurgicale sont épuisés, mais heureux d’avoir changé la vie d’une charmante petite fille.

« Nous l’avons vu sortir de l’hôpital en se tenant bien droite, commente le Dr Nelson. Inès rayonnait de bonheur ! Compte tenu de la sévérité de sa scoliose, ça a été pour moi, en tant que chirurgien, et pour mon équipe, une bénédiction extraordinaire. »

Si vous aviez vu Inès avant son opération, vous noteriez aujourd’hui une différence remarquable ! Elle a perdu sa timidité, et si vous le lui demandez, elle va vous parler de son nouvel ami à Loma Linda – de l’aimable docteur qui a tenu sa main et prié pour elle. Elle va aussi vous montrer une marque sur le mur montrant sa taille avant l’opération, puis se tenir bien droite pour que vous puissiez constater combien elle a « grandi » !

« Je fais 7 centimètres de plus main- tenant ! », s’écrie-t-elle en souriant.

* Nom fictif

Joel Reyes était directeur des Affaires publiques de International Children’s Care quand il a rédigé cet article.

 

LIBERTÉ RELIGIEUSE : PÉRIL EN LA DEMEURE !
UN NOUVEAU LIVRE DONNE DES INFORMATIONS SUR LA VIE D’ELLEN WHITE EN AUSTRALIE

Laissez votre commentaire

Inscrivez-Vous

Inscrivez-vous pour recevoir les notifications dans votre e-mail

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de protection de données.

E-MAGAZINE

ADVENTISTE MAGAZINE TV

Top