Main Menu

Une étude révèle que la viande est liée au diabète de type 2

Shares

Une étude révèle que la viande, et non les œufs, est liée au diabète de type 2

Une étude de l’Ecole de Santé Publique de l’Université de Loma Linda (LLU) a révélé que la consommation d’œufs n’était pas associée à un risque accru de développer un diabète de type 2 (DT2), mais que le lien existe avec la consommation de viande.

Dans un article publié dans le Journal Américain de la Nutrition Clinique, Joan Sabaté, professeur de médecine et de santé publique à LLU, qui a servi en tant que chercheur principal, a déclaré que l’étude visait à déterminer si une négligence ou un défaut de conception dans les études précédentes auraient pu donner une mauvaise réputation aux œufs.

Joan Sabaté et ses collègues de LLU ont fait des tests pour voir si la raison pour laquelle des études antérieures associaient la consommation d’œufs à un risque accru de DT2 pourrait simplement être qu’elles n’ont pas fait la distinction entre les œufs et la viande.

« Des études précédentes ont suggéré que la consommation d’œufs est un facteur de risque potentiel pour le diabète de type 2, » a déclaré Joan Sabaté. « Cependant, ces associations présumées pourraient être dues à la consommation simultanée d’œufs et de viande, comme dans le petit-déjeuner américain typique. »

Pour déterminer si le coupable était peut-être la viande, pas les œufs, les chercheurs de Adventist Health Study-2 (Étude Adventiste sur la Santé – 2) ont soumis à un questionnaire plus de 55000 adultes au début de l’étude et les ont suivis pendant une moyenne de 5,3 ans. Aucun des sujets n’avait de diabète au début de l’étude.

Ce n’était plus le cas à la fin, cependant. Grâce à deux questionnaires de suivi, les chercheurs ont déterminé que certains sujets de l’étude avaient contracté le diabète au cours de la période consacrée à l’étude.

Les résultats ont non seulement validé l’hypothèse initiale de Joan Sabaté selon laquelle une consommation élevée de viande était un facteur de risque de contracter un DT2, mais ils ont également confirmé que l’indice de masse corporelle excessif était un facteur de risque encore plus important.

Parmi les participants ayant consommé à la fois des œufs et de la viande, l’obésité et la consommation de viande étaient les principaux facteurs de risque identifiés par l’étude. Peu importait qu’ils mangent un œuf par semaine ou un par jour. Ce qui importait était l’ampleur de leur surcharge pondérale et la quantité de viande qu’ils mangeaient.

Néanmoins, Joan Sabaté et son équipe ont exprimé leur surprise face à l’un des résultats mineurs de l’étude. Les végétariens qui mangeaient plus de cinq œufs par semaine présentaient une légère augmentation du risque de diabète. « La consommation d’œufs n’était pas associée aux risques de diabète de type 2, sauf chez les végétariens consommant cinq œufs ou plus par semaine, » a-t-il indiqué.

Ceci étant dit, Joan Sabaté s’empresse de souligner que les régimes végétariens ne représentent pas une menace aussi importante que l’obésité ou la consommation de viande. Il a même émis l’hypothèse que, comme le nombre total de végétariens consommant plus de cinq œufs par semaine était très faible, le risque accru pourrait être un hasard statistique. « Une étude plus approfondie est nécessaire pour voir si cette constatation est fiable, » a-t-il déclaré.

« Si vous voulez réduire votre risque de diabète, la démarche par ordre d’importance est (1) de réduire l’obésité et (2) de réduire ou d’éliminer la viande, » a-t-il dit. « Un troisième facteur moins important pourrait être la réduction du nombre d’œufs consommés chaque semaine. Mais la prévention du diabète devrait avant tout mettre l’accent sur la gestion du poids et la restriction de la consommation de viande. »

L’Institut National du Cancer a financé l’étude initiale. L’American Egg Board (Comité Américain de l’Œuf) a financé l’analyse des parties de l’étude consacrées spécifiquement aux œufs. Joan Sabaté a déclaré qu’aucune des deux organisations n’a eu une influence quelconque sur la conception, l’exécution, la collecte de données ou la communication des résultats de l’étude.

L’Université de Loma Linda est un établissement éducatif Adventiste du Septième Jour mettant l’emphase sur les sciences de la santé ; elle se trouve à Loma Linda, en Californie, aux États-Unis. L’université comprend huit écoles et propose plus de 100 diplômes, programmes et certificats. Elle offre également un enseignement à distance.

James Ponder, Informations du Pôle Santé de l’Université de Loma Linda

Traduction: Patrick Luciathe

Asia Bibi acquittée : situation tendue au Pakistan
NET 98 : 20 ans après !

Adventiste Magazine

La revue officielle de la Fédération des Églises Adventistes du Septième jour de la Suisse romande et du Tessin.

Laissez votre commentaire

Inscrivez-Vous

Inscrivez-vous pour recevoir les notifications dans votre e-mail

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de protection de données.

E-MAGAZINE

ADVENTISTE MAGAZINE TV

Top