Dans le cadre de mon travail, je prends souvent l’avion. Il y a quelques mois, j’ai éprouvé une douleur à la jambe. Mon médecin a diagnostiqué une thrombose veineuse profonde. Il m’a prescrit des anticoagulants et deux tests sanguins par semaine. Ce problème pourrait-il devenir chronique ? J’ai 42 ans.

Notre sang remplit plusieurs fonctions. Il assure, entre autres, l’intégrité de sa circulation pour pouvoir transporter l’oxygène et le dioxyde de carbone, distribuer les nutriments et leurs produits métaboliques dans le corps, et transporter les hormones vers leurs régions cibles.

Le sang répare aussi les vaisseaux sanguins endommagés et prévient l’hémorragie sans, toutefois, trop « s’épaissir », empêchant ainsi les vaisseaux principaux de se boucher. Sinon, il y aurait risque de thrombose coronaire, c’est-à-dire un caillot dans les vaisseaux sanguins cardiaques. Les caillots peuvent aussi provoquer des accidents vasculaires cérébraux (AVC).

En général, un caillot se forme dans les grandes veines de la partie inférieure de la jambe. Dans un tel cas, le patient éprouve généralement de la douleur, parfois au mollet. Ses veines se dilatent, sa jambe enfle, et peut aussi sembler plus chaude que l’autre.

La présence d’un caillot est problématique et comporte un risque plus grand encore. Que se passe-t-il si le caillot ou des fragments de caillot se déplacent ? Le sang les transporte vers le cœur, puis vers les artères pulmonaires. L’approvisionnement de sang aux poumons en est entravé, et la respiration, gênée. Un gros caillot peut boucher le poumon en entier et tuer le patient en une minute ou deux seulement.

Les caillots ont plus de chance de se produire en présence d’une circulation sanguine lente ou stagnante. Il en résulte une constriction de la circulation et une pression dans les veines. Les patients inactifs, cloués au lit risquent davantage la formation de caillots.

Le sang stagne dans les veines pour d’autres raisons encore. Vous ne dites pas si vous êtes une femme ou un homme, mais l’utérus d’une femme enceinte peut endiguer la circulation sanguine. Il en est de même des tumeurs pelviennes. Les pilules anticonceptionnelles et les cancers peuvent aussi favoriser la formation de caillots. L’hormonothérapie accroît elle aussi ce risque.

Les anciennes blessures sportives qui ont laissé des veines endommagées, les longs vols en avion au cours desquels on ne bouge pas beaucoup les jambes, un accouchement récent ou une chirurgie – toutes ces choses doivent aussi être prises en considération.

Comme vous n’avez que 42 ans, d’autres facteurs peuvent encore être impliqués. Par exemple, les gens qui font des thromboses à répétition, qui ont un antécédent familial de thrombose, ou chez qui des caillots se logent dans des endroits inhabituels tels que la veine sus-hépatique, ou veine porte, peuvent soupçonner l’existence de facteurs génétiques. Vous pouvez passer un test de dépistage en raison de ces conditions héréditaires qui pourraient favoriser la formation de caillots sanguins.

Les échographies se sont avérées fort utiles pour diagnostiquer les problèmes des grosses veines; par contre, elles ne sont pas aussi performantes pour les veines plus petites. Il existe un test ultime pour vérifier si l’on a un caillot ou pas : la phlébographie. Au cours de ce test, on injecte un colorant, puis on prend des radiographies qui vont permettre d’examiner la structure des veines.

Quel traitement privilégie-t-on à l’égard des caillots ? La prise d’un anticoagulant couramment appelé « pilule pour éclaircir le sang ». Ce médicament bloque partiellement le mécanisme de formation de caillot. Cela exige un suivi sérieux pour s’assurer que le sang conserve une partie de sa fonction coagulante. Les tests sanguins que vous passez actuellement permettent de s’assurer que vous prenez une dose suffisante, mais non excessive, de ce médicament pour atteindre l’effet recherché. Après quelque six mois, votre médecin pourra en diminuer la dose.

À ce point, certains médecins vont prescrire la prise quotidienne d’aspirine pour diminuer la viscosité des plaquettes. Buvez beaucoup d’eau pour prévenir l’épaississement de votre sang. L’activité est essentielle parce que les muscles serrent la veine et favorisent la circulation sanguine. Si vous voyagez beaucoup, demandez un siège qui donne sur l’allée, et levez-vous fréquemment pour marcher et vous étirer.

Dans cette rubrique, nous ne pouvons traiter de ce sujet plus en profondeur, faute d’espace. Nous vous conseillons donc de parler de certains des problèmes abordés dans cet article avec votre médecin.

Le Dr Allan R. Handysides. Gynécologue certifié, est directeur du Ministère de la santé de la Conférence générale.

Le Dr Peter N. Landless. Cardiologue en cardiologie nucléaire, est directeur adjoint du Ministère de la santé.

Source : Adventiste Word. Utilisé avec autorisation.
Photo : StockSnap

UNE RÉPLIQUE DE LA STATUE BABYLONIENNE ATTIRE LES VISITEURS À DES RENCONTRES ADVENTISTES EN UKRAINE
SURVEILLEZ LES PORTES DE VOTRE ÂME