« Oui, nous observons le sabbat » dit Ivanka Trump. « Du vendredi au samedi, nous ne faisons rien », a partagé la fille du nouveau Président des Etats Unis, en 2015 avec un journaliste du VOGUE, Jonathan Van Meter. Elle et son mari Jared Kushner, juif orthodoxe, ont donné certains détails sur leur façon de célébrer ce jour de repos du samedi, le 7ème jour de la semaine.

« Ainsi pour le sabbat, Ivanka prépare le dîner pour nous deux et nous éteignons nos mobiles pour 24 heures. En mettant de côté le côté religieux du sabbat, nous vivons rapidement dans un monde de paix », dit Jared.

« C’est une chose formidable quand tu es ainsi connecté », dit Ivanka.

Ainsi, le 45ème Président des Etats Unis s’est habitué à ne pas pouvoir joindre Ivanka et Jared par téléphone ou courriel du vendredi au coucher du soleil ou samedi au coucher du soleil.

Ivanka a grandi dans une famille protestante, mais s’est convertie au judaïsme et au respect du sabbat, quand elle s’est mariée à un homme juif.

Le couple est décrit comme ayant beaucoup d’influence dans l’administration Trump.

Tous deux, Ivanka et Jared se sont retirés de leur rôles dans leurs affaires respectives, pour déménager à Washington DC, et se concentrer sur leurs nouveaux devoirs. Des personnes bien placées pensent que ce couple a joué un rôle crucial dans l’élection du père d’Ivanka.

Quelle conséquence cela peut-il avoir ? Pour ceux qui étudient la prophétie, il est toujours très instructif de tracer les connections entre les leaders nationaux et Dieu – et la liberté d’exercer sa propre religion en accord avec sa conscience. Dans la longue et souvent pénible histoire du judaïsme, nous pouvons voir des périodes de crises pour ceux qui placent Dieu en premier et ne jouissent pas de la liberté d’adorer le jour que Dieu a fixé.

La Bible elle-même nous rappelle, que même des puissants hommes d’états et conseillers, comme le prophète Daniel, étaient parfois incapables de prévenir des lois qui limitent leur propre liberté de religion et celles des autres. La proximité du pouvoir, ne peut pas toujours assurer la capacité d’assurer la façon dont le pouvoir est utilisé, spécialement quand les droits de religion des minorités sont concernés.

La célébration du sabbat biblique, le septième jour de la semaine, ou samedi, est une de ces expériences de minorités religieuses dans notre monde qui a besoin et mérite la protection.

Lire aussi : SERVIR LE CHEIKH OU OBSERVER LE SABBAT

Le plus grand groupe d’observateurs du sabbat dans le monde, les adventistes du 7ème jour, qui compte plus de 19 millions de membres, sont moins qu’un pour cent de la population chrétienne du monde. Le judaïsme avec toutes ses branches, ajoute 15 millions de plus d’observateurs du sabbat.

Les adventistes du 7ème jour ont compris historiquement leur mission d’attirer l’attention sur le sabbat biblique des 10 commandements et d’inviter les autres à se joindre à eux en adorant le jour que la Bible décrit comme un mémorial hebdomadaire de la création de Dieu. Les adventistes sont très au courant des pressions pour la conformité des minorités religieuses dans chaque société et particulièrement une dans laquelle la majorité des chrétiens adorent un jour différent. C’est pourquoi les adventistes ont été les défenseurs pendant des décades des droits des minorités de tous genres. Ils croient que les libertés insérées dans la Constitution des USA et dans la Déclaration des Nations Unies des droits de l’homme appartiennent à tous les hommes et femmes et que la fidélité à Dieu est un plus grand devoir que la loyauté envers celle d’un pays.

L’histoire ne peut se répéter que si les citoyens oublient les libertés gagnées si durement pour protéger ceux qui, appelés à choisir, décident d’obéir à Dieu plutôt qu’aux hommes (Actes 5.29).

Les observateurs du sabbat partout peuvent espérer et prier pour, que ceux qui, comme Ivanka et Jared, chérissent le Sabbat biblique, restent plein d’influence dans la vie du nouveau leader du monde libre.

Source : http://www.adventistreview.org/church-news/story-the-sabbath-and-the-president

Traduction : Philippe Benoît

  • Germain Augsburger

    Bonjour,
    Ces personnes ne semblent pas s’opposer aux idées d’intolérance et actions de fermeture de l’actuel président des Etats-Unis. Sans exemple concret d’impact positif, les citer en modèle puis en comparaison avec Daniel apparait jusqu’ici injustifié et spéculatif.
    Cordialement,
    Germain Augsburger