Main Menu

Réalité ou fiction ?

Shares

“C’est fini !” a titré la une d’un magazine féminin australien populaire. De part et d’autre du titre : des images du prince Harry et de son épouse Meghan, l’air tendu et malheureux. “Piégé et trahi… Harry dit qu’il s’en va”, a déclaré cette prétendue “exclusivité mondiale”. Pauvre Meghan – elle a certainement reçu beaucoup de critiques récemment. Selon les rapports, elle est “trop moderne”, elle est “frustrée” et son “indépendance menace la famille royale”. Et, bien sûr, il y a des histoires interminables sur sa prétendue querelle avec sa belle-sœur Kate Middleton.

Le président américain Donald Trump résumerait sans aucun doute la situation en deux mots : “FAKE NEWS” – l’un de ses termes préférés depuis son arrivée au Bureau Ovale. Il n’est peut-être pas surprenant qu’en 2017, le Collins Dictionary ait nommé “fake news” son mot de l’année.

Bien sûr, les médias sociaux ont exacerbé la propagation des fausses nouvelles. Une étude réalisée en 2006-17 sur Twitter par le Massachusetts Institute of Technology a révélé que les fausses nouvelles sont 70 % plus susceptibles d’être retweettées que les histoires vraies.(1) Les chercheurs ont également découvert que les histoires vraies prennent environ six fois plus de temps pour atteindre 1500 personnes que les fausses nouvelles.

En même temps, les gens aspirent à la vérité. Selon le chercheur en sciences sociales australien McCrindle, le pouvoir de la confiance est l’une des six tendances sociales et démographiques clés pour 2019.(2) ” Au cours des dernières années, les commissions royales et autres enquêtes ont réorienté et revalorisé la confiance des Australiens, ” indique McCrindle. “Peu de secteurs ont été épargnés, des entités religieuses et politiques aux entreprises du secteur financier, des fournisseurs de soins aux personnes âgées aux entreprises de médias sociaux et de technologie, la confiance a été effritée.

“En tant qu’Eglise, nous sommes fiers d’être des gens de la ”vérité”, mais comment répondons-nous au papotage sur le pasteur local, sur les dirigeants des fédérations, ou nos institutions en général ?”
“Ceux qui peuvent gagner et conserver la confiance, grâce à la transparence et à des offres basées sur des valeurs, prospéreront dans l’environnement de confiance.”

Les fausses nouvelles ne sont certainement pas de nouvelles. Dieu a longtemps été la cible d’une fausse campagne de nouvelles malveillante orchestrée par Satan lorsqu’il a convaincu un tiers des anges de se ranger de son côté au ciel. Satan a utilisé la même tactique pour persuader Adam et Ève de désobéir à Dieu, plongeant ainsi l’humanité en péril.

En 1844, les fausses nouvelles ont été le catalyseur de la fondation de l’Église adventiste du septième jour. Et, au fil des ans, les membres de l’Église ont été pris au piège – l’un des plus mémorables de ces dernières années a été le rapport largement diffusé selon lequel le frère du pape François est un adventiste. Il ne l’est pas.

En tant qu’Eglise, nous sommes fiers d’être des personnes de la “vérité”, mais comment répondons-nous au bavardage sur le pasteur local, la direction des conférences, nos institutions ecclésiales ? Vérifions-nous les faits avant d’appuyer sur le bouton de partage ?

Il peut être très facile de laisser nos hypothèses influencer la façon dont nous réagissons à la dernière théorie ou notion théologique de fin-des-temps. Parfois, nous la partageons innocemment; à d’autres moments, c’est une façon de faire avancer nos propres objectifs.

La Bible est claire à ce sujet : “Ne répandez pas de fausses nouvelles” (Exode 23:1). En outre, 2 Timothée 4:3,4 nous dit : “En effet, un moment viendra où certains ne voudront plus écouter l’enseignement juste. Mais ils suivront plutôt leurs désirs. Ils feront appel à une foule de maîtres qui leur diront ce qu’ils ont envie d’entendre. Ils fermeront leurs oreilles à la vérité et ils les ouvriront pour écouter des histoires fausses.” (Parole de Vie)

Faisons donc très attention à ce que nous faisons passer pour des faits. Gardons les yeux fixés sur Jésus et ses messages d’espérance remplis de vérité. Évitons les fausses nouvelles et concentrons-nous plutôt sur le partage des bonnes nouvelles.

Tracey Bridcutt

Pour aller plus loin : Le White Estate contre le Fake News adventiste

http://news.mit.edu/2018/study-twitter-false-news-travels-faster-true-stories-0308

Top 6 trends for 2019

Source : Adventist Record

Traduction : Rickson Nobre

Vie saine : l’influence des adventistes
Collonges-sous-Salève : La « Résidence Jean Weidner » est presque prête !

Adventiste Magazine

La revue officielle de la Fédération des Églises Adventistes du Septième jour de la Suisse romande et du Tessin.

Laissez votre commentaire

E-MAGAZINE

ADVENTISTE MAGAZINE TV

Top