La Radio adventiste s’adapte aux changements de tendances et de technologies. Le congrès des producteurs explore les défis et les possibilités.

Le monde de la radio est en évolution constante. L’analogue cède le pas au numérique, et les transmissions AM et FM passent à la diffusion audio-numérique (DAB), en ligne, et à la carte. Les auditeurs ont davantage de choix ! Chez les plus jeunes (ados), seulement 3 pour cent écoutent la radio en direct. Spotify et les médias sociaux satisfont leurs besoins.

Où les diffuseurs adventistes en sont-ils dans tout ça ? On a posé cette question aux 41 producteurs de radio et experts en médias lors d’un comité consultatif paneuropéen sur la radio, lequel s’est tenu à Bucarest, en Roumanie, en mai 2017.

Ce congrès, organisé par la Radio adventiste mondiale et la Division inter- européenne, s’est tenu au Centre des médias Speranta TV (Hope Channel). Les participants – depuis la Lettonie jusqu’à la Moldavie et au Portugal – se sont familiarisés avec les dernières tendances et ont été invités à mettre à jour leurs styles de diffusion.

SetHeight600-AngeliniRadio-Energy09_jpg

Vers une radio interactive

Nicolas Moulard, promoteur de Radio 2,0 en Europe et consultant en nouveaux médias, a dirigé plusieurs sessions importantes. Dans son discours d’ouverture, il a souligné qu’en France, 25,5 millions d’auditeurs de programmation audionumérique représentent 50 pour cent des auditeurs de plus de 15 ans. Il a aussi remarqué que la programmation à la carte a connu une augmentation de 76 pour cent et que, dans le développement du contenu, les diffuseurs et les communicateurs doivent considérer le « mobile d’abord » puisque c’est ainsi que la plupart des gens ont accès au contenu.

« Il nous faut aller là où se trouve l’auditoire », a dit Nicolas Moulard. Dans cette lutte pour capter l’attention du public, il a expliqué que l’audio est maintenant créé directement en fonction des médias sociaux, et que cela peut s’avérer assez différent de l’expérience radiophonique.

La radio BBC et la plupart des autres diffuseurs importants dirigent leurs auditeurs vers des sites Web et des liens de médias sociaux – ce qui donne fréquemment aux auditeurs l’occasion de regarder ou d’interagir par un lien vidéo. Les petits diffuseurs trouvent, eux aussi, que l’expérience Radio 2,0 est avantageuse.

David Elisabeth, de la Radio AdventLife à Paris, en France, ne le sait que trop bien. « Dans ce monde moderne, tout peut changer en un clin d’œil. J’ai appris l’importance d’être branché sur mon auditoire même à l’extérieur du studio. »

David Hermy dirige une petite station de radio adventiste à Saint-Malo, dans le nord de la France. Dans son studio, deux caméras GoPro permettent aux auditeurs de vivre une expérience améliorée. David Hermy : « Au début, j’ai trouvé ça difficile, parce que je devais être davantage conscient de l’aspect visuel du studio. Et je me suis demandé “Qu’est-ce que je dois faire ? Regarder la caméra, ou me concentrer sur le microphone ? Comment contrôler une autre série de boutons dans un studio autonome ?” Maintenant, je ne pourrais plus m’en passer ! »

Speranta TV en Roumanie et RCS Radio au Portugal sont allées encore plus loin. Elles combinent radio et TV dans le même studio, étant conscientes des deux auditoires des productions qui s’adressent à leur auditoire FM, et à celui de Hope Channel sur leurs télés ou leurs écrans d’ordinateur.

Un feed-back positif

Une telle convergence entraîne davantage de possibilités d’interagir et, par conséquent, de témoigner. Stefan Stanciu, participant d’une équipe qui prévoit lancer une station numérique à Londres, a dit que ce congrès a été d’une valeur inestimable. « Nous y avons appris des façons pratiques de travailler », a-t-il dit.

Roberto Vacca, de RVS Florence : « Le fait d’entendre l’expérience d’autres stations de radio avec leurs différentes approches a été enrichissant, mais du coup, nous a mis au défi. »

Greg Scott, vice-président de la Radio adventiste mondiale, a dit que l’événement a dépassé ses attentes. « Le niveau d’enthousiasme qu’a suscité la découverte des nouvelles possibilités de Radio 2.0 a été une vraie source d’inspiration ! J’ai été très heureux de constater le haut niveau de réseautage entre les différents groupes, langues, et radios. »

À travers l’Europe sécularisée, présentateurs, techniciens et gérants ont été invités à penser différemment, à s’adapter aux nouvelles technologies, à interagir avec leurs auditoires de nouvelles façons, et à se focaliser sur une implication totale dans le partage de l’espérance au moyen de la radio.

Victor Hulbert, Service des nouvelles de la Division transeuropéenne, et Service des nouvelles de la Division intereuropéenne.

Source : Adventiste World

LE SECRET DU BONHEUR ET DE LA LONGÉVITÉ
LE PAYS LE PLUS HEUREUX AU MONDE EST LE... DANEMARK