Main Menu

LE PETIT PRINCE ET LA DISCIPLINE AIMANTE ENVERS LA ROSE

Shares

Il revient à la maison tout en haillons, son père court à sa rencontre. Ce dernier ne prononce aucun reproche, aucune parole sévère. Même plus, il organise une fête en son honneur! (Luc 15.20-27)

Dans cette parabole, le Sauveur démontre bien que la meilleure façon d’aider quelqu’un à se réorienter consiste à le considérer comme s’il était déjà ré­tabli. « La foi est la certitude des choses quel’ on ne voit pas.» (Hébreux 11.1) Le fils délinquant n’en revient pas, ses senti­ments sont complètement changés. (Les paraboles de Jésus, p. 172)

Il considérait son père comme un être dur prescrivant des règles contraignantes et inutiles. Son cœur fond lorsqu’il ressent l’amour inconditionnel dont il est l’objet. Bien sûr, le rétablissement va se dérouler dans un processus bien orchestré, visant à faire en sorte que le fils se reconnaisse digne de cet amour et en devienne lui-même un propagateur.

C’est en quelque sorte le résumé de la conversation que mon épouse et moi avons eue lors de notre rencontre avec Marie-Noëlle. Cette dernière, mère de trois enfants, travaille comme traductrice auprès de différents ministères gouvernementaux. Nous avons fait sa connaissance lors d’un voyage en Jamaïque.

Cette dernière, sachant manier les mots afin d’en faire son gagne-pain, nous partageait que le public d’aujourd’hui ne recevait pas d’une façon constructive la notion d’obéissance, quoique vraie dans son essence. Elle doit être articulée d’une manière différente. Le Dr Ross Campbell dans son livre intitulé Comment vraiment aimer votre enfant illustre, explique et enseigne très bien cet art. Il nous parle d’une discipline aimante. Une belle application de ce principe se retrouve dans l’histoire du livre Le Petit Prince. Ce dernier se fait dire: «C’est le temps que tu as perdu pour ta rose, qui fait ta rose si importante.»

Bien qu’elle soit vaniteuse, le Petit Prince lui démontre comment elle est impor­tante à ses yeux en prenant soin d’elle chaque jour sans pour autant l’encoura­ger dans sa mauvaise inclination.

Le fil servant à tisser de saines rela­tions avec nos enfants sera utilisé pour réparer les mailles que l’on a échappées.

Raymond Giguère

LES PRÉSIDENTS FRANÇAIS ET LES CHRÉTIENS D'ORIENT
L'UNIVERSITÉ ADVENTISTE LA SIERRA PRÉSENTE SON PLAN CONTRE LA PAUVRETÉ LORS D’UN PROGRAMME NATIONAL

Laissez votre commentaire

Inscrivez-Vous

Inscrivez-vous pour recevoir les notifications dans votre e-mail

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de protection de données.

E-MAGAZINE

ADVENTISTE MAGAZINE TV

Top