Main Menu

Pas trop jeune ! — Le baptême des « enfants »

Shares

Photo by Aaron Burden on Unsplash

Il était une fois une fillette de 11 ans qui étudiait les Écritures dans une classe dirigée par son pasteur “Wesleyan”. Elle avait faim de Dieu et était sensible aux choses spirituelles.

Elle dira plus tard aux gens que c’est à cet âge qu’elle s’est convertie et s’est faite baptisée l’année suivante, devenant membre de l’Église méthodiste.

Quand elle avait 13 ans, elle a écouté un prédicateur itinérant parler de la venue prochaine du Christ et a commencé à se qualifier d’Adventiste. En elle-même, cependant, elle sentait encore qu’elle n’était pas assez digne ou sainte pour rencontrer Jésus. À l’âge de 15 ans, alors qu’elle assistait à une autre série de réunions adventistes de prière, elle eut la révélation que Jésus l’acceptait pleinement et l’aimait du fait de ce qu’il avait fait pour elle. Elle était submergée d’amour pour Lui.

Malgré les hauts et les bas, cette expérience joyeuse allait parfumer son travail et son ministère pour le reste de sa jeunesse et de sa vie adulte. C’était en 1842, et cette fille s’appelait Ellen Gould Harmon (voir la préface de Early Writings, pp. 11,12).

L’Église adventiste mondiale du septième jour, dont la jeune Ellen Harmon (plus tard White) a été cofondatrice, a dans son ADN le désir d’éviter certaines des pratiques non scripturaires qui sont apparues dans le christianisme au sens large pendant la période médiévale. Cependant, parfois, en essayant d’éviter un extrême non biblique, il est possible de se diriger vers un autre. L’une des pratiques pour laquelle nous avons traditionnellement fait un effort concerté pour l’éviter est le baptême des bébés.

Pendant la période patristique tardive du christianisme, pour diverses raisons pratiques et théologiques (par exemple, disponibilité limitée de l’eau dans les zones désertiques, incapacité à discerner la destinée éternelle des bébés morts non baptisés, etc), la pratique du baptême des croyants par immersion totale telle que nous la voyons dans le Nouveau Testament a commencé à laisser la place à l’eau versée sur la tête des enfants.

En tant qu’adventistes, nous avons enseigné que le baptême des enfants enlève toute signification au sens et à la fonction du baptême biblique. Pour être baptisé, il faut croire (Marc 16:16) et pour croire, il faut d’abord avoir au moins un certain niveau de compréhension de la Parole de Dieu (Romains 10:17). Nous prenons notre exemple de la rencontre de Philippe avec l’Éthiopien, où il prêche d’abord le Christ par le livre d’Ésaïe puis le baptisera (Ac 8.29-38). Tout cela a une base biblique.

Cependant, dans de nombreux endroits, nous nous sommes aussi éloignés des Écritures en disant que pour entendre et comprendre la Parole de Dieu, il faut avoir atteint un certain âge.

En fait, nous n’avons pas de position commune sur l’âge exact que nous envisageons. Dans certains endroits, nous faisons le ” plongeon à deux chiffres ” (10 ans et plus). Ailleurs, 12 ou 13 ans, c’est bien à cause de la tradition juive de la bar-mitsva/bat-mitsva ” l’âge de la responsabilité “. Dans certains endroits, nous disons que 16 ans c’est trop jeune parce qu’ils n’ont pas encore terminé leurs études. Dans d’autres endroits, des hommes et des femmes de 19 et 20 ans se posent encore des questions lors des réunions du comité quand leur nom est présenté pour le baptême. “Es-tu vraiment sûr qu’ils sont assez vieux pour recevoir le baptême?” Ironiquement, ces candidats sont souvent des étudiants universitaires aux prises avec des choses beaucoup plus difficiles que la simplicité profonde de l’histoire évangélique. Tous ces “âges fixés” pour le baptême sont complètement arbitraires et non bibliques.

Nous rendons cette pratique non scripturaire très sainte en disant : “Ils doivent être assez vieux pour comprendre !” Ce qui est vrai. Ce que nous ne disons pas, c’est ce que nous entendons par là : “Je suis le seul à pouvoir juger quand ils sont assez grands pour comprendre.”

Ce n’est absolument pas vrai – la raison étant que Dieu est impliqué dans ce processus. A cause de Ses voies puissantes et dynamiques, et parce que chaque esprit humain est différent, il est en fait impossible pour une personne de savoir exactement quand une autre personne a compris l’évangile. En fait, si l’expérience de la jeune Ellen Harmon est une indication, il semble normal que la compréhension des gens concernant l’amour de Dieu se développe et grandisse avec le temps, même longtemps après leur baptême.

Heureusement, Dieu n’a pas besoin d’une compréhension pleine et entière de chaque ligne de Sa Parole comme condition préalable pour entrer dans Son royaume. Tout ce dont il a besoin, c’est de la foi (Ephésiens 2:8). C’est la raison pour laquelle nous ne demandons pas aux gens d’énoncer nos doctrines pendant leurs vœux lors du service baptismal ; nous demandons seulement s’ils y croient.

Je Le loue vraiment pour cela parce que je suis continuellement choqué de voir combien de membres de l’église depuis de nombreuses années ne peuvent pas eux-mêmes énoncer certains des principes fondamentaux de notre foi.

La prochaine fois que vous serez assis dans une classe d’école du sabbat pour adultes, essayez de poser la question “Qu’est-ce que l’évangile ?” et voyez combien de personnes vous regardent comme si vous veniez de faire un plat au bacon au potluck de l’église.

Il est possible que, parce que parfois nous ne comprenons pas ces choses nous-mêmes, nous imaginions qu’il n’y a pas moyen que quelqu’un de plus jeune que nous puisse jamais comprendre. Dieu soit loué, cette idée est une bêtise, et tous ceux qui y croient vraiment n’ont tout simplement jamais essayé de communiquer avec les jeunes.

Quand j’étais aumônier dans une école primaire, j’ai observé ce processus déchirant à maintes reprises. J’ai étudié la Bible avec des enfants pendant des années. Ils ont compris tout ce que je leur ai montré. Ils étaient prêts et excités à l’idée d’être baptisés. Mais le service est bloqué parce qu’ils sont “trop jeunes pour comprendre”.

Avec un groupe, j’ai passé un an à étudier toutes nos doctrines fondamentales et une autre année à parcourir systématiquement les livres de Daniel et de l’Apocalypse. Tous les enfants du groupe étaient en ébullition. Une seule famille a laissé baptiser son enfant. Devinez quoi ? Maintenant cet enfant est le seul qui s’intéresse encore aux choses spirituelles. Quand les autres sont devenus assez âgés pour satisfaire leurs familles, ils avaient perdu tout intérêt. Quelle différence cela aurait-il fait dans leur vie s’ils avaient eu les dons de l’Esprit Saint pour les guider, les aider et les diriger pendant leur adolescence ?

Je ne juge pas ces familles et ces églises. C’est difficile quand on a observé un enfant dès son plus jeune âge de voir qu’il est vraiment prêt pour la prochaine étape de son chemin. C’est pour cette raison que je crois que les amis et la famille ne sont pas toujours les meilleurs juges du moment où un enfant est prêt pour le baptême. Je pense que la personne qui étudie avec eux doit être la mieux placée pour faire cette évaluation. Mais on avait dit tellement de fois à ces enfants qu’ils n’étaient pas assez bons pour se joindre au Christ, qu’ils avaient décidé qu’ils ne le seraient jamais. Et c’est triste.

Les recherches actuelles sur la conservation des jeunes dans notre communauté religieuse soutiennent mon expérience commune. Il semble que l’âge auquel la plupart des gens prennent leur véritable décision pour Christ se situe dans ce que nous appellerions la tranche d’âge des cycles primaire, moyen et précoce. Cette décision doit être affirmée et soutenue par leur communauté de foi, sinon ils auront tendance à s’effondrer… et de plus en plus, ils ne reviendront plus.

Et pourtant, c’est à ce groupe que nous consacrons le moins d’attention, d’argent et de ressources humaines, n’est-ce pas ? C’est le groupe que nous prenons le moins au sérieux. Pas étonnant que nous ayons un problème de conservation des jeunes.

Il y a quelques semaines, j’ai regardé sur Internet le baptême d’un de mes premiers amis adolescents. En partageant son témoignage, il a dit combien de temps il avait attendu ce jour-là, combien de fois il avait demandé des études bibliques et combien de fois il avait rempli des cartes dans les camps et lors d’autres événements pour demander le baptême. Pendant longtemps, personne ne l’avait pris au sérieux parce qu’il était “trop jeune pour comprendre”. Combien comme lui sont dehors et se sont découragés, sans jamais s’en remettre ?

Chaque année, de nombreux foyers, écoles, églises locales et conférences de notre Division organisent d’incroyables groupes de foyer, des écoles du sabbat, des semaines de prières, des camps, des concerts. Les programmes du ministère pour les enfants sont quelque chose que nous avons tendance à bien exécuter, et souvent. Pendant ces programmes, Dieu nous donne beaucoup d’enfants, y compris de nombreux enfants qui n’ont jamais été à l’église auparavant. De solides messages bibliques sont donnés par le biais de la prédication, de l’étude biblique et de la mémorisation, d’histoires, d’artisanat, d’activités, de leçons d’objets et de chansons. L’évangile est présenté, les appels sont lancés. En réponse à la prière fervente, beaucoup de ces enfants prennent de vraies décisions pour devenir des disciples du Christ. Certains indiquent qu’ils aimeraient que quelqu’un étudie la Bible avec eux et d’autres de ces jeunes gens précieux indiquent qu’ils aimeraient être baptisés à un moment donné dans l’avenir. Ce que nous faisons mal, c’est de ne pas prendre ces décisions au sérieux.

Que fait votre église avec ces enfants après que ces bilans aient été communiqués ?

Je vous suggère d’écouter les paroles de Jésus : “…] laissez les petits enfants venir à moi, et ne les en empêchez pas, car c’est du Royaume de Dieu qu’ils sont” (Marc 10:14, KJV).

Daniel Matteo est directeur des ministères de la jeunesse de la Conférence de Tasmanie et pasteur de l’église de New Norfolk. Il est marié à Katy et a deux enfants, Grace et Samuel.

« A-Dieu et Bonne année ! » par David Jennah
Différentes réactions de divisions mondiales concernant le document sur la « conformité »

Laissez votre commentaire

Inscrivez-Vous

Inscrivez-vous pour recevoir les notifications dans votre e-mail

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de protection de données.

E-MAGAZINE

ADVENTISTE MAGAZINE TV

Top