Main Menu

PARLER DE LIBERTÉ

Shares

La date du 20 janvier 2018 approche et elle est spéciale. Les églises adventistes du monde entier célèbreront la liberté religieuse. Certaines communautés de la FSRT proposeront des événements pour promouvoir cette liberté cause si chère à notre Eglise. Par ailleurs, l’offrande de ce sabbat sera également dédiée à la liberté religieuse, liberté indispensable à tous et pourtant mise en péril dans plusieurs régions du globe.

Adventiste Magazine participe à cette célébration en vous proposant une interview de Ted Wilson, président mondial de l’Eglise Adventiste du Septième Jour, réalisée par John Graz, ancient secrétaire général de l’Association internationale de la liberté religieuse et actuellement responsable du pôle de la liberté religieuse à la FSRT. Vous y découvrirez l’attachement et les actions de l’Eglise en faveur de la liberté religieuse pour tous et partout.

Monsieur Wilson, vous êtes le président de l’Église Adventiste du 7ème Jour qui compte 19 millions de membres en 204 pays ! Comment le manque de liberté religieuse nuit à la mission de votre église ?

Nous sommes très reconnaissants à Dieu du fait qu’en tant de pays nous avons la pleine liberté de L’adorer, que nous pouvons donner aux autres des instructions et des conseils spirituels. En d’autres pays cette liberté est plus limitée par la culture ou par la loi, au point que notre église ne peut vraiment jouir d’une véritable liberté religieuse. Ce faisant, notre église ne peut pas fonctionner comme elle le fait normalement. Et cela devient une situation difficile pour le pays-même. Un pays qui accorde la liberté religieuse à ses habitants, offre l’une des plus grandes garanties de stabilité et protection à une population qui est en train d’augmenter son efficacité en tant que nation. Voilà pourquoi les gouvernements et les nations qui accordent une liberté religieuse voient une croissance et une expansion pour ce qui concerne les aspects sociaux et aussi pour les bases religieuses de la société, qui constituent un véritable fondement de développement.

 

Vous vous référez aux écoles, aux hôpitaux et ainsi de suite ?

Oui, exactement. Les infrastructures ne sont pas seulement une chose mécanistique. Cela devient le résultat des convictions des personnes et de leur compréhension de ce que Dieu voudrait voir dans la vie d’une personne. En termes de restrictions, les adventistes du 7ème jour et d’autres églises et groupes religieux sont fortement empêchés dans leurs tentatives de renforcer la société, si similaires restrictions pour la liberté religieuse existent.

 

Maintenant l’adventisme est en train de promouvoir les principes de liberté religieuse pour tous les hommes, les religions et les pays. Pourquoi pour tous et pourquoi votre église est si engagée dans la coopération avec les autres ?

Tout d’abord parce que c’est un droit primaire de chaque individu de choisir librement la modalité d’adoration et comment gérer ses propres activités d’adoration. Et l’Église Adventiste du 7ème Jour veut garder cette liberté pour tous. C’est un élément essentiel dans le développement personnel d’un individu d’avoir la capacité de comprendre pour ensuite prendre une décision sur les propres activités religieuses. En outre, si nous ne soutenons et nous ne promouvons pas la liberté des autres, cela sera une perte pour nous aussi. Donc il est essentiel que nous préservions les droits des autres, pour jouir nous-aussi de cette liberté. Voilà l’une des motivations qui explique pourquoi l’Association internationale de la liberté religieuse (IRLA) que nous avons créé est si active dans le monde. IRLA n’aide pas seulement les adventistes du 7ème jour mais, ce qui est encore plus important, aide les dirigeants des gouvernements et les leaders religieux à comprendre l’importance de promouvoir la liberté religieuse et la liberté de conscience pour tous. Et les adventistes du 7ème jour prennent cela très au sérieux, et ils le feront toujours. Tout au long des Écritures, Jésus Christ a affirmé que tout ce qu’on voudrait que les autres fassent pour nous, nous devrions les faire pour eux. Notre comportement respect donc cet important enseignement biblique qui dit que tous devrait avoir la liberté de choisir, un élément à la base de l’existence humaine.

 

Vous avez été un grand défenseur des activités d’IRLA et de la liberté religieuse. Vous avez participé et avez été l’un des orateurs au dernier Congrès mondial tout comme au Festival mondial pour la liberté religieuse. Ceci est un moyen pour montrer votre soutien à la liberté religieuse ? Êtes-vous en train de montrer le support vers le principe de liberté religieuse pour tous ?

La présence d’une personne devrait dire beaucoup sur leurs pensées les plus cachées et sur leurs intentions et c’est important que nous tous, en tant que membres d’église et parties intéressées à la liberté religieuse, supportons les événements publics qui sensibilisent et accentuent l’importance de la liberté religieuse. J’ai pris part à plusieurs événements, de grande et petite portée. Nous devons toujours souligner cette belle vérité. Si nous baissons la garde et négligeons cette initiative, nous verrons ensuite une diminution de l’intérêt des personnes par rapport à cet important principe de base. C’est important que les membres d’église utilisent les outils comme la revue Liberty pour envoyer ce matériel aux gouvernements et aux leaders municipaux, pour porter à la connaissance des dirigeants l’importance de respecter ce principe valable pour tous les hommes. Voilà pourquoi il est si important pour moi de participer aux événements qui présentent cette importante relation personnelle avec Dieu ; une chose qui est fondamentale pour les individus du monde entier.

 

Je sais que vous avez reçu des éloges de la part de quelques dirigeants religieux qui vous remerciaient pour la lutte que le monde adventiste engage en faveur de la liberté religieuse pour tous. Et vous avez participé à des événements sur la liberté religieuse regroupant de 25 000 à 30 000 personnes  (et parfois même 40 000, 45 000 personnes) qui affirment aimer et vouloir la liberté religieuse et remercier Dieu et le gouvernement dans lequel ils vivent. Participer à un tel événement, est-elle une expérience gratifiante ?

C’est un sentiment merveilleux quand l’on réalise qu’il y a des milliers de personnes relevant le défi de s’assurer que la liberté religieuse soit une priorité pour tous. C’est aussi très impressionnant de voir comment les chefs des gouvernements réagissent quand ils réalisent que ce sujet est quelque chose d’important et précieux pour les habitants de leurs pays. On est particulièrement touchés quand on réalise que la liberté religieuse dépasse un simple droit légal qu’on peut accorder, et qu’il s’agit d’une pensée interne à tous les hommes ; nous avons cette pensée parce que Dieu nous a créés à travers Sa parole. Nous n’avons pas évolués pendant des millions d’années, c’est Dieu qui nous a créés à Son image, comme le disent les Écritures, et qu’Il a donné à l’homme le besoin de L’adorer ; l’adoration ne doit pas être obligée mais doit naître librement. C’est pourquoi la liberté religieuse est si importante et fondamentale. Et quand on vient de vivre un grand événement comme cela, on se sent excité et heureux de voir tant de personnes concentrées sur un sujet pareil. L’on ne peut jamais quitter un événement similaire, croiser les bras et se relaxer dans sa propre place en pensant que tout va bien. Il faut constamment chercher la prochaine opportunité de demander aux gens de faire de ce sujet une priorité. Nous devons défier les jeunes à devenir des champions de liberté religieuse ; nous les devons aider à réaliser que c’est l’une des plus grandes initiatives qu’ils pourront faire pour l’avenir. Et cela implique non seulement les jeunes mais chacun de nous, sans exceptions.

 

Monsieur Wilson, vous avez voyagé autour du monde, vous avez vécu en Egypte et vous connaissez et aimez le Moyen Orient. Quelle est votre réaction quand vous lisez que là-bas, l’on crucifie et décapite les chrétiens ?

Le Moyen Orient est un endroit très spécial qui occupe une place particulière dans mon cœur, vu que j’ai grandi dans le Caire, en Egypte. Mes premiers souvenirs remontent au Moyen Orient. Et encore aujourd’hui, je me sens très proche à cette région du monde. Les personnes du Moyen Orient sont, dans une large mesure, comme toutes les autres dans d’importe quel lieu. Les gens qui aiment leurs familles aiment la vie et la liberté qu’il leur est offerte. Il est très décourageant de voir qu’on refuse aux personnes leurs libertés de base en tant qu’êtres vivants et leur possibilité de se rencontrer pour adorer Dieu selon leur conscience. Cela me fait mal au cœur de voir des personnes qui sont tuées seulement parce qu’elles sont chrétiennes, parce qu’elles vivent d’une certaine manière et parce qu’elles luttent pour ce en quoi elles croient. C’est l’une des motivations pour laquelle les adventistes du 7ème jour sont si déterminés à aider les personnes du monde entier à protéger cette importante valeur de liberté de conscience et de liberté religieuse.

 

Le monde est effrayé par la prolifération de violence religieuse. Est-ce que cela menace la stabilité du monde ?

Malheureusement, au fil des siècles on a toujours eu des réactions d’un genre bien précis suite aux mouvements religieux. Les personnes ont des réactions par rapport à ceux qu’elles voient comme envahisseurs de leurs droits religieux. Et le monde moderne constate une attention accrue pour les personnes qui cherchent de promouvoir leurs points de vue religieux, non à travers la normale activité de partage, en permettant aux autres de prendre la même décision, mais à l’aide de la violence, étant bien déterminés à obliger les autres. Nous verrons cette situation de plus en plus souvent, à moins que les personnes ne reconnaissent le besoin d’une approche prudente, qui est présentée dans les Écritures, où Dieu dit « venez et plaidons ». La Bible est pleine de réprimandes envers ceux qui empêchent à la conscience de prendre librement une décision. En effet, Dieu a donné cette opportunité au début de la création ; voilà ce qui nous distingue du royaume animal : l’avoir été créés à image de Dieu, avec le pouvoir d’observer et penser à travers les aspects qui nous sont soumis. Et en ce particulier domaine de liberté religieuse, il est important que les personnes regardent Dieu pour recevoir des conseils, pour ensuite parler avec attention et rationalité, tout en protégeant le droit des autres de faire de même. Nous devons être constamment vigilants pour aider les autres à réaliser la beauté que Dieu nous a donné avec la liberté de conscience.

 

Nous sommes en Amérique du Sud, en Colombie où il y a 50 ans les minorités religieuses, en particulier les chrétiens évangéliques y compris les adventistes, étaient persécutés, en arrivant à perdre leurs vies. Maintenant la situation a complètement changé ; l’Amérique latine a connu une grande amélioration en ce qui concerne la liberté religieuse. Quel serait votre message pour les autorités de la Colombie et pour les gouvernements de l’Amérique latine ?

En tant qu’adventistes du 7ème jour, nous sommes grés aux législateurs et au gouvernement de la Colombie et des autres pays qui ont sauvegardé le principe de liberté religieuse dans leurs constitutions. Nous sommes reconnaissants pour ce développement. Quelle occasion merveilleuse que les organismes religieux ont en Colombie de promouvoir la liberté de partager le message d’espoir qu’ils ont trouvé en Dieu et dans Sa parole éternelle. En examinant les secteurs où la liberté n’est pas en premier plan, nous devons encourager ces gouvernements et les dirigeants politiques à reconnaître la valeur positive de lieux comme la Colombie, qui ont accordé cette liberté.

 

Une dernière pensée sur le défi de la liberté religieuse ?

Il est fondamental que tous se focalisent sur la propre liberté religieuse et sur les activités personnelles, mais aussi qu’ils se mettent au service des autres. Les autres aussi, en effet, ont besoin de cette liberté. Avec la liberté religieuse l’on peut partager avec eux la relation qu’on entretient personnellement avec Dieu et ce qu’Il signifie pour nous. Dieu lui-même ne nous a jamais obligés à L’accepter. Il veut que nous arrivons à L’accepter tous seuls, à travers l’amour et la reconnaissance de ce qu’Il offre dans nos vies. Et ceci est la véritable base de la liberté religieuse. Quel grand privilège !

Auteur John Graz, ancien secrétaire général de l’Association internationale de la liberté religieuse, est actuellement responsable du pôle de la liberté religieuse à la FSRT.

 

UN HOMME D'AFFAIRES A TRANSFORMÉ UNE USINE UKRAINIENNE EN UNE ÉCOLE ADVENTISTE
NOUS SOMMES FATIGUÉS D’ENTENDRE QUE “NOS ENFANTS QUITTENT L’ÉGLISE”

Laissez votre commentaire

Inscrivez-Vous

Inscrivez-vous pour recevoir les notifications dans votre e-mail

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de protection de données.

E-MAGAZINE

ADVENTISTE MAGAZINE TV

Top