Main Menu

Noël détourné : les adventistes boycotteurs, collaborateurs et pirates de l’air !

Shares

“Tu ne devrais pas être à l’église ?” Le collègue de ma femme semblait désorienté. Il savait qu’elle était chrétienne et que les chrétiens faisaient ça pour Noël. “Non”, répondit-elle. “On ne va pas forcément à l’église à Noël. Je suis disponible pour travailler le matin de Noël.” C’était le premier Noël que nous célébrions seuls en tant que couple marié, ne pouvant voir aucune des deux familles à cause de nos horaires de travail. Quelques heures de travail le matin de Noël ont été un beau cadeau de Noël pour le compte bancaire de ma femme et nous avons quand même réussi à avoir un déjeuner spécial et une journée de détente.

Cependant, il semble y avoir une certaine confusion parmi les chrétiens, et surtout parmi les adventistes, sur la façon de célébrer Noël et ce que cela signifie vraiment. Après tout, la plupart des gens savent qu’il est très peu probable que Jésus soit né le 25 décembre. Alors, Noël célèbre-t-il vraiment la naissance de Jésus ? Devrait-il en être ainsi ?

Noël est un jour comme les autres, mais il peut être une grande opportunité et il doit être tourné vers le Christ, quel que soit le camp dans lequel nous nous trouvons.

Beaucoup de chrétiens, comme le collègue de ma femme, célèbrent Noël en allant à une messe ou à un programme religieux la veille ou le matin de Noël. Pour certains, c’est peut-être l’une de leurs seules fréquentations d’église “obligatoires” de l’année.

Les adventistes semblent avoir trois attitudes distinctes au sujet de Noël, bien qu’il y en ait qui peuvent se croiser.

Il y a ceux qui disent que Noël est un jour férié païen, détourné par l’église catholique romaine et maintenant un hymne au matérialisme et aux excès. Et ils ont raison. Ils ont tendance à boycotter Noël. Pas de cadeaux, pas de service religieux, juste un autre jour qui se trouve être un jour férié. On les appellera les boycotteurs.

Et puis il y a de ceux qui embrassent Noël dans toute sa gloire. C’est la plus belle période de l’année ! Ils se donnent à fond pour décorer leurs maisons et leurs arbres, ils aiment passer du temps en famille et sont très généreux à cette période de l’année. C’est l’esprit de la saison, donner, vivre et chanter. Ils reconnaissent que Noël n’est pas vraiment l’anniversaire de Jésus, alors ils le séparent de leur foi. Et ils ont raison. Nous les appellerons collaborateurs.

Ensuite, il y a ceux qui font de leurs églises un lieu convivial pour Noël. Ils utilisent la générosité des gens à cette période de l’année pour recueillir des fonds. Ils organisent de grands événements pour leurs communautés afin de rappeler aux gens la véritable “raison de la fête”. Ils ont un sapin de Noël avec des cadeaux pour les nécessiteux et une crèche à l’avant. Leurs programmes de Noël sont étonnamment bien produits, conviviaux pour les chercheurs et vous laissent parfois les larmes aux yeux. Ils savent qu’il doit y avoir plus que Noël et que c’est leur travail de le dire au monde entier. Et ils ont raison. Appelez-les des pirates de l’air.

Tous ces groupes ont raison. Ils abordent Noël différemment, mais ils sont tous motivés par de bonnes raisons et par la force de leurs convictions.

Nous appartenons tous à l’un ou l’autre de ces groupes. Souvent, cela dépend de notre éducation ou des personnes dont nous nous entourons. Différents groupes culturels ont tendance à faire les choses d’une certaine manière.

Toutefois, permettez-moi de suggérer une quatrième option. Nous devons revendiquer Noël. Comment fait-on cela ? Permettez-moi de vous donner un exemple. Un chant de Noël qui me rappelle de bons souvenirs des programmes de Noël de ma mère s’appelle “Noël dans le maquis”. C’est un chant de Noël australien. Une phrase dit : “À Noël, l’outback sonne / tout pour la naissance de Dieu.” Depuis que Noël existe, il est célébré en Europe et dans le monde médiéval en hiver. Il n’y a pas de pique-nique dans l’arrière-pays ou sur la plage. Mais ici, dans l’hémisphère sud, nous avons un mélange étrange. Le père Noël porte un manteau de laine épais avec un short de surfeur. Le traîneau est tiré par les boomers (kangourous), le déjeuner de Noël est composé de steaks de gluten, de légumes rôtis à la sauce demacadamia, desalades de mangues et d’avocats, de fruits d’été et de barbecues sur la plage. Nous empruntons des éléments de la tradition de Noël, mais nous y ajoutons les nôtres pour la rendre plus pratique et adaptée à nos besoins.

Ce genre de subversion et de substitution est quelque chose que Jésus a pratiqué pendant son ministère. Probablement le meilleur exemple auquel je puisse penser était au repas de la Pâque. Il prit les éléments traditionnels du vin et des pains sans levain et leur donna une nouvelle signification. “Faites ceci en mémoire de moi.” La Pâque était une célébration juive, remplie de sens et de rituels, mais Jésus l’a réinterprétée dans Son dessein. Il l’a réclamé pour son royaume.

Vous vous demandez peut-être ce que cela a à voir avec la façon dont nous célébrons Noël ? Eh bien, nous devons utiliser Noël pour impacter le monde. Il n’y a rien de mal à ce qu’une célébration ou une fête chrétienne ait lieu. Après tout, Dieu a donné aux Juifs beaucoup d’événements pour célébrer et se souvenir de Lui (voir Nombres 28 et 29). Réclamons donc Noël à la culture. Révolutionnez-le et voyez si nous pouvons le détourner. Ne restez pas sur la touche. Ne nous laissons pas entraîner dans le matérialisme ou l’individualisme, mais prenons les bons éléments et remplissons-les de Christ ; prenons les vieilles traditions et donnons-leur de nouveaux rebondissements et du sens.

La clé est de l’aborder avec intentionnalité. Nous sommes appelés à tout faire pour la gloire de Dieu (1 Corinthiens 10:31). Alors pourquoi ne pas célébrer Noël ?

Voici quelques mesures pratiques que nous pouvons prendre :

1. Profitez de l’élan de Noël. Les gens peuvent chicaner sur la question de savoir si Noël est en fait l’anniversaire du Christ ou s’il vient d’une célébration païenne, mais le nom du Christ est plus prononcé à la période de Noël dans le monde séculier qu’à d’autres moments de l’année, sauf à Pâques. Christ a dit : “Et moi, quand je serai élevé de terre, j’attirerai tous les hommes à moi” (Jean 12:32). Alors, profitez de cet élan. Les voisins, les collègues ou les amis peuvent être plus ouverts à parler de Jésus à cette période de l’année qu’à toute autre. S’ils évoquent Son nom, demandez-leur ce qu’ils pensent être la “raison de la saison”. Nous ne devrions pas avoir peur. Bien que cela puisse avoir l’effet contraire (à moins d’être très prudent) de nous mener à une longue explication des raisons pour lesquelles nous ne célébrons pas Noël à cause de ceci et de cela. S’ils n’en parlent pas, trouvez des moyens créatifs d’intégrer Christ dans la conversation. Parlez de ce qu’Il signifie pour vous et de ce que Sa venue sur cette terre signifie vraiment dans votre vie aujourd’hui !

2. Soyez généreux. Ne vous attendez pas à des cadeaux, mais offrez-en vous-même. Achetez des cadeaux à vos voisins ou donnez-leur une carte avec un joli message. C’est peut-être un bon moyen de briser la glace et de rencontrer de nouvelles personnes. Faites le tour de votre quartier et offrez d’aider les gens à jardiner ou à accomplir d’autres tâches au nom du don de Noël. Faites des gestes de bonté au hasard pour les étrangers qui seront plus réceptifs à cette période de l’année.

3. Organisez un programme de Noël pour la communauté. Beaucoup d’églises le font très bien. Ils organisent leurs chants de Noël annuels ou leur concert sacré dans un parc communautaire, une salle ou une école et invitent les gens du quartier. Aussi brillant que soit un programme, il peut être intimidant d’entrer dans une église. Allez dans votre communauté. Participez à l’organisation des choses avec eux. Peut-être qu’en tant qu’église, vous pouvez penser à d’autres choses créatives à faire, comme chanter des chants de Noël dans les maisons de soins infirmiers ou avoir une journée de ramassage des déchets ou d’autres services offerts à titre gratuit.

4. Ouvrez votre maison. Organisez une fête de Noël. Invitez des amis ou des voisins. Trouvez des gens dans votre communauté qui doivent travailler à Noël et qui ne passeront pas de temps avec leur famille. C’est terrible d’être seul à Noël, alors ouvrez vos portes. Aimez manger et rire ensemble. Et priez, priez pour que vous puissiez partager Jésus avec eux avant l’arrivée des autres invités, et quand ils arrivent, priez pour eux et pour le repas. Juste une simple bénédiction de Noël.

5. Acheter des cadeaux de charité pour les gens. Achetez une chèvre ou une machine à coudre pour quelqu’un au Népal ou en Ouganda et faites-le pour d’autres, surtout si vous ne trouvez pas de cadeau significatif pour eux. Encouragez-les à le transmettre pour que la générosité continue.

Noël est un jour comme les autres, mais il peut être une grande opportunité et il doit être tourné vers le Christ, quel que soit le camp dans lequel nous tombons. Comme le dit Ellen White, “Il n’y a pas de sainteté divine reposant sur le vingt-cinq décembre ; et il n’est pas agréableà Dieu que tout ce qui concerne le salut des hommes par le sacrifice infini fait pour eux, soit si tristement perverti de par son dessein profane. Le Christ devrait être l’objet suprême ; mais, comme on l’a vu à Noël, la gloire est détournée de Lui pour se transformer en homme mortel, dont le caractère pécheur et défectueux l’a obligé à venir dans notre monde.”

Je suis sûr que vous pouvez trouver d’autres façons de réclamer Noël. Faites-en, comme les anges l’ont proclamé, un temps de paix et de bonne volonté. Soyez audacieux et courageux. Jésus aimait manger et boire avec les gens, à tel point qu’on l’appelait un glouton et un ivrogne (Matthieu 11:19). Il aimait participer à la fête, aux réjouissances de la société. Les célébrations sont l’occasion de forger des amitiés. Alors, soyez comme Jésusà Noël. Bouleversez, soyez intentionnels et réclamez Noël, redécouvrez ainsi la vraie raison de la saison.

Jarrod Stackelroth est rédacteur en chef adjoint d’Adventist Record.

La première compagnie aérienne chrétienne sur le point de départ
ADRA Suisse : 3 048 cadeaux de Noël pour les enfants moldaves ont traversé l'Europe

Laissez votre commentaire

Inscrivez-Vous

Inscrivez-vous pour recevoir les notifications dans votre e-mail

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de protection de données.

E-MAGAZINE

ADVENTISTE MAGAZINE TV

Top