Récemment, la presse européenne et mondiale a fait ses gros titres avec l’arrivée de Neymar à Paris qui va jouer au PSG avec un transfert record (le plus important dans l’histoire du foot avec 222 millions d’euros à la clé) ; transfert qui a suscité un emballement médiatique en France. Jamais dans l’histoire du foot, un joueur n’a été accueilli avec autant de tapage médiatique. Dans un seul grand journal en ligne français, il y avait sept articles par rapport à son arrivée avec vidéos et analyses de spécialistes.

Mais Neymar n’est pas arrivé seul. Il est arrivé avec son « Dieu ». Il l’a mentionné lors de sa conférence de presse du 4 août en déclarant : « J’imagine que Dieu a préparé quelque chose de très bien pour moi ! ». Pour comprendre sa déclaration, il faut juste repenser à quelques-uns de ses faits et gestes : ses tatouages sur lesquels on peut lire « Blessed » (Béni) ou « Que Dieu me bénisse et qu’il me protège » ou le bandeau « 100% Jésus » qu’il arborait lors de la finale de foot des Jeux Olympiques au Brésil où la « Seleção » remporta la finale. Il portait déjà ce bandeau en Europe et lors de victoires du FC Barcelone, son ancienne équipe. Et il suffit de voir son regard tourné vers le ciel à chaque but marqué.

En l’espace de quelques années, il est devenu une star mondiale. Ses prises de position par rapport à sa foi dérangent de plus en plus ceux qui sont contre ces manifestations de foi publiques. Un journaliste brésilien l’a ouvertement pris à parti en  déclarant qu’il attaquait sa « non-croyance » en Dieu et qu’il n’avait pas le droit de le faire.

thumbs.web.sapo.io-3

Il est également critiqué par les chrétiens eux-mêmes, surtout évangéliques, qui pensent qu’il ne vit pas très sérieusement car il ne va pas très régulièrement à l’église, il fréquente des filles du showbiz, etc. Son comportement est souvent comparé avec celui de Kakà, qui lui, se rend habituellement dans une église évangélique d’Orlando, aux États-Unis, ville il joue actuellement. C’est pour cela que les faits et gestes de Neymar sont régulièrement passés au crible par rapport à sa cohérence entre sa vie et sa foi.

Alors… que Neymar parle et soit démonstratif sur sa foi est-elle une bonne ou une mauvaise chose ? Est-ce sincère ou simplement une « habitude » qu’ont la majorité des Brésiliens croyants ? Mais qui sommes-nous pour juger de la sincérité du cœur de quiconque ?

Tout d’abord, comme dit l’évangéliste Luc : « Ne jugez pas les autres, et Dieu ne vous jugera pas »[1] (Luc 6.37). Même le conseil d’un certain Gamaliel dans le livre des Actes concernant Jésus peut s’appliquer à d’autres situations similaires : « Et maintenant, je vous le dis ne vous occupez plus de ces hommes, et laissez-les aller. Si cette entreprise ou cette œuvre vient des hommes, elle se détruira ; mais si elle vient de Dieu, vous ne pourrez la détruire. Ne courez pas le risque d’avoir combattu contre Dieu. »[2] (Actes 5.38-39). Avec tous ces projecteurs braqués sur lui, c’est clairement une occasion de témoigner de Jésus même si la pratique de sa foi n’est pas selon les « normes ».

Selon moi, il y a dans la Bible trois personnages qui gravitent autour de Jésus et qui démontrent que l’improbable peut arriver. C’est l’ouverture de chacun au Saint-Esprit qui déterminera finalement si un engagement est sincère ou pas. Cela prend parfois du temps pour se révéler.

Par exemple, Nicodème,  après sa rencontre nocturne avec Jésus, (évangile de Jean, chapitre trois), est invité à prendre position et à renaître de nouveau. Il ne va pas le faire, en tout cas pas tout de suite. Il n’arrive pas à affronter le Sanhedrin et leur méfiance vis-à-vis de Jésus. C’est seulement lors de la mort de Jésus sur la croix qu’il pourra le faire et se déclarer ouvertement croyant en Jésus. Il finit pour se donner à fond pour la propagation de l’évangile et soutenir le début de l’église grâce à ses ressources financières. [3]  « Après l’ascension du Seigneur, quand les disciples seront dispersés par la persécution, Nicodème s’avancera hardiment. Avec ses richesses il entretiendra l’Eglise naissante, que les Juifs avaient pensé ne pas voir survivre à la mort du Christ. L’homme si prudent, si hésitant, se montrera, au jour du péril, ferme comme un rocher, encourageant la foi des disciples, et fournissant les moyens pour propager l’œuvre de l’Evangile. Il sera tourné en dérision et persécuté par ceux qui le respectaient autrefois. Il deviendra pauvre en biens de ce monde; mais la foi qui a pris naissance en cette entrevue nocturne avec Jésus, ne défaillira jamais. » Jésus-Christ, p. 159.

Avec Judas, il en fut tout autrement. Il déclara suivre Jésus depuis le départ et était convaincu que Jésus serait le libérateur d’Israël. Il travaillait dans ce sens. Par contre, il n’avait pas compris que Jésus était venu pour être le roi dans les cieux et pas sur la terre. Quand il réalisa la chose, il était trop tard pour lui. Tout ce qu’il avait vécu à côté de Jésus fut vain. Il finit par mourir sans espérance.[4]

Matthieu, par contre, part dès que Jésus passe par son bureau et l’appelle à le servir. Il quitte tout pour le suivre. Même s’il s’est enfui au moment de l’emprisonnement de Jésus, il est devenu, après le baptême du Saint-Esprit, une pièce maîtresse dans le début de l’église chrétienne (Matthieu 9:9).

Le choix de Neymar est aussi le nôtre. Est-ce que notre déclaration de foi en Jésus est juste une espèce de totem comme pour Judas ? Ou un choix sincère et cohérent de le suivre comme Matthieu, malgré l’apparente légèreté de sa décision,  ou encore une adhésion très fragile qui pourra, peut-être un jour, se transformer en une décision ferme et courageuse pour Jésus, comme cela fut le cas pour Nicodème ?
En tous cas, qui sommes-nous pour juger ? Occupons-nous tout d’abord de notre propre relation avec notre Sauveur.

Par Rickson Nobre

[1] Bible Parole de Vie

[2] Bible Louis Segond 1910

[3] Voir chapitre 17 du livre “Jésus-Christ” d’Ellen White intitulé « Nicodème »

[4] Voir chapitre 76 du livre “Jésus-Christ” d’Ellen White intitulé « Judas »

 

4000 JEUNES POUR JÉSUS, UN RECORD EN EUROPE !
TÉMOIGNER AVEC SA PLANCHE À VOILE
  • Marcio Santos

    Malheureusement on se bande les yeux en se fiant aux apparences.
    Qu’est que c’est d’avantage un chrétien? Le fait d’arborer un bandeau sur la tête et crier le nom de Jesus prouve la fois et une vie repentie et tournée vers le royaume du Christ?

    Beaucoup se trompent! et… malheureusement au dernier jour vont se lamenter en entendant:

    « 21Ceux qui me disent: Seigneur, Seigneur! n’entreront pas tous dans le royaume des cieux, mais celui-là seul qui fait la volonté de mon Père qui est dans les cieux. 22Plusieurs me diront en ce jour-là: Seigneur, Seigneur, n’avons-nous pas prophétisé par ton nom? n’avons-nous pas chassé des démons par ton nom? et n’avons-nous pas fait beaucoup de miracles par ton nom? 23Alors je leur dirai ouvertement: Je ne vous ai jamais connus, retirez-vous de moi, vous qui commettez l’iniquité. » Matthieu 7: 21-23

    Romans 6:22 – « Mais maintenant, étant affranchis du péché et devenus esclaves de Dieu, vous avez pour fruit la sainteté et pour fin la vie éternelle. »